Finale de la Coupe de France 2019 – Lord Derby

CARCASSONNE – ST ESTEVE XIII CATALAN 22-6

Mi-temps 10-6

Arbitres Mohamed Drizza et Benjamin Casty

5 000 spectateurs environ

Carcassonne : 4 essais B. Escamilla (8), Lo (13), Soueyras (43), Tumusa (72), 4 T Alberola (13, 43, 72).

St Estève XIII Catalan : 1 essai Salabio (21), 1 T J. Guasch.

Cartons jaunes : N. Djalout (Carcassonne) et Bartès (St Estève XIII Catalan) à la 51è.

CARCASSONNE : Tumusa – Soubeyras, N. Djalout, V. Albert, Lo – (o) L. Franco, (m) Alberola – B. Escamilla, Khedimi, Rouanet – Canet, Baile – Sabri.

Sont entrés en jeu Tétart, J. Anderson, Soum, Zava.

ST ESTEVE XIII CATALAN : Brochon – Martin, Pomeroy, Ambert, R. Franco – (o) Mourgues, (m) J. Guasch – Bartès, Mresta-Doucet, Cozza – U. Perez, Séguier – Th. Margalet.

Sont entrés Salabio, Le Cam, Bled, Zafra.

Si la chance n’a pas toujours souri aux Canaris (genou droit de Bastien Escamilla qui lâche à la 36è, Florent Rouanet emporté sur une civière à un quart d’heure de la fin), force est de constater que leur métier, leur puissance au milieu du terrain, leur opportunisme, et leur faculté à faire bloc dans les moments difficiles, ont fait des Catalans de la chair à pâté.

Logique implacable, quand en face on aligne huit joueurs de moins de vingt ans, politique maison faite pour emmagasiner de l’expérience pour plus tard.

Reste que les Carcassonnais, eux, étaient à l’heure, avec un coup de pied rasant mis à profit par Bastien Escamilla, et une passe de Thomas Ambert interceptée par la fusée Gary Lo.

Et si à la pause, le match n’était pas encore plié, Hugo Salabio (irréprochable, à l’image de Mathieu Cozza et Paul Séguier) ayant fait jaillir ses muscles pour éteindre momentanément l’incendie, ce dernier se propagea rapidement après la reprise, Alexis Alberola ayant pris un intervalle pour poursuivre l’action au pied, le ballon cafouillé par Romain Franco n’échappant pas à l’instinct de tueur de Clément Soubeyras.

Plus tard, incapables de marquer sur leurs temps forts, malgré les éclairs de talent signés Arthur Mourgue, une poignée de centimètres manquant à Thibaud Margalet pour entretenir l’espoir (66è), ils laissaient les Jaune et Noir conduire le bal au tableau d’affichage, Tony Tumusa, en une double feinte de corps, enfonçant un peu plus encore le fer dans une plaie qui néanmoins guérira, vu le fort potentiel dont ils disposent.