La Fédération Française de Rugby à XIII revient sur l’histoire de ce sport marquée par de nombreux événements au fil du siècle dernier.  Encore trop méconnu en France, le Rugby à XIII est pourtant un sport mondialement connu et très pratiqué dans certains pays comme l’Angleterre ou encore l’Australie. Retour sur l’histoire mouvementée de ce sport en plein développement dans l’hexagone ! 

Un sport populaire en France, mis à mal par le régime de Vichy (1934-1944)

Interdit de compétition par la FFR XV pour non-respect des règles de l’amateurisme, Jean Galia, joueur de Rugby à XV et entrepreneur, décide d’aller voir outre-manche les instances de la Rugby League, compétition Anglo-Saxonne de Rugby à XIII qui déplace des foules chaque année. Il organise un match à Paris au stade de Pershing entre les anglais et l’Australie en décembre 1933. Le succès populaire est tel que l’année d’après la Ligue de rugby à XIII est créée. Dès lors, les clubs de XV passent en masse à la pratique du XIII ! Avant la seconde guerre mondiale, la toute jeune fédération ne compte pas moins de 255 clubs. Las, le régime de Vichy décrit un amateurisme pur et dur interdit la pratique du XIII par décret en 1941. Les clubs de XIII voient leurs actifs confisqués et sont contraints de se mettre au Rugby à XV…

Les années d’après-guerre, l’âge d’or du Rugby à XIII (1945-1980)

Après la Libération, le Rugby à XIII repart sous l’appellation Jeu à XIII. Les clubs se reforment et le championnat reprend ses droits avec des équipes dans les grandes villes françaises. Bordeaux, Paris, Lyon, Marseille, Toulouse comme figure de proue, mais aussi les  places fortes de la discipline comme Roanne, Perpignan, Lézignan (le plus vieux club fondé en 1907), Albi et Carcassonne.

La tournée de l’équipe de France en Australie en 1951 se termine en triomphe ! Les joueurs – avec l’emblématique Puig Aubert à leur tête – sont accueillis en héros sur la Canebière à Marseille.

En 1954, Mr Barrière, président de la FFJ XIII, crée la première Coupe du Monde de Rugby, jouée en sur le sol français. La finale a lieu au Parc des Princes devant  30 368 spectateurs enthousiastes et la Grande-Bretagne bat la France 16 à 12.

Il faudra attendre l’année 1968 avec la seconde édition en Australie pour voir la France accéder en finale contre l’Australie devant 54000 spectateurs et rendre les armes avec honneur (20-2) devant les Kangourous…

La fin des années 70 marque un tournant pour le Rugby à XIII en France qui, face à la concurrence du Rugby à XV, entame un certain déclin.

1993-2006 : la renaissance

Après un passage à vide, le Rugby à XIII commence à regagner sa place. D’abord sur le tapis vert, puisque le tribunal administratif le rétablit dans son nom de Rugby à XIII en 1993.

Sur le terrain ensuite, le Paris-Saint-Germain XIII sous la houlette de Jacques Fouroux devient le premier club français à disputer le tout nouveau championnat de Super League sponsorisé par la chaîne Sky et Canal+.  Mais l’aventure est prématurée et il faut attendre 2006 et l’intégration des Dragons Catalans pour revoir une franchise française dans ce championnat relevé.

Le Rugby à XIII aujourd’hui : un nouvel engouement et un avenir prometteur

Le XIII est une pratique en plein renouveau en France. Avec 45 000 pratiquants, les actions terrain des clubs font éclore de nouveaux talents et de nouveaux clubs.

La Fédération pousse pour l’intégration d’une seconde franchise en Super League et la constitution d’un championnat à 12 clubs dans les places fortes historiques du XIII.

La Coupe du Monde 2013 est quant à elle une formidable opportunité de refaire parler de ce sport spectacle qui a attiré plus de 80000 spectateurs lors de la dernière finale du championnat d’Australie. Un bel avenir est à prédire pour  ce sport qui séduit de plus en plus d’adaptes en France par ses règles simples, son engagement, sa vitesse et son spectacle !

histoire XIII

1710068

histoire

histoire