Ille-sur-Têt ambitieux et prudent la fois.

Si Ille n’oublie pas qu’il a été corrigé par Salon, cette saison en Provence, il sait surtout que, depuis, le temps est au beau fixe.

Huit victoires pour deux revers, ça vous pose une équipe, en effet.

Résultat, les Maraichers ont terminé en tête de leur Poule, s’ouvrant les portes d’un quart de finale de championnat à domicile, le 2 juin contre Lescure.

Mais avant, il y a une Coupe de France Juniors Nationaux à soulever, dimanche à 14h au stade Jo Maso de Saint-Laurent-de-la-Salanque, et l’espoir est permis, si l’on en croit le co-président Eric Sibieude, enchanté de voir à quel point ses protégés “ont fait preuve de concentration”, dernièrement en demi-finale de Coupe, à La Réole.

Vainqueurs des Girondins 39-34, alors que ces derniers présentaient une carte de visite qui en aurait effarouché plus d’un (premiers du Groupe Ouest, avec Carcassonne), les Illois ont fait fort, ce qui ne surprend qu’à moitié leur coach, Mathieu Calmon.

“J’étais conscient du potentiel de l’équipe, malgré la minceur de l’effectif au départ de la saison”, avance celui qui oeuvre au sein du staff technique en compagnie de Sébastien Launay et Eddie Benet.

Champion de France en titre de la catégorie, Ille était parti de loin, ne présentant que 18 licences au coup d’envoi de la saison, avant d’accueillir cinq jeunes de Millas, club de rugby à XV voisin et ami.

Puis le temps et le travail ont fait leur oeuvre.

Ille a éliminé tour à tour, en Coupe, l’Ecole Saint-Estève Rugby XIII, Carpentras, et donc La Réole, et est à une marche de la consécration.

Salon prêt à passer à l’action !

L’autre président, Bernard Llong, ne cache pas sa fierté, et accorde pleine confiance à “ce groupe dont l’ossature est celle de la saison passée”.

Une expérience des grands rendez-vous susceptible de peser, dans cette finale que l’on devine à l’avance serrée.

Le volume de jeu de Théo Jourdan

Car en face, Sébastien Idir, le coach provençal, ne tarit pas d’éloges sur son groupe : “Nous avons battu Ille à domicile 48-10, avant de nous incliner 18-34 en pays catalan, où nous étions privés de quatre titulaires, et si nous avons terminé quatrièmes du championnat (ndlr : d’où le quart de finale qui les attend le 2 juin à Carcassonne), c’est justement parce que nous avons été perturbés par le fait que de nombreux juniors évoluaient cette saison en Elite 2, or cette fois nous sommes au complet, et mieux armés qu’au printemps 2018, où l’ensemble était trop jeune pour espérer triompher”.

Mieux armés, désormais, les Salonais, forts de l’ossature de la saison écoulée, tableront notamment sur leur capitaine, le talonneur Théo Jourdan, passé par le SO Avignon et revenu à Salon voici deux ans, “un joueur discipliné et possédant un gros volume de jeu”, indique son entraîneur, de même que sur Seydou Diallo et Karim Tikhfist, deux éléments qui pèsent sur une rencontre.