Les responsables de l’équipe de France féminine avaient battu le rappel d’autres talents (Léa Buttignol, Manon Llandry, Fanny Ramos), suite aux indisponibilités de Cyndia Mansard, Ophélie Coll, Anaïs Mikalef, samedi et dimanche à Port-Barcarès.

Perturbé dimanche par un vent d’une rare violence, le stage de deux jours auquel ne participaient pas non plus Meissa Bouguessa, Marie-Clémence Guillet (blessées au genou), Perrine Monsarrat (péroné), Elodie Pittana (dos), Manon Samarra (cheville), a toutefois eu le mérite de rassembler les cadres du XIII de France et les joueuses ayant joliment mis le nez à la fenêtre tricolore, à l’occasion de la Coupe des Provinces, fin mars.

Et bon nombre d’entre elles seront conviées au prochain rendez-vous, les 22 et 23 juin, toujours à Port-Barcarès. En attendant, elles ont répété leurs gammes sous la houlette de Joris Canton, l’entraîneur, et Audrey Zitter, la manager, via un programme chargé.

Les présélectionnées pour le test-match Italie – France du 6 ou 7 juillet ont d’abord été séparées en deux groupes (musculation dans la nouvelle salle du stade de la Mer, et terrain), samedi matin, avant de passer aux soins puis au rappel du plan de jeu l’espace d’une heure, lors d’une réunion constructive.

Retour au terrain l’après-midi, pour un entraînement dédié au jeu collectif, une séance filmée.

En soirée, les 24 filles étaient réunies pour une analyse vidéo concernant le jeu pratiqué par les transalpines, la journée de dimanche débutant par vingt minutes d’une nouvelle séance vidéo consacrée cette fois à l’entraînement de la veille.

Et avant de se séparer en fin d’après-midi, elles ont étudié les schémas de jeu au stade de la Mer, pour finir ce week-end studieux par une intervention de Geoffrey Poumès sur l’arbitrage.