TONNEINS – REALMONT 20-18

Mi-temps 12-0

Arbitre Mickaël Lannes

Tonneins : 4 essais Trémouille (9, 37), Stedile (30), Nicolas (56), 1 T (56) et 1 pénalité (72) Lamarti.

Réalmont : 3 essais Boutonnier (43, 79), Th. André (46), 3 T Justin Roux.

TONNEINS : Louis Barrès – Mickaël Trémouille, Audrick Ruiz, Gaëtan Vick, Farid Nicolas – (o) Yllias Lamarti, (m) Baptiste Soulage – Alexis Labarchède, Jordan Derosière, Phillip Scott – Julien Mourer, Raphaël Ousty – Damien Stédile.

Sont entrés en jeu Warren Tinjus, Daniel Deganello, Smaïn Bouafia, Vincent Benoist.

REALMONT : Justin Roux – Olivier Bousquié, Benjamin Barrau, Rémi Boutonnier, Romain Bascoul – (o) Florian Blanquet, (m) Loïc Jalade – Vincent Couffignal, Thomas André, Damien Fabre – Loïc Mazars, Florent Samuel – Adrien Boyer.

Sont entrés Jérémy Galinier,  Bernard Paulin, Antoine Merle, Dimitri Falatko.

Le dernier sacre des Phoenix datait de 2011, titre de champion de France à la clé. Dimanche, sous la tramontane du stade de la Mer, c’est la Coupe de France Paul-Dejean qui est venue garnir l’armoire à trophée d’un club toujours en course pour un éventuel doublé. Avec comme prochain adversaire, en finale de zone, une demi-finale du championnat qui n’en porte pas le nom, le même que celui qui est tombé avec les honneurs, ces Griffons menés 12-0 avant de rétablir spectaculairement la situation en début de seconde période, puis de se heurter à l’admirable défense de Tonneins.

L’interception de Soulage

Une finale marquée par un engagement physique de chaque instant, rythmée, et ponctuée de quelques coups d’éclat au plan offensif. Avec Tonneins en action le premier, Bousquié, trop hésitant sous une “bombe” de Lamarti, laissant le champ libre à Trémouille.

Peu avant la demi-heure de jeu, les Tarnais gâchaient une franche occasion de répliquer, le superbe essai de cinquante mètres initié par Boutonnier et conclu par Jalade étant refusé. Et le sort était d’autant plus contraire à Réalmont que Stedile, au prix d’un louable effort, augmentait l’avance des siens. Ousty, échappé sur trente mètres, sollicitait bientôt Soulage, stoppé sur l’en but Lot-et-Garonnais, puis ce dernier interceptait dans ses trente mètres une passe de Blanquet pour autoriser Trémouille à finir le travail.

André, plein fer

12-0, mais comme Réalmont n’est pas du genre à abdiquer, Boutonnier se fendait d’un superbe solo dès la reprise, et Mazars lançait André, plein fer, sous les barres.

12-12, un autre match commençait. Une longue percée de Bastoul n’allait pas au bout, les “tampons” se multipliaient, Adrien Boyer abandonnait les siens (51è), les Griffons pilonnaient à tour de tôle, Mazars étant tout près de concrétiser la domination d’une équipe venant de laisser passer sa chance, car si Ousty, servi par Lamarti, n’aplatissait que sur le dos, Nicolas, lui, était victorieusement décalé sur le tenu suivant.

18-12, et toujours Réalmont le mors aux dents, Merle et Mazars mettant coup sur coup la défense tonneinquaise à contribution.

Comme Paulin, un peu plus tard. Mais si Tonneins rendait parfois trop tôt le ballon, il plaquait par contre à merveille. Sauf quand Boutonnier passait dans une forêt de jambes pour ramener les siens à deux longueurs. Trop tard, cependant, pour priver les Phoenix d’une explosion de joie.

On salive déjà à l’idée des retrouvailles entre ces deux belles équipes…