Quel bilan dressez-vous de ce début de saison ?

Malgré l’épée de Damoclès qui planait sur nos têtes et les restrictions sanitaires mises en place, nous avions bien redémarré avec un nombre important de licenciés juniors et seniors, près de 50, une bonne préparation physique entamée depuis juillet et surtout une forte envie et un fort esprit de compétition dans le sens noble du terme. Les séniors ont démarré par une belle victoire à l’extérieur (42 à 4) et se préparaient à poursuivre la série, les juniors qui devaient recevoir ont vu leur élan freiné par le couvre-feu qui, dans un championnat National, compliquait fortement les retours avec des trajets de 5 à 6 heures, mais pour lesquels nous imaginions avec la Fédération des solutions. Bref, nous pensions qu’avec un respect rigoureux mais nécessaire lié à la situation sanitaire, nous allions enfin reprendre le chemin des victoires pour viser la montée. Ce n’est que partie remise. Côté XIII Fauteuils, l’équipe renforcée s’entraînait tous les jeudis pour une reprise de compétition par plateaux. L’école de rugby était aussi bien repartie avec des enfants nombreux dans toutes les catégories d’âge, là aussi l’arrêt est brutal.

Comment accueillez-vous la suspension des championnats ?

Tout d’abord, je n’ai pas à juger du bien fondé ou non de cette décision, je n’en ai pas la capacité et je n’aimerai pas être à la place de nos dirigeants gouvernementaux et fédéraux. Si cette mesure doit sauver des vies, alors c’est une bonne mesure, L’humain et l’intérêt collectif passent avant nos petits intérêts particuliers. Cela étant dit, je ne suis pas très surpris et j’avais commencé à m’y préparer, en imaginant des plans B. Pour l’instant nous travaillons avec notre Fédération pour examiner les incidences calendaires et décider d’un plan de reprise du championnat. Il y aura des choix à faire et des formules à réaménager.

Comment le club va-t-il fonctionner dans les prochaines semaines ?

A situation exceptionnelle, solutions innovantes. En premier lieu, nous allons mettre toute notre créativité au service du lien social et sportif, entre joueurs et dirigeants, et à la gestion collective du Club. Les entraînements ne peuvent se faire ? place aux programmes de maintien en forme élaborés par les coachs. Les réunions physiques sont impossibles ? place aux réunions en visio-conférences, les repas en commun ne peuvent plus se tenir ? place aux moments festifs par écran interposé. Nous ne manquons ni d’idées, ni de savoirs faire.

Ensuite, nous allons nous préparer à la reprise car si seulement 4 semaines sont annoncées, il ne faut pas croire que nous pourrons reprendre d’un claquement de doigt. Après un arrêt de compétition qui ira plus certainement jusqu’à 6 semaines, il faudra bien compter 2 semaines de réathlétisation de nos joueurs pour repartir dans les meilleures conditions et préserver leur intégrité physique. Il y a donc dans un 1 er temps à imaginer puis, dès que nous y serons autorisés, à mettre en œuvre le programme de relance. Nous ferons tout pour que, pour notre club, ce confinement ne soit qu’un léger décalage de nos championnats. Je ne pense pas que nous nous ennuyions beaucoup pendant le mois qui vient. En attendant que tout le monde continue à se protéger et à protéger les autres !

Alain Paraskiova, Président Cahors Lot XIII