FINALE DE FEDERALE 2

VARL II – SALSES 23-22

Mitemps : 15-12.

Arbitre Jordi Crespo.

Villegailhenc-Aragon XIII Cabardès II : 3 essais Gramont (9, 63), M. Chaumond (32), 3 transformations (9, 32, 63), 2  pénalités (29, 69) et 1 drop (37) Doutre.

Salses : 4 essais Gimard (18), Martinez (24), Scarpetta (53), H. Grau (77), 2 transformations Rodenas (18) et Gehenot (53), 1 pénalité Rodenas (4).

Carton jaune au VARL II : Barthas (50).

VARL II : Monclus, Michel Chaumond,  Enzo Chaumond, Gramond, Florian Roger, (o) G. Tiquet, (m) Doutre – Barthas, Philip, Maxime Banquet – Sanchez, Beltrand – Marchio.

Sont entrés en jeu Castel, Monnic, Goncalves, Llabata.

SALSES : Gehenot, Scarpetta, Recour, Martinez, B. Juhera – (o) Munoz, (m) Rodenas – Mestres, Gimard, Chaluveau – Gross, Arasa – Fruteau de Laclos.

Sont entrés Bennet, G. Juhera, Vilert, Planella.

La course-poursuite, de haute volée, a tenu le public en haleine, au stade Pagnetti de Cavaillon, où les Audois prenaient les premiers le chemin de l’essai, Laurent Gramond jouant de sa puissance pour couronner le travail préparatoire de Florian Roger et Grégory Tiquet.

Mais Gimard, en partant de derrière un tenu, et Martinez, placent les Catalans en tête. Pour peu de temps car au large, Villegailhenc est récompensé de son allant par une conclusion de Michel Chaumond.

Salses trouve ensuite en Scarpetta l’homme idoine pour reprendre les commandes (18-15), puis le yo-yo est à nouveau de sortie quand Gramond prend les jambes à son cou sur une aile, le VARL ayant écarté le ballon plus efficacement que son rival.

Hugo Grau a beau donner un instant de l’espoir aux Sang et Or, Gehenot a été moins adroit qu’Anthony Doutre, en face, dans les transformations, et les hommes de Patrice Satgé résistent jusqu’au bout pour soulever le trophée, malgré les absences d’Alex Bru, Rémy Mellies, Mathieu Roger et Benoît Sicard, de mariage en Corse.

Un troisième pour le VARL, cette année, après le Challenge Aillères et le titre remportés par l’équipe une.

D’où les regrets exprimés par Ludo Sansa, le co-entraîneur salséen : “Nous avons trop joué à reculons, commis bien des maladresses, alors qu’en face la charnière Doutre-Tiquet a bien géré un ensemble qui avait du coeur”.