“On the road” again, la Super League s’est invitée au Camp Nou, pour un énième match délocalisé (une vingtaine depuis 1998), et Barcelone aujourd’hui, c’est bien plus fort encore qu’hier par exemple l’Estadi Olimpic de Montjuic, le Millenium, l’Etihad, Murrayfield, St James’Park, le Stade de la Méditerranée, Ernest-Wallon, le Stade Yves-du-Manoir, ou Wollongong Showground en Australie.

C’est bien plus fort, aussi, car les supporters des Dragons (170 bus rien qu’au départ des Pyrénées-Orientales) ont vécu une après-midi inoubliable, d’abord inquiets de voir leurs favoris chahutés par des rivaux dominateurs au plan territorial, mais rassurés par une défense de fer, et finalement libérés lorsque Sam Kasiano mis le feu dans celle de Wigan.

Devant les téléspectateurs de BeIN, TV3, Sky et Fox Sport, après l’émouvante minute d’applaudissements réservée à la mémoire de Bruno Guasch, petit signe de la main de Bernard à son frère, avec s’il vous plait 31 535 spectateurs, dont ceux ayant pris place sur les sièges VIP de 1 400 partenaires, Kasiano a fait basculer le match en sept minutes. 33-16 à l’arrivée !

Ses gestes de chat, ses muscles de chêne, ont ébloui le public et réduit en cendres les espoirs anglais. D’abord une occase pour rien offerte par Tony Gigot (37è), un des autres grands bonhommes de la rencontre. Puis un arrachage de la part du géant, qui libérait en direction de David Mead. Somptueux. Le score passait de 8-6 à 14-6. Samisoni Langi, éborme lui aussi sur la pelouse, à l’instar de Rémi Casty, Mike McIlorum, David Mead, Kenny Edwards, marquait à son tour en force. Et enfin Jason Baitieri mettait sur la voie du succès l’autobus Kasiano. 26-6, fermez le livre !

Gigot ajoutait ensuite un drop, après avoir manqué de peu de profiter du gigantesque travail préparatoire d’Edwards, et Mead chipait un ballon perdu par Wigan pour une punition plus sévère encore (33-6).

Gildart et Hardaker, pour la gloire, rendaient moins amère la défaite de leur équipe, laquelle avait pourtant craché le feu en première mi-temps et en début de seconde, mettant beaucoup de rythme dans les actions offensives, mais le formidable pressing défensif exercé par les Dracs ne permettait pas aux “Rouges et Blancs” de traduire au score leur supériorité.

Sans Sam Tomkins, sans Greg Bird, bras gauche en marmelade au bout d’un quart d’heure de jeu, les Dragons ont signé un exploit retentissant. D’abord grâce à leur volonté sans faille (sauvetages de Rémi Castyen première période, de Lewis Tierney peu après la reprise), à la feinte de passe de McIlorum lui permettait de gicler victorieusement au ras (20è, 8-0)), et à l’apport déterminant, ensuite, de sa majesté Sam. Pas Tomkins, l’autre…

Bienvenue à Alba Baitieri

Le capitaine du XIII de France et troisième ligne des Dragons Catalans, Jason Baitieri, est l’heureux papa depuis mercredi soir, veille du départ de l’équipe à Barcelone, d’un deuxième enfant, une petite fille prénommée Alba.