Tout a une fin. Les plus belles histoires comme les moins bonnes.

La Coupe du monde des Bleus est à ranger dans la deuxième catégorie. Une Coupe du monde cependant moitié vanille moitié chocolat, car si le bilan comptable n’est pas celui escompté, des promesses se sont faites jour, y compris dans un dernier match plombé par une entame catastrophique.

C’est sans doute ce que se sont dit les supporters présents au nib Stadium de Perth, parmi lesquels figuraient l’ex international vauclusien Lucien Demacedo, présent en famille pour apporter ses encouragements, les Perpignanais Fati et Gérard Saurel, sans parler de José Moya, venu le matin du match remettre les maillots aux joueurs, le coeur débordant d’émotion.

Et si le score, nettement insuffisant, reste malgré tout honorable, c’est bien parce que les trois de l’arrière, Mark Kheirallah, Fouad Yaha, Ilias Bergal, ont une fois encore fait ce que l’on attendait d’eux, que Lucas Albert, sur deux ou trois coups, a fait preuve d’inspiration, que Ben Garcia s’est largement montré à la hauteur de sa réputation, que le pack dans son ensemble a fait front, bref que la France n’a pas à rougir de sa fière attitude, mais qu’elle a tout intérêt, demain, à mieux partager les ballons avec un rival qui n’espérait pas en récolter tant.

Car si le jeu demande faute, il exige aussi adresse dans son exécution, laquelle a cruellement fait défaut. Un ouvrage à remettre cent fois sur le métier, dans les mois à venir, pour aborder la prochaine campagne internationale, à l’automne 2018, avec de meilleurs atouts en mains.

Avec aussi, heureusement, une expérience accrue, de la part de cette classe biberon ne demandant qu’à grandir, et sur laquelle compte le staff pour enfin voir s’ouvrir, demain, les portes du succès.

Les quarts de finale :

Australie v Samoa

Vendredi 17 novembre à Darwin

(Le vainqueur en demi-finale à Brisbane le 24 novembre)

 

Tonga v Liban

Samedi 18 novembre à Christchurch

(Le vainqueur en demi-finale à Auckland le 25 novembre)

 

Nouvelle-Zélande v Fidji

Samedi 18 novembre à Wellington

(Le vainqueur en demi-finale à Brisbane le 24 novembre)

 

Angleterre v Papouasie 

Dimanche 19 novembre à Melbourne

PARTAGER

4 Commentaires

  1. L’espoir fait vivre, comme dirait l’autre il faut continuer à travailler ainsi et pouvoir s’amélioré pour la prochaine Coupe du Monde en 2021 .Même, si il faut passer par la phase qualificative pour espérer y aller, et s’est peut-être un mal pour un bien, car cela permettra de voir le niveau du XIII de France .

  2. il faudra aussi faire plus de rencontre contre des nations émergeantes car les Français ont aussi besoin de victoires pour l’aspect médiatique, dans les autres disciplines il ne regardent pas et ne cherchent pas à tout prix à rencontrer uniquement les plus forts (Angleterre, NZ et Australie). De plus c’est en jouant des matchs à répétition que la cohésion d’équipe se fera encore plus.

  3. Un tournoi des 5 nations ??? ( Ecosse, Irlande, Italie, Pays de Galles, France ), le gagnant faisant le 4ème des Four Nations quant celui ci est dans l’ hemisphère nord ?

LAISSER UN COMMENTAIRE