Vincent Pagès a signé un doublé, dans un match bien mal maîtrisé par Baho.
Crédit Annick de Baho

Lyon a cru en un hypothétique exploit jusqu’à un quart d’heure de la fin, quand il menait encore 22-14, bien qu’en infériorité numérique depuis la 4è minute de jeu (entorse de la cheville pour Rida Sertani, et aucun joueur sur le banc !).

Puis la machine des Geckos donna enfin sa pleine mesure, avec quatre essais éliminant des Lyonnais logiquement exténués.

Avant d’être en haut, Baho a donc été longtemps en bas. Très bas, même. Entre une motivation restée au vestiaire et des ballons perdus à profusion, Lyon mena longtemps la danse, à la surprise générale.

Percée d’Ilias Laachiri, Colin Niez au relais, pénalité du premier : 0-2.

Duo Radu Ludosan – Anthony Lopez, nouvelle pénalité de Laachiri (0-4), mais Sertani venait tout juste de laisser ses camarades à douze sur le terrain.

La feinte de Romain Maury

Il fallait une offensive conclue par Sophien Bitigri pour rétablir la situation au “planchot”. Puis Vincent Pagès plaçait les siens devant, bientôt imité par Romain Maury, auteur d’une feinte de corps gagnante (14-4), mais Lyon tenait bon, mettait le plus souvent la main sur le ballon, et la récompense venait sous la forme d’une action orchestrée par Laachiri, Ludosan, Mourad Ezzine, avec Sébastien Aguerra (talonneur pour une fois utilisé sur… une aile) au bout.

Superbe, comme la transformation réussie depuis le bord de la touche.

Baho n’avait plus que quatre misérables longueurs d’avance, et Lyon continuait de lui donner des maux de tête.

Mehdi Bounab-Lamiral s’entendait avec Djerbi et Kilian Pierre pour diriger le mouvement en direction d’Halidi Hatubou, et ce dernier parvenait à se faufiler, repris in-extremis par la patrouille.

La mi-temps aurait pu être la bienvenue, pour les Geckos, mais Samuel Tichadou se manquait à la réception d’un ballon, et Ludosan ne laissait pas passer pareille occasion de repasser en tête au score (14-16).

Les Bahotencs n’y arrivaient toujours pas, Charly Bey sollicitant Vincent Pagès, mais celui-ci lâchant la balle à l’instant d’aplatir (59è).

La malle de Sébastien Aguerra

Pire, pour les locaux, une “valise” monumentale d’Aguerra lui offrait un essai après quarante mètres de course.

On se frottait les yeux, mais la réalité était là : 14-22 !

Ne restait plus à Baho que le quart d’heure catalan pour se sortir de l’ornière dans laquelle il s’était inexplicablement enfoncé.

Tichadou sonnait la révolte, imité par Pagès, servi par Maxence Sabathier suite à un contre sur Hatubou, Maury s’extirpait d’une forêt de bras et de jambes pour envoyer Djibril Dauliac en dame.

Celui-ci remettait vite le couvert, et Rachid Mekkaoui finissait un repas qui avait longtemps eu du mal à passer.

On retiendra donc le dernier quart d’heure, catalan, et bien sûr la qualification qui allait avec.

Challenge Aillères

BAHO – LYON 40-22

Mi-temps 14-10

Arbitre Christophe Grandjean

Baho : 8 essais Bitigri (15), V. Pagès (22, 68), R. Maury (30), Tichadou (65), Dauliac (71, 74), Mekkaoui (77), 4 T Mekkaoui (3) et K. Belkhiri.

Lyon-Villeurbanne : 3 essais S. Aguerra (34, 60), Ludosan (47), 3 T et 2 pénalités (3, 11) Laachiri.

Cartons jaunes :

A Baho : Bitigri (54).

A Lyon : Ezzine (64).

BAHO : Bitigri – Tichadou, V. Pagès, Dauliac, Payan – (o) R. Maury, (m) K. Belkhiri – M. Da Costa, Burghoffer, Brahimi – Bey, M. Guasch – Mekkaoui.

Sont entrés en jeu Sabathier, El Fizazi, Battle, Roumli.

LYON : Hatubou – S. Aguerra, Ezzine, Pierre, Anchidine – (o) Ludosan, (m) Laachiri – Haddam, Bounab-Lamiral, Colin Niez – Lopez, Djerbi – Sertani.