Au coup d’envoi, rien n’incitait à l’optimisme : les Broncos Catalans restaient sur une amère défaite à Villeneuve-sur-Lot, soldée par trois blessures de plus.

Or, en dépit de l’embouteillage à l’infirmerie (François Thérésin, Yacin Atba, Omer Djalout, Kamel Belkhiri, Jamal Fakir, Anthony Carrère, Bruno Castany, Loïc Rosemplatt, Hadrien Domergue), d’où l’appel adressé aux réservistes pianencs Arthur Bidaut, Vincent Tène, et aux juniors Mike Parenti, Bascou, Nicolas Chalmey, Palau a réussi son coup, à la faveur d’un match plein, ponctué par dix dernières minutes de folie.

Reste que depuis son aile, Sofian Ghanem avait tiré le premier, Georgy Gambaro effaçant de sa route trois Provençaux pour lui donner la réplique.

Mais le SOA maîtrisait aussi bien que son hôte la période initiale, avec un essai d’Olivier Arnaud engendré par Jack Payne, qui hélas ne terminera pas la mi-temps, blessé à une épaule et indisponible pour environ trois semaines.

Un départ au ras du tenu de John Boudebza rétablissait bientôt l’équilibre, mais Payne se jetait sur un coup de pied rasant délivré par Arnaud, et sans la longue passe au pied de Clément Herrero, souriant à Gambaro, les Catalans auraient accusé plus de deux points de retard à la pause.

Mais c’était le même Gambaro qui y allait de son triplé dès la reprise, bientôt imité par Ben Pomeroy, dernier servi d’une juteuse offensive confectionnée entre autres par Herrero, Paco Jamil, Gioele Celerino.

Illico presto, Pomeroy perçait, avec Marvin Merbah en soutien, si bien que le trou, cette fois, était creusé.

Certes, Baptiste Avis, sur attaque classique, redonnait un soupçon d’espoir aux visiteurs, mais Palau enfonçait le clou dans les dix dernières minutes : Celerino bénéficiait d’une passe au pied, Parenti et John Boudebza parachevant un travail à peine contrarié par la conclusion de Vincent Comtat, à quatre minutes de la fin.

Un match référence, en quelque sorte…

Paco Jamil et Marc Janicot ont dominé Avignon en deuxième mi-temps.