Crédit Anaïs Sibieude

ILLE – TOULON 52-14

Mi-temps 24-6

Arbitre Benjamin Casty

Ille-sur-Têt : 9 essais Capillaire (20), Tr. Margalet (25), Kim Mohamed (29), Soula (33, 66, 80), S. Cordoba (50), H. Cordoba (71), Curto (76), 7 T et 1 pénalité Soula.

Toulon Métropole : 3 essais Davo (37), Ponticaccia (64), Borg (76), 1 T.

Carton Rouge à Toulon : Risso (55).

Carton jaune à Toulon : Velvin (58).

ILLE : Lapierre – Curto, Hidalgo, Gonzalvez, Nezondet – (o) H. Cordoba, (m) Burghoffer – Th. Margalet, S. Cordoba, Cardon – Capillaire, Soula – Tr. Margalet.

Sont entrés en jeu Pujol, Vico, Kim Mohamed, Pastor.

TOULON : Cocheril – Borg, Velvin, Lobono, Samaï – (o) Chawki, (m) Davo – Medkouri, Langdale, Youssouf – Chambon, Brahim – Allan.

Sont entrés Ponticaccia, Chevillard, O. Manak, Risso.

A 13 contre 13, Ille était de loin le plus fort, alors pensez, à 12, et même à 11 l’espace de dix minutes…

Pour autant, les Varois ont courageusement fait front. Avec leurs insuffisances, mais aussi leurs atouts, comme les gabarits imposants de Badr Medkouri, Idriss Toussouf, Ondrej Manak.

Le problème, pour eux, c’est que Ille peut volontiers dire, comme une pub de Thermolactyl,  “Froid, moi ? Jamais !”

Tramontane glaciale ou pas, les Maraîchers étaient en effet chauds d’entrée de jeu, et au bout de ce duel plus accroché que ne l’indique le score, la grosse activité de Tristan Margalet et de Nicolas Burghoffer, le talent de Renaud Lapierre, ont largement prévalu.

La cheville de Thibaut Margalet

N’eût été la sérieuse blessure à la cheville gauche de Thibaut Margalet (69è), l’après-midi aurait été aussi radieuse que le soleil qui baignait le stade Jean-Galia et son nombreux public.

Lequel ne mit pas longtemps à taper dans ses mains pour se réchauffer, Victor Capillaire profitant de deux courts relais d’avants pour mordre l’en but adverse.

Jusque-là, Toulon n’était surtout pas resté les bras croisés, mais ni Mouad Chawki, ni Sylvain Chambon, ni Baptiste Cocheril, pourtant tout près du but, n’étaient parvenus à piéger l’âpre défense catalane.

Bientôt, Tristan Margalet s’arrachait avec brio pour gonfler la marque, imité peu après par Kim Mohamed, au terme d’une offensive bien pensée, et par Mathias Soula, tranchant sur le coup.

Et seul François Davo, au bout d’un contre au pied de soixante-dix mètres, avait récompensé l’ardeur des visiteurs.

Lesquels entamaient tambour battant le second acte, mais il avait manqué à chaque fois moins d’un mètre à Snowden Velvin, Ricki Allan, et Badr Medkouri, pour espérer franchir la ligne fatidique, l’épais rideau illois se montrant intraitable.

Le coup droit de Borg

Plus tard, Allan remettait le couvert mais sans plus de réussite, une feinte de passe de Mouad Chawki n’était pas loin de surprendre les Maraîchers, mais en face on récitait un rugby hautement collectif, et une fois que Hugo Cordoba eût embarqué la défense varoise, le tenu suivant était exploité par Sylvain Cordoba.

30-6 à égalité numérique, et puis…

Un offload autorisait Kevin Curto à alourdir l’addition, en face Morgan Ponticaccia avait le mérite de trouver la faille, Soula héritait d’une passe au pied pour inscrire le deuxième de ses trois essais, un rebond trompait l’arrière-garde toulonnaise mais pas Hugo Cordoba, le coup droit de Julien Borg rendait moins amère la pilule, et Soula donnait la dernière touche au chouette tableau dessiné par Ille.