Wigan, réveil d’un géant

Géants (passagèrement ?) endormis sur leurs récents lauriers (Wigan finaliste de Super League ces quatre dernières années, et champion 2016 aux dépens de… Warrington, les Wolves finalistes de la Cup en 2016, 2012, 2010, 2009), les Warriors et les Wolves comptaient sur la Cup pour sécher les larmes d’un championnat raté (Wigan actuellement 8è, Warrington 10è).
Et au bout de 80 minutes d’un incroyable suspense, mais dans un match entaché de nombreuses erreurs, c’est Wigan qui a décroché la timbale, en attendant pourquoi pas de soulever une énième fois la Coupe d’Angleterre.
Un match symbole pour Sam Tomkins, qui disputait pour l’occasion son premier match de la saison, et auteur sur la fin d’un drop ayant fait la différence au score.
Un match que son frère aîné Joel entamait dans un rôle inhabituel de pilier, et que Wigan rangeait rapidement de son côté, fort de nombreux retours de blessure, alors qu’en face Kevin Brown faisait cruellement défaut.
En trois fixations bien senties, le chemin du premier essai s’ouvrait sous les pas de Joe Burgess, lequel récidivait bientôt via une « sautée » de George Williams.

Le rachat de Liam Marshall
12-0 et presque 18, Liam Marshall commettant inexplicablement un en avant à l’instant d’inscrire ce qui aurait dû être le troisième essai des « Cherry and White », suite à un coup de pied rasant de Thomas Leuluai.
Un loupé dont Wigan allait longtemps se mordre les doigts, car dans la foulée Warrington retrouvait des couleurs, une passe idéalement distillée au pied par Gidley étant cueillie comme une fleur par Atkins, le même centre des Wolves profitant d’un « rasant » pour se montrer plus prompt que Sam Tomkins, dans l’en but visiteur.
12-12, mais ça n’était pas fini car Marshall se rachetait de sa bévue pour mystifier justement Atkins d’un double crochet inter et ester.
Reste que six points d’avance dans ce combat de géants plus vraiment endormis, il n’y avait pas de quoi sauter au plafond du Halliwell Jones Stadium, même si l’indiscipline gagnait de plus en plus les rangs de Warrington. Wigan ajoutait alors deux points sur pénalité, fruit d’une 40/20, mais un en avant de Burgess était sanctionné par l’essai de Savelio, sur service de Gidley.
20-18 pour Wigan, puis 20-20, après une pénalité de Patton, dont l’armée jaune et bleue pliait ensuite quand Bateman, servi par Sam Tomkins, s’engouffrait dans un trou.
Ce dernier savait que cela ne suffisait pas pour filer en demie, et il ajoutait le drop de la « qualif » à sept minutes de la corne, l’essai de Gidley (77è) comptant finalement pour du beurre, Ratchford ayant raté de face une pénalité de 50 mètres suite à un renvoi de Wigan – digne d’un débutant – hors des limites du terrain, et Patton ratant en suivant le drop synonyme d’égalisation…

Dans les rangs de Warrington, futur adversaire des Dragons Catalans en Super League, Benjamin Jullien, dans un rôle obscur mais utile, se consolera à peine en apprenant qu’il fut le meilleur plaqueur de son équipe…

La fiche technique
1/4 de finale de Chalenge Cup
WARRINGTON – WIGAN 26-27
Mi-temps 12-18
Arbitre Ben Thaler
 
Warrington : 4 essais Atkins (27, 32), Savelio (56), Gidley (77), 4 transformations Paton (27, 32, 56) et Gidley (77), 1 pénalité Patton (62).
 
Wigan : 4 essais Joe Burgess (11, 21), Marshall (36), Bateman (65), 4 transformations George Williams, 1 pénalité George Williams (48), 1 drop Sam Tomkins (73).
 
Warrington Wolves : Stefan Ratchford, Will Dagger, Jack Hughes, Ryan Atkins, Tom Lineham, (o) Kevin Brown, (m) Kurt Gidley – Mike Cooper, Daryl Clark, Ashton Sims – Benjamin Jullien, Joe Philbin – Joe Westerman.
Sont entrés en jeu : Brad Dwyer, George King, Andre Savelio, Sam Wilde.
Wigan Warriors : Sam Tomkins, Liam Marshall, Anthony Gelling, Oliver Gildart, Joe Burgess, (o) George Williams, (m) Thomas Leuluai – Frank Paul Nu’uausala, Michael McIlorum, Joel Tomkins – John Bateman, Liam Farrell – Sean O’Loughlin.
Sont entrés : Willie Isa, Ryan Sutton, Sam Powell, Taulima Tautai.

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE