Ce sera Warrington ! Sans surprise, contrairement à la demi-finale précédente, qui avait vu les Dragons terrasser des Saints candidats au doublé, les Wolves ont cloué au sol des Rhinos battus en vitesse comme en puissance.

Exactement, là encore, comme lors du premier duel de l’après-midi.

Pour les Rhinos, l’espoir fut en effet de courte durée, l’essai initial de Ryan Hall ne pesant plus lourd à la mi-temps.

Leeds n’a pas tenu le choc.
Crédit Leeds Rhinos

Car en suivant, Warrington scorait deux fois en deux minutes : sprint de 80 mètres signé Lineham, et ballon aérien volé au même futur ailier de NRL, au bénéfice de Charnley, qui plus tard, à l’heure de jeu, éteindrait définitivement la lumière.

Puis Kevin Brown assortissait sa feinte de corps d’un crochet pour enfoncer le clou, bientôt imité par Murdoch-Masila, engouffré dans un espace laissé libre par une défense de Leeds sur la corde raide.

26-6 à la pause, le match était plié, comme il l’avait été quand les Dragons avaient mené 27-0 après quarante minutes de pur bonheur.

Des Dragons qui avaient joué plus vite que l’équipe pourtant réputée, cette saison, pour sa rapidité.

Des Dragons en outre disciplinés au possible, et offrant au public un florilège d’essais tous plus somptueux les uns que les autres : le premier, à cinq passes, pour le finisseur Tierney, et initié par le duo Drinkwater – Langi, le deuxième après passe de Drinkwater pour le maître puncheur Garcia, le troisième né d’un exploit de Jullien, feinte de passe et service à l’intérieur pour Gigot, le “joueur du match”, le quatrième surgissant d’une monstrueuse percée de Langi, le tenu permettant à McIlorum d’allonger la passe en direction de Garcia.

Après la pause, les muscles de Moa, sur service de Langi, avaient fait le reste, St Helens restant bien loin du compte avec ses trois essais. “Les Catalans couraient trop dur”, constatait, amer, le coach des Saint, Justin Holbrook, suite à la démonstration catalane.

“Nous avons été trop brillants pour les Saints, en première mi-temps”, indiquait pour sa part Steve McNamara. “Nous sommes montés en puissance une semaine après l’autre, et aujourd’hui le résultat est là”.

Après avoir gravi la montagne St Helens, pourtant plus haute que le Canigou, les Catalans sont aujourd’hui prêts à escalader le pic Warrington. Pour cette fois faire de Wembley leur refuge doré ?