La saison du doublé pour Pia

Finale du championnat DN1

PIA – TOULON 35-21

Mi-temps 24-3

1 300 spectateurs environ

Pia : 6 essais L. Gimenez (5), Lévy (20), Masuaute (25), C. Pacull (37, 60), Billerach (79), 3 transformations L. Gimenez (5, 20, 79), 2 pénalités L. Gimenez (30, 32).

Toulon : 3 essais Ruggieri (68), Samaï (70, 75), 3 transformations Laizet, 1 pénalité Laizet (6), 1 drop Laizet (15).

PIA BAROUDEURS : Greg Gimenez – Maxime Garcia, Sylvain Masuaute, Cédric Pacull, Elian Billerach – (o) Loïc Gimenez, (m) Arthur Bidaut – Marc Janicot, Mickaël Llopis, Anthony Léger – Etienne Bezo, Vincent Gonzalez – Nicolas Torrent.

Sont entrés en jeu Alexandre Lévy, Abdlekader Cherat, Medhi Bougherara, Loïc Torrès.

TOULON : Mathis Samaï – Sylvain Ruggieri, Jean-Patrick Angelini, Bastien Fraisse, Erwan Pommier – (o) William Demjian, (m) Benjamin Laizet – Adrian Ivol, Romain Cierlo, Andrej Manak – Sébastien Fenoy, Tamatoa Huuti, Morgan Ponticaccia – Enzo Brauim.

Sont entrés Mouad Chawki, Idriss Youssouf, Jean-Luc Angelini, François Giglioli.

Les Baroudeurs de 2006, à l’époque entraînés par Gilles Marquès, avaient remporté la Coupe (16-12 contre Apt) mais échoué en finale du championnat, battus 30-14 par Villeneuve-Tolosane. Ceux de 2018 ont fait mieux, en s’adjugeant un doublé si convoité, “Paul Dejean” et championnat.

Et un deuxième titre en deux ans, pour le coach Franck Rovira, cette fois dans la catégorie au-dessus. De quoi faire le bonheur de l’ancien pilier de fer : “Très solides en défense, répondant présent face au gros pack adverse, nous avons fait la différence en première mi-temps”.

Certes, un moment en seconde période, Toulon, valeureux comme promis, a recollé au score (21-27), mais Alexandre Lévy disait après coup ne pas avoir craint le pire : “Nous avions de la marge, et nous avons insisté sur la mobilité face à des rivaux plus lourds, qui ont craqué physiquement sur la fin de chaque mi-temps”.

Greg Gimenez, lui, reconnaissait avoir “un peu paniqué” quand les Varois se firent menaçants, mais comme Pia a mis un terme à son relâchement dans les dix dernières minutes…

Et puis, si les Salanquais rendaient un nombre impressionnant de kilos à leurs adversaires, ils n’en avaient pas moins atteint la pause avec une confortable avance, grâce à une discipline de chaque instant, et un bel esprit offensif.

Et avec déjà l’esprit à l’Elite 2, selon le président Gaby Borras, qui avait déjà fait ses comptes avant de faire la fête avec ses champions de joueurs.