Le Soler de Sébastien Sanchez, Raphaël Gonzales (à gauche sur la photo), et du président César Rodriguez (troisième à partir de la droite), avait fait sensation au début des années 80.

Si autant, en football, les surprises peuvent être légion, autant en rugby elles sont rares. Mais pas inexistantes.

Il suffit de se souvenir des parcours glorieux de quelques “petits”, par le passé.

Comme par exemple Le Soler, ou Salses, qui avaient atteint les demi-finales.

En 1982, Le Soler de Jacques Jorda, alors en Nationale 3, éliminait d’abord Palau (N2), puis Talence, Pennautier (N2), Pia (Elite 1), et chutai     t d’assez peu (15-5) en demi-finale contre le XIII Catalan.

En 2005, pour sa part Salses (DN1) avaient sorti tour à tour Lescure, Le Barcarès (Elite 2), Lyon-Villeurbanne, Villeneuve-sur-Lot, avant de chuter en demi-finale face à Limoux.

Et cette année, alors ?

Eh bien, pourquoi ne pas faire un pari, certes osé, sur Baho, Pia Baroudeurs, Villegailhenc-Aragon, pour n’en citer que quelques-uns.

Mais commençons par le commencement.

A savoir un premier tour concernant les clubs d’Elite 2, qui tend largement les bras aux favoris, comme Lyon-Villeurbanne à Montpellier, le VARL à Ille, Villeneuve-Minervois à Saint-Laurent de la Cabrerisse, Carpentras à Cheval Blanc, Lescure à Saint-Pierre-de-Trivizy, Salon à Apt, Entraigues à Paris, Baho à Pomas, Ferrals au Val d’Orbieu, Villefranche-Aveyron à Lescure contre la réserve du club tarnais, Pia Baroudeurs à Villegailhenc contre l’équipe II du Cabardès, Toulon à Caumont.

En dessous, Le Barcarès à Pamiers, Réalmont à Ramonville, ne craignent a priori pas grand-chose, alors qu’un exploit n’est pas à écarter de la part du Val de Dagne.

Les autres rencontrent promettent d’être plus serrées, mais quoi qu’il en soit, c’est la Coupe, non ? Où l’on passe parfois de la réalité au rêve…

Bref, allez les “petits” !