NZ RESIDENTS – FRANCE 44-26

Mi-temps 32-4

NZ : 8 essais (8, 23, 28, 32, 35, 40, 46, 50), 6 T.

France : 5 essais Soler (20), Cozza (55), Lacans (62), Zafra (69), Goffin (77), 3 T Brochon.

La purge d’abord, puis l’embellie, hélas tardive… Les Bleuets ont nettement échoué, à Rotorua, à cause d’une première mi-temps domptée par des Residents gavés de munitions.

Les fautes à répétition des Français, à l’image de Thomas Soler, Pierre Fourquet, Luc Brocas, Robin Brochon, Corentin Rey, entre autres, ont fait le jeu d’un adversaire à la fois costaud, tonique, inspiré.

Seul Thomas Soler, sur interception de 80 mètres, parvint à tromper l’édifice néo-zélandais, l’espace de ce premier acte à oublier, tant les transmissions étaient hasardeuses, côté Bleu, sans parler des en avant.

En début de seconde période, la France rendait encore exagérément le ballon (44-4, 50è), mais la révolte couvait.

Romain Khedimi et Baptiste Dubertrand préparaient soigneusement le terrain pour Thomas Lacans, lequel utilisait la puissance de Mathieu Cozza pour revenir au score.

En suivant, une double feinte de Lacans à dix mètres des poteaux locaux ramenait la marque à de plus justes proportions, et si un mouvement orchestré par Lacans, Corentin Rey, Dubertrand, avortait, dans la foulée, sur passe de Lacans, Jayson Goffin était bloqué dans l’en but adverse. Tenu, et Valentin Zafra giclait victorieusement.

Les Bleuets en voulaient alors encore davantage. Khedimi créait le danger d’un subtil crochet, Brochon à son tour s’infiltrait, Lacans contrait au pied, tour cela pour rien, et enfin ça passait avec un grand numéro de Lacans au profit de Goffin.

Le drapeau tricolore était resté trop longtemps en berne, mais la France avait offert trente-cinq minutes de bonheur en bleu, les dernières d’un duel qui laisse place à l’espoir avant le dernier match de la tournée, face à la sélection d’Auckland.