Hugo Salabio est présélectionné à la fois avec les tricolores pour l’Australie, et les U19 pour la Nouvelle-Zélande.
Crédit Bernard Rieu

Même les joueurs prochainement opérés d’un genou, et forfaits pour la tournée en Nouvelle-Zélande, étaient au rendez-vous, parmi les 34 présélectionnés pour la tournée de quatre matchs en Nouvelle-Zélande (dont deux seront télévisés sur une chaîne du pays, la FFR XIII s’employant à récupérer le signal afin de les proposer sur son site internet).

Ainsi, les infortunés Mathieu Drouard, Guillaume Gorka, Louis Carré et Clément Tailhades, privés de tournée mais pas d’espoir de participation aux futures Coupes du monde seniors, en 2021 et 2025, étaient-ils à l’écoute de Mathieu Khedimi, le vice-président de la FFR XIII en charge du haut-niveau, et Guy Laforgue, manager du XIII de France, dans l’amphithéâtre du CREM, vendredi midi à Port-Barcarès, en attendant les encouragement que ne manquera pas, à son tour, de leur prodiguer Aurélien Cologni, ce samedi.

Car les Bleuets de Florian Chautard, Jean-François Albert, Yannick Buttignol, doivent se persuader qu’il représentent l’indispensable relève des Bleus qui, pour leur part, s’envoleront pour l’Australie, en octobre prochain.

Dorian Gouzy, un des 34 candidats à la tournée, en compagnie de Guy Laforgue.

Discipline, le maître mot

“Nous sommes là pour vous placer dans les meilleures conditions, sachant qu’à l’automne vous affronterez les meilleurs adversaires possibles”, expliquait Mathieu Khedimi, avant d’exhorter les espoirs du rugby à XIII français à “se montrer disciplinés hors du terrain”.

“Si c’est le cas, vous serez, en suivant, disciplinés en match”.

Et de leur demander “du respect, pour vous et pour votre encadrement”.

De ne pas oublier, non plus, que “le XIII est sport de combat”.

De l’engagement, c’est aussi ce que Guy Laforgue attend de l’équipe de France U19, “dans un pays où le rugby est roi”.

“Vous devrez être solidaires, en vous souhaitant quelques victoires qui seront plus tard autant de bons souvenirs pour vous”, soulignait encore l’ex emblématique capitaine des Bleus dans les années quatre-vingt.

“Prenez votre chance, car quelques-uns parmi vous seront probablement déjà de la Coupe du monde 2021”.

Prendre le bon wagon

Des mots que Florian Chautard ne pouvait qu’approuver : “Il faut savoir prendre les trains lorsqu’ils passent. Cette étape dans votre carrière de joueur est importante, il s’agira pour vous d’un test”.

A la mi-octobre, 24 des joueurs présents ce week-end à Port-Barcarès prendront l’avion pour Auckland, “pas pour des vacances, mais pour préparer 2021 et 2025”, insiste Mathieu Khedimi, qui invite ceux qui ne seront pas retenus à “ne pas céder au découragement”.

Parce que le haut-niveau, c’est la concurrence qui mène à l’excellence.

Et nul doute que jusqu’à la fin du stage, dimanche, chacun aura pleinement conscience des efforts à consentir pour se tenir prêt le jour J.