Romain Navarrete, fer de lance du pack tricolore, est devenu en l’espace d’un an un des tous meilleurs piliers de Super League.
Crédit Bernard Rieu

L’entraîneur assistant du XIII de France, Renaud Guigue, revient sur la victoire des Bleus, samedi dernier à Dublin, et attend des Bleus qu’ils évitent tout relâchement, avant le dernier acte de la Coupe d’Europe, titre en jeu.

Vous attendiez-vous à une opposition de ce style, de la part des Irlandais ?

Nous n’avions comme images que celles de leur dernier match contre l’Ecosse, mais on les savait évidemment hyper motivés, puisque une deuxième victoire d’affilée les aurait qualifié directement pour la Coupe du monde 2021. Et si nous avons été ultra dominateurs en première période, nous avions raison de nous méfier, car les Wolfhounds ont trouvé les ressources nécessaires pour revenir au score en seconde mi-temps.

Comment expliquez-vous cette production à deux visages de la part des Bleus ?

Une fois que nous avons mené 18-0, nous avons commencé à éprouver des difficultés. En raison d’un arbitrage quelque peu défavorable, et surtout parce que la machine s’est grippée, alors que nous tentions en vain de déstabiliser l’adversaire en jouant au large. Les Irlandais sont parvenus à nous contrarier. Nos demis ont été un peu à la peine, également, face à une équipe adverse survoltée, dès la reprise, mais Théo Fages et Lucas Albert se sont montrés efficace en défense, sur les extérieurs.

La France a cependant toujours eu le match en mains…

En effet, d’autant que le deuxième essai d’Alrix Da Costa nous a offert un second souffle.

Le talonneur des Bleus a pris une importance de taille dans la victoire de Dublin…

On peut dire qu’il effectue une belle Coupe d’Europe, après s’être déjà montré à son avantage contre le Pays de Galles.

D’autres joueurs vous ont-il convaincu ?

L’ensemble de l’équipe a accompli sa part de travail, a affiché une belle envie, a bien défendu, mais il est clair que Romain Navarrete a démontré une fois de plus qu’à Wigan, cette année, il a pris une autre dimension. Il déploie toujours la même agressivité, mais plus longtemps dans un match, désormais. Mickaël Goudemand a joué soixante minutes, les deuxièmes lignes l’intégralité de la rencontre, et tous ont été précieux, Lambert Belmas a apporté du tonus lorsqu’il est entré en jeu.

De quoi aborder le dernier match avec confiance ?

Notre objectif est de remporter ce championnat d’Europe, il ne faudra donc pas se relâcher sous prétexte que nous venons d’aligner deux victoires consécutives. D’autant plus que l’Ecosse a été impressionnante lors du premier quart d’heure de jeu, vendredi dernier au Pays de Galles, avant de baisser pavillon, et les Bravehearts aborderont le match à Carcassonne libérés de la pression du résultat.