“Nous avons fait trop de fautes en première mi-temps, le plan de jeu n’a pas été respecté, mais nous avons pu ensuite accélérer”, expliquait dans les colonnes de L’Indépendant le jeune deuxième ligne de Saint-Estève XIII Catalan, Corentin Le Cam, au soir d’un match à Pia ayant confirmé la valeur de la classe biberon sang et or, parfois ses manques également, en même temps que les bravoure des Baroudeurs.

Une bravoure mêlée, en première période, “d’intelligence dans le jeu, d’un bon contrôle du tenu”, soulignait de son côté Thomas Valette, entraîneur d’une équipe d’Elite 2 ayant alors complété ses chaînes à plus de 80%.

C’est la suite qui, pour les Pianencs, fut plus compliquée.

“Après la pause, nous avons traversé un légimitime passage à vide, face à l’intensité proposée par l’adversaire”, retenait en effet Sébastien Maris, le coach assistant des Baroudeurs.

Le talonneur Clément Meunier, pour sa part, retenait “l’agressivité” dont Pia avait fait preuve.

“Engagement physique limite”

Celle qui manquait peut-être un peu aux visiteurs, comme l’admettait Julien Touxagas, leur manager : “Le travail a été seulement à moitié fait, car nous avons été très limite au niveau de l’engagement physique”.

Si bien que les locaux étaient devant à la pause (20-18).

Certes, Alan Baby avait fait fructifier une passe au pied de Joan Guasch, certes encore Robin Brochon avait inscrit un essai en première main, derrière une mêlée, certes enfin Mathieu Laguerre et Joe Chan avaient scoré à la fin du premier acte, mais Pia, de son côté, marqué trois essais.

Anthony Prados avait en effet cassé la ligne suite à un décalage de Guillaume Rey, Anthony Durand avait fixé au profit de Marc Florenza, et Quentin Brail avait judicieusement feinté la passe.

La suite, pour les Salanquais, était moins rose.

La casse s’invitait au derby, et, surtout, Saint-Estève XIII Catalan mettait la vitesse nécessaire : Jason Goffin prenait un intervalle, Valentin Zafra l’imitait de manière tranchante, Romain Franco débordait à deux reprises, Zafra remettait le couvert, enfin Ugo Perez se trouvait au soutien de Rachid Mekkaoui.

Consolés par l’ultime essai d’Adam Madouri, les Pianencs n’avaient rien à regretter.

Au contraire, selon Clément Meunier : “Ce match va nous mettre en confiance”.

Robin Brochon et St Estève XIII Catalan ont séduit en deuxième mi-temps.
Crédit Michel Robeyrenc