Le match de samedi à Santry, à 7 km au nord de Dublin, s’annonce serré, si l’on en croit le site de paris anglais Ladbrookes, qui cote la France à 1/8 et l’Irlande à 9/2, et Jacques Jorda, qui avait assisté en 2014 à la victoire des Wolfhounds sur les Bleus (22-12), au Tallagh Stadium de Dublin, sait combien la tâche s’annonce délicate, quoique la démonstration offerte face aux Gallois a de quoi rassurer.

“Ce jour là, Eloi Pélissier avait fait un grand match, mais ça n’avait pas suffit. Cette fois, le XIII de France a les moyens de l’emporter, surtout après ce qu’il a montré devant le Pays de Galles”, explique le vice-président de la commission de haut niveau à la FFR XIII.

“J’ai vu des Bleus pratiquer un rugby alerte, avec un volume de jeu important, et tous les joueurs ont rempli leur rôle, derrière la figure de proue Jason Baitieri, plus capitaine que jamais”, poursuit le dernier entraîneur à avoir conduit les tricolores à la victoire sur la Grande-Bretagne, en 1990 à Leeds.

“Certes, j’ai trouvé les Gallois un peu tendres, et l’Irlande possède davantage de joueurs de haut niveau, mais cette équipe de France a une âme, ce qui est le plus important dans l’optique de la prochaine Coupe du monde. Incontestablement, un groupe est en construction, les Bleus jouent vite, à l’image de Morgan Escaré et Tony Gigot, ça me plait, et plus intéressant encore, Aurélien Cologni possède deux solutions sous la main, à la charnière”.

Deux solutions en demis

Et d’évoquer le choix, payant, d’avoir opté pour une paire de demis Théo Fages – Lucas Albert, Tony Gigot arrière, Morgan Escaré ailier, et un autre qui trouverait également grâce à ses yeux, avec “Tony à l’ouverture et Morgan à son poste de prédilection, arrière”.

“Samedi à Carcassonne, où Théo et Lucas ont privilégié le collectif, pour souvent permettre à Tony de venir déstabiliser la défense adverse, j’ai par ailleurs noté que Stan Robin s’est montré à son avantage lorsqu’il a joué au talonnage, alors que Lambert Belmas a confirmé ses possibilités comme pilier”, ajoute Jack.

“Avec Tony à la charnière, on serait pareillement capable de gêner au maximum les défenseurs adverses, peut-être même davantage encore, bien qu’il ait légèrement tendance à trop conserver le ballon, et c’est en tout cas intéressant d’avoir une autre solution dans la manche”.

“Mieux vaut trop que pas assez”

Et Jacques Jorda de souligner, encore, que “Bastien Ader, sobre mais très utile contre les Gallois, est capable de mieux utiliser sa vitesse, alors que Hakim Miloudi, doté de qualités exceptionnelles, en fait parfois un peu trop, alors qu’il aurait intérêt à se montrer plus collectif, mais mieux vaut trop que pas assez, cela a toujours été ma philosophie”.

Une forme de jeu résolument tournée vers l’attaque, que privilégie le staff technique des Bleus, et qui pourrait donner quelques sueurs froides aux Irlandais, samedi.