ILLE-SUR-TÊT – SALON 26-16

Mi-temps 12-4

Arbitre Mickaël Lannes

Ille : 4 essais Jampy (6, 60), H. Cordoba (28), Benet (78), 4 T et 1 pénalité (80) Jampy.

Salon : 3 essais Vincent (40), Meynier (42), Corso (58), 2 T Fracasso (42), Tikhfist (58).

Carton jaune puis rouge à Salon : Diallo (79), pour contestations.

ILLE : Aurélien Fardau – Laurent Jubal, Kevin Benet, Mathieu Martinez, Anthony Baylet – (o) Hugo Cordoba, (m) Quentin Victor – Thomas Junoy, Valentin Guenard, Lucas Jampy – Aurélien Vales, Dylan Arasa – Rémi Funda.

Sont entrés en jeu Alexandre Cabezas, Yahzid Bekheira, Mael Abdoun, François Prévot.

SALON : Vincent Guillot – Erwan Darlot, Axel Corso, Shaun Peru, Nicolas Martinod – (o) Joaquim Gross Bedadi, (m) Gabriel Rech-Pascual – Amine Alafedy, Théo Jourdan, Anthony Meynier – Sabri Bendehina, Frédéric Fracasso – Seydou Diallo.

Sont entrés Lucas Viardot Amauric, Vincent Parra, Quentin Vincent, Abdel Karim Tikhfist.

Plus réaliste, et sublimé par l’abattage de Jampy, le talent de Cordoba et Benet, Ille est venu à bout, non sans mal, d’un adversaire en course pour la victoire d’un bout à l’autre de ce duel d’un haut niveau physique.

Lequel démarrait vigoureusement, Jampy et Junoy manquant d’un rien la cible, alors que le duo Vales – Guenard inquiétait à son tour la défense provençale. Laquelle finissait par céder au bout de six minutes (passe au pied de Cordoba pour Jampy), la première occasion d’essai de Salon venant deux minutes plus tard d’une entente entre Diallo et Alafedy.

Les Maraîchers poursuivaient cependant leur oeuvre, Victor échouant de peu sur un coup de pied rasant de Jampy (23è), avant d’abandonner les siens. Et la récompense venait d’un petit coup de pied à suivre de Cordoba pour lui-même.

En face, on ne manquait pas d’audace, à l’image de Bendehina et Cordo, faisant trembler la défense catalane, ni de tranchant, à l’instar de Fracasso, Viardot guidant à merveille les Provençaux, par la répétition de ses charges.

Salon aurait d’ailleurs pu enfin trouver la faille, quand Rech-Pascual, Guillot, Peru et Martinod se mettaient en quatre pour bousculer leurs adversaires, mais l’action restait lettre morte, tout comme l’offensive de Tikhfist, et seul Vincent était récompensé de ses efforts, rapprochant ainsi les Bleus au score (12-4).

Non seulement Salon avait outrageusement dominé la fin de la première période, mais en plus il remettait le couvert au retour des vestiaires, si bien que Rech-Pascual et Bendehina déblayaient le chemin au profit de Meynier.

Ille n’avait plus qu’un maigre viatique (12-10), mais si l’énorme trouée de Cordoba ne trouvait pas preneur, Jampy, pour sa part, inscrivait un essai déterminant pour la suite. Car dans la foulée ou presque, Bendehina et Gross mettaient joliment Corso sur orbite, Salon se rapprochant ainsi de nouveau au tableau d’affichage.

Il fallait un rush saisissant de Jampy, provoquant l’essai du rusé Benet, pour délivrer définitivement des Catalans à l’épreuve jusqu’au bout, mais héroïques en défense, Gross étant ensuite repoussé de l’en but adverse, ultime espoir de victoire envolé.