Du rugby à XIII, pendant longtemps il n’a rien su, ou presque. Logique, quand vous êtes né à Auch. Dans le Gers, généralement on joue à XV. Ou au… football. Loïc a pratiqué les deux. Ou du moins « très peu au rugby, avant d’adopter le ballon rond ».

Enfin, adopter est un bien grand mot. « Le seul club situé à proximité du village où j’habitais, était un de football. Et je détestais cela », reconnait volontiers ce préparateur physique de 27 ans.

Le foot, donc, non, mais le sport en général, oui. D’où un stage effectué à Auch aux côtés de Loïc Louit, l’actuel « prépa » des Dragons Catalans en compagnie de Maxence Rivière.

Louit, Rivière… Cette fois, le XIII n’était plus très loin. « Au Pôle France de Toulouse, j’ai fait mon service civique d’un an, auprès de Maxence et d’Olivier Janzac. Et quand le premier est parti chez les Dragons, j’ai été embauché à sa place au CREPS ». Pour cette fois s’immerger totalement à XIII.

« J’ai commencé avec les féminines de Toulouse Ovalie, avant de rejoindre Limoux, où j’entame aujourd’hui ma quatrième saison, tout comme Olivier ».

Prof de… maths

Car l’actuel entraîneur limouxin, et responsable du Pôle France, n’a pas oublié, en quittant Lescure voici quatre ans, tout ce que Loïc avait apporté aux joueurs du Pôle.

De la nouveauté, d’abord. « En supprimant le « cardio » pour le remplacer par des séances dynamiques, en quantifiant l’intensité et le rythme de travail, pour déterminer ce même « cardio » par des mathématiques ».

Une mini révolution qui, au début, avait de quoi surprendre, « mais les joueurs de Limoux ont adhéré à ma philosophie, au point qu’aujourd’hui les entraîner est devenu facile ».

Et Loïc de poursuivre : « Les joueurs ont confiance, ils se sentent en forme physique sans cardio ».

Celui qui a 27 jeunes sous sa coupe au Pôle France, et donne en outre des cours aux étudiants en STAPS de la fac de Toulouse, colle depuis septembre et son arrivée au sein du staff tricolore, des GPS dans le dos des Bleus.

 Avec des nuances à observer, selon leur état de fatigue. « Car certains ont quitté depuis peu la compétition, et d’autres depuis plus longtemps ».

« Tous ont perdu environ trois kilos durant le voyage de Barcelone à Sydney, pour les reprendre entre deux à cinq jours plus tard. D’où l’importance d’avoir pu nous préparer sur place deux semaines avant le premier match, et on doit remercier la FFR XIII d’avoir consenti à cet effort financier ».

« Plus difficile pour les Dragons »

Loïc Carpene ne se fait donc pas de souci : « Au bout de quinze jours, l’état physique du groupe sera uniforme, alors qu’aujourd’hui les Toulousains sont en bonne condition, c’est plus difficile pour les Dragons après une saison physiquement et mentalement éprouvante, mais je ne suis pas inquiet pour ces derniers car ils savent faire la part des choses ».

Sans cardio, donc, mais avec d’autres atouts ayant largement fait leurs preuves chez Maxime Herold, Mickaël Rouch et leurs coéquipiers du XIII Limouxin, Loïc fait l’unanimité chez les Bleus, comme il la fait dans son club.

Et c’est tout bonus avant le match clé du 29 octobre à Canberra.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE