La bonne humeur était de rigueur dans les rangs tricolores, durant leur court séjour à Dublin.

Au retour de Dublin, la tentation est forte, pour le staff technique tricolore, de ne pas profondément modifier un groupe si uni, sur et hors le terrain.

Si Ilias Bergal est rétabli, il manque toutefois d’entraînement collectif, et il serait peut-être risqué de le rappeler, sachant qu’une blessure aux adducteurs exige en priorité du repos.

Aurélien Cologni a, en plus, dans sa manche Gavin Marguerite, et comme Tony Gigot, comme convenu avant le coup d’envoi du championnat d’Europe, part mardi en vacances à Moscou, où réside son frère, footballeur pro (reprise le 2 décembre avec les Dragons Catalans, comme Jason Baitieri, qui s’envole lundi pour Sydney), le Toulousain pourrait trouver une place parmi les trois-quarts.

Auquel cas Morgan Escaré retrouverait son poste de prédilection à l’arrière.

Devant, Valentin Yesa, Anthony Marion, Stan Robin, présents à Dublin mais non utilisés, sont évidemment des candidats sérieux pour affronter l’Ecosse.

Avec, en cas de victoire, un trophée de champion à soulever.

Une joie que ne bouderait pas l’exemplaire Benjamin Jullien, une fois encore précieux pour son abattage, face aux Wolfhounds.

Et l’appel téléphonique de Steve McNamara, samedi à l’issue du match, ne fera peut-être pas changer d’avis le Provençal.

Car on l’a dit, et on le répète, les pensionnaires du Club France se plaisent à revêtir le maillot bleu, et ils visent désormais plus haut que la qualif pour la Coupe du monde.

“Ce n’était qu’une étape, l’objectif numéro un est atteint, et il y en a un autre qui vous attend” : c’est par ces mots que Jason Baitieri s’est adressé à ses amis, samedi dans le joyeux vestiaire de Morton Park.

Et le troisième ligne des Dragons sera avec eux par la pensée, dès jeudi pour le rassemblement à Port-Barcarès.