Loïc Mazars et Réalmont veulent y croire.

Dimanche à 16 h, à Saint-Laurent-de-la-Salanque, les Griffons défieront Tonneins en finale de la Coupe de France Paul-Déjean, avant de retrouver les Phoenix sur leur route, cette fois en finale de zone du championnat de France.

Lors de la deuxième phase du championnat, Tonneins s’était imposé à domicile avec six points d’avance sur les Tarnais, le match retour à Réalmont ayant vu la victoire des Griffons sur une marge également étroite (+6), c’est dire si on s’attend à un combat de chefs, en pays catalan, entre deux équipes ayant chacune remporté sept matchs sur huit, lors de cette même deuxième phase.

Réalmont veut soigner la finition

“Une finale ça se gagne, on se souvient toujours du vainqueur, rarement du finaliste, il nous faut donc prendre le match par le bon bout, comme dernièrement contre Le Barcarès-Le Soler-St Laurent, être solide défensivement et éviter les fautes de main en attaque, sans oublier de se montrer réalistes dans la finition”, note l’entraîneur tarnais Pierre Assié, avant le choc de dimanche.

Son assistant, Stéphane Migayrou, songe aussi à la finale de zone, tablant sur celle de la Coupe pour installer les siens “sur une bonne dynamique”.

“Une victoire en Coupe nous offrirait un avantage psychologique avant le futur rendez-vous avec Tonneins, et si nos joueurs sont évidemment motivés, encore faudra-t-il qu’ils mettent un maximum d’intensité et de précision dans leurs actions“, explique-t-il encore.

Tonneins a gagné en expérience

Des qualités que devront également mettre en avant les Lot-et-Garonnais, s’ils veulent soulever une Coupe qu’ils avaient glané trois années de suite, en 2009, 2010 et 2011.

Cette saison en tout cas pourrait être la bonne, pour les Phoenix, le président Eric Vergniol indiquant que “ces dernières années, l’équipe s’était arrêtée au stade des demi-finales, en Coupe comme en championnat, par manque de maturité”.

Or, pour cette fois aller plus loin, Tonneins peut tabler sur un socle d’une petite dizaine d’anciens de la maison, et sur l’apport de jeunes “ayant gagné en expérience, au fil des mois”, se félicite Eric Vergniol.

Tonneins est plus performant que la saison passée.
Crédit Raymond Joseph Franques