Agent Territorial de Développement en Ile de France depuis 2012, après avoir été salarié de Corbeil, Joaquim Da Costa, ancien deuxième ligne international cadet, est toujours animé aujourd’hui par la même passion.
Celle qu’il met au service d’une Ligue régionale à la recherche de nouveaux licenciés.
J’ai débuté à l’école de rugby de Corbeil XIII dès la création du club, en août 2003», précise Joaquim, aujourd’hui âgé de 47 ans, passé par le Bataillon de Joinville, la présélection de France Espoirs, l’Australie dans un club situé à proximité de Parramatta, l’Angleterre dans la région de Castleford, et même les Etats-Unis (New Jersey Sharks).
à Mérogis
L’ancien élève de Claude Houbloup en Elite 2, lequel a fondé Mennecy XIII après avoir quitté Corbeil, a joué un rôle dans la création des Spartiates, et loue l’initiative de ces derniers, qui ont fait le pari de s’engager seuls dans la compétition.
«Privilégier une entente, c’est la facilité, et l’histoire démontre qu’à chaque fois que dans le passé des clubs se sont unis, un d’entre eux a disparu», estime Joaquim, qui voit en Corbeil une terre de XIII, «même si l’Essonne possède le plus grand nombre de licenciés de rugby à XV de toute la région».

Il met également en avant le travail de Thierry Dumaine au niveau de la formation des entraîneurs de la Ligue. «Il est à l’écoute, et nous pouvons compter sur lui lorsque nous avons besoin de conseils», assure cet ATD en outre heureux des efforts entrepris par les nouveaux dirigeants de Nanterre, «club qui était en mal de jeunes depuis quinze ans».
«Il faut aussi saluer la naissance, cette année, de l’école de rugby de Lisses, commune proche de Corbeil et de Mennecy, alors que celle de Fleury-Mérogis Warriors, qui a vu le jour voici deux ans, bénéficie des actions menées dans le cadre du Challenge Petit XIII».
«Près de dix classes sont concernées, et tous les joueurs de l’école de rugby de Fleury ont découvert notre sport via le Petit XIII», insiste Joaquim, soucieux de la perte de vitesse observée dans nombre de clubs. «Châtillon est l’école la plus dynamique, avec 60 enfants de 4 à 12 ans, pour les autres le nombre de jeunes oscille entre 15 et 30».

Des U19 en prévision

D’où la difficulté, en aval, de former des équipes de cadets et juniors.
«Paris-Charenton possède une équipe complète de U17, et nourrit ainsi l’espoir de créer, à court terme, une formation de U19, car pour le reste les quelques juniors de Châtillon et de Paris-Charenton évoluent en seniors au sein de l’équipe fédérale Ile de France, on en compte également quelques-uns à Issy-les-Moulineaux, mais heureusement, lors du rassemblement de présélection ayant eu pour cadre
Mennecy, début mars avant l’interruption de la saison, une centaine de U13, U15 et U17 étaient présents».

Aux U15 de Châtillon, comme aux U17 de Corbeil, de grandir, désormais, afin de récompenser le travail entrepris par les éducateurs, dans les diverses écoles de rugby, alors que Joaquim Da Costa n’oublie pas de favoriser l’essor des autres secteurs, le Silver XIII devant prendre place en 2021 à Mennecy et à Corbeil, des discussions en ce sens étant par ailleurs engagées avec Fleury.