Eric Anselme le mois dernier au côté de Thierry Dusautoir

L’entraîneur de Albi RL peut être satisfait du parcours effectué jusqu’ici par son équipe. Laquelle se présentera en position d’outsider, samedi à Carcassonne, en demi-finale de la Coupe de France Lord Derby. Le point avec Eric Anselme.

La saison d’Albi RL n’est-elle pas déjà réussie, avec une place en quart de finale du championnat et une en demi-finale de Coupe ?

Nous sommes dans la ligne de la saison précédente, en effet, ayant il est vrai bénéficié d’un tirage favorable en Coupe, et ayant terminé au 6è rang du classement, malgré de sérieux problèmes d’effectif en début de parcours. Je remarque en outre que nous avons perdu plusieurs matchs par un faible écart, obtenant le point de bonus lorsque nous aurions pu carrément l’emporter.

A quoi est dû cette bonne lancée sur laquelle vous vous trouvez actuellement ?

Nous avons été sous pression tout au long de la saison, mais il y a eu du mieux dès lors que l’infirmerie s’est relativement vidée.

Qu’est-ce que Carcassonne possède de plus qu’Albi ?

Une plus grande expérience, de l’homogénéité au sein du groupe, un effectif conséquent composé notamment d’anciens internationaux, ayant permis à l’ASC de pallier aux blessures, alors que de notre côté nous nous appuyons sur beaucoup de joueurs issus de divisions inférieures.

Et inversement ?

Albi a pour lui la fraîcheur, la jeunesse, avec un effectif de 21 ans de moyenne d’âge, un jeu ouvert, précis, construit, et des joueurs travailleurs et motivés. L’objectif étant déjà atteint, nous nous présenterons à Carcassonne sans pression.

Avec des joueurs effectuant leur retour ?

Rémy Boutonnier et Adam Henry, alors que Benoît Rigal s’est blessé au bout de dix minutes de jeu, voici deux semaine contre Saint-Estève – XIII Catalan.

« La magie de Brent Warr »

 

Quels joueurs tarnais ont tiré le groupe vers le haut, cette saison ?

Le troisième ligne Jake Friend a effectué un énorme début de saison. Notre capitaine est constant dans les performances. La magie du demi d’ouverture Brent Warr nous a également été précieuse, d’autant plus qu’il organise très correctement le jeu, étant doté d’un bel esprit collectif. Christian Mika est un peu fou-fou, il a besoin d’être canalisé, mais il est explosif. Adam Henry a traîné des blessures tout au long de la saison, il n’est donc pas à 100% de ses moyens, mais il reste un élément précieux. Rémy Boutonnier est un joueur important, Clément Biénès s’est affirmé, il ne rechigne pas à la tâche, et nos jeunes joueurs ont confirmé leur potentiel, à l’image d’Axel Rodrigues, de Nittim et Noham Pedrero, et de quelques juniors première année lancés occasionnellement dans le grand bain..

Quel genre d’assistant est Karim Djemaï ?

C’est sa première année dans ce rôle. Il effectue donc la transition, toujours délicate, entre joueur et entraîneur, ayant disputé la saison passée avec des éléments dont il a désormais la charge. Mais il a comme avantage d’avoir joué longtemps en Elite 1 avec Saint-Gaudens et Toulouse, il analyse rapidement les situations, est toujours à l’écoute, et sait se remettre en question.

 

Un favori, dans l’autre demi-finale ?

Lézignan a survolé le championnat, fort notamment de sa densité physique, mais Limoux est capable de créer la surprise, sur un match important. Il est le champion en titre, et s’appuie sur quelques joueurs très physiques et expérimentés.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE