Vincent Albert a porté l’estocade à douze minutes de la sirène.
Crédit @astreizix

CARCASSONNE – PALAU 24-14

Mi-temps 12-10

Arbitre Fabien Nicaud

Carcassonne : 4 essais A. Escamilla (2), Canet (11), Lo (55), V. Albert (68), 4 T Alberola.

Palau : 3 essais Herrero (14), Pomeroy (29), Bernard (62), 1 T Herrero (14).

CARCASSONNE : Soubeyras – Lo, V. Albert, N. Djalout, A. Escamilla – (o) Pallares, (m) Alberola – Tétart, Soum, Emmitt – Canet, Bouregba – M. Khedimi.

Sont entrés en jeu Agullo, Artiga, Zava, Leveillé.

PALAU : Castany – Atba, Parenti, Gambaro, Doutres – (o) Herrero, (m) K. Belkhiri – Domergue, John Boudebza, Janicot – Pomeroy, Bernard – Rosemplatt.

Sont entrés Jordan Boudebza, Benhamimed, O. Djalout, Celerino.

S’il y a un point de bonus mérité, c’est bien celui-là ! Certes, le duel des cousins (Matthieu Khedimi et Yacine Atba, Nabil et Omer Djalout) a tourné à l’avantage des Carcassonnais, mais les Broncos ont relevé le gant avec cran.

Carcassonne avait en tout cas débuté en fanfare, un juteux offload de Vincent Albert étant relayé par Jonathan Soum, auteur d’un petit côté gagnant pour Alexis Escamilla.

Puis Soum, Alexis Alberola et Garry Lo déblayaient le terrain au profit de Bastien Canet, mais à -12 Palau ne gelait pas, et Clément Herrero bénéficiait d’une bourde adverse, alors que Ben Pomeroy marquait à son tour sur un brillant renversement.

Palau aurait même pu faire mieux, mais sur un des fréquents temps forts catalans, Nabil Djalout interceptait à l’intérieur de ses 20 mètres pour les jambes de feu de Lo.

A -8, cette fois, les visiteurs étaient toujours chauds, à l’instar de Julien Bernard, ramenant les siens à quatre longueurs, mais pour finir le pied d’Alberola mettait en lumière la vitesse d’Albert.

Carcassonne avait disputé un match moitié vanille, moitié chocolat, ce dont Palau avait manqué de profiter.