David Mead et Arthur Romano étaient présents au rendez-vous de la rédemption.

Stop à la dégringolade au classement ! On ne sait pas s’il s’agit d’un répit, ou d’un nouveau départ, mais toujours est-il que les Dragons ont raccroché le bon wagon, à la faveur d’une victoire ample, porteuse d’espoir en raison de leur vigilance retrouvée en défense, et de leur louable coordination balle en main.

Samedi dans la fournaise de Brutus, c’est Wakefield qui s’est brûlé les ailes, et les Catalans qui ont pris leurs aises, armés de lance-flammes dévastateurs.

Vite fait, et bien fait ! Disciplinés, puisque l’on a compté leurs en avant sur les doigts d’une seule main (Arthur Romano, Jodie Broughton, Rémi Casty, Brayden Wiliame), agressifs à souhait, au grand dam des forts des Halles d’en face, David Fifita, Pauli Pauli, belliqueux mais ayant trouvé à qui parler.

Et tout s’est rapidement enchaîné : essai classique pour le premier de Broughton, avec Sam Tomkins, Tony Gigot, Wiliame à la manœuvre, passe en argent de Gigot ouvrant un boulevard sous les crampons de Matt Whitley, super David Mead au profit de Samisoni Langi.

Résultat : 16-0 après vingt minutes de jeu.

Et si Lyne réduisait ensuite le score, Wiliame, d’un service en or dix-huit carats, enrichissait le compte personnel de Broughton.

C’est dire si à la mi-temps (20-6), il aurait fallu un miracle, ou un coupable relâchement de la part des Sang et Or, pour voir les Wildcats ressusciter.

Aucun des deux ne s’est produit, puisque sur une passe au pied de Tomkins, Lyne se loupait, mais pas Broughton.

Gigot intenable

Plus tard, Gigot mettait en valeur la pile Kenny Edwards pour éclairer un peu plus le tableau d’affichage, puis le même Gigot lançait Sam Kasiano dans un trou au bout duquel Tony en personne refermait le couvercle sur la tête d’Anglais perdus dans l’arène de Brutus.

Aussi lumineux était l’essai suivant, construit par Broughton et Wiliame, pour… Gigot, décidément intenable.

Seule une faute de Tomkins sur Pauli Pauli ouvrait la voie d’un essai, splendide, conclu par Bill Tupou.

Mince consolation, alors que le public de Brutus, parmi lequel se trouvait le manager de Clermont, Franck Azema, buvait, lui, du petit lait depuis le coup d’envoi.

Il fallait inverser la courbe, jouer à l’unisson, “marquer l’adversaire”, comme le disait Rémi Casty après le match, et four de Brutus ou pas, au moins cette mission là est accomplie.

DRAGONS – WAKEFIELD 44-10

Mi-temps 20-6

Arbitre Liam Moore

7 237 spectateurs

Dragons : 8 essais Broughton (11, 33, 43), Whitley (17), Langi (22), Edwards (54), Gigot (62, 70), 6 T Tomkins.

Wakefield : 2 essais Lyne (26), Bill Tupou (78), 1 T Brough.

Dragons : Tomkins, Broughton, Mead, Wiliame, A. Romano, (o) Langi, (m) Gigot – Ju. Bousquet, McIlorum, Simon – Whitley, Garcia – Casty.

Sont entrés en jeu : Edwards, Lu. Albert, A. Maria, Kasiano.

Wakefield : Hampshire, Jones-Bishop, Lyne, Arundel, B. Tupou, (o) Miller, (m) Brough D. Fifita, Tyler Randell, Kopczak – Pauli, Kelepi Tanginoa – Crowther.

Sont entrés Kyle Wood, Hirst, G. King, Gwaze.

Tony Gigot, créateur et finisseur.
Crédit Jean Roig