Les défaites n’ont semble-t-il pas altéré le moral d’une équipe il est vrai en progrès, d’un match à l’autre, et espérant des renforts susceptibles de la voir mieux figurer dans ce championnat Elite 2 particulièrement relevé, cette saison.

Son jeune entraîneur depuis un an, Rachid Amraoui, ancien arrière ou ailier de Saint-Martin de Crau, Salon, Arles à XV, et du Toulouse Olympique jusqu’en junior, puis de Toulouse Broncos, Villefranche-Aveyron et Saint-Gaudens, a ensuite fait ses classes de coach auprès des juniors du TO, puis comme assistant d’Aaron Wood en équipe fanion.

Il dresse le constat d’un début de parcours sans victoire, mais générateur d’espoir.

Un déclic semble s’être produit, fin octobre, contre Carpentras ?
Nous avons en effet été bien plus performants que précédemment, surtout en défense, notre adversaire n’ayant réussi à contourner celle-ci que par du jeu au pied. Le score était de parité à la pause, et notre début de seconde période nous a ensuite coûté cher. Le fait d’avoir passé beaucoup de temps devant la vidéo, ces derniers temps, nous a en outre été profitable.

A quoi principalement attribuer vos difficultés ?
Nous commettons encore trop de fautes, entre quinze et vingt par rencontre, d’où notre manque d’efficacité dans le camp adverse, où les joueurs manquent de patience, ayant tendance à s’affoler. Je met cela sur le compte de la jeunesse, car sur les 28 membres de l’effectif, 13 sont encore juniors. Et cela se ressent surtout dans la transmission du ballon, et la réception de celui-ci. Nous manquons enfin de poids, au sein du pack.

Extrait du magazine “Planète XIII” de Novembre 2018.

Pour lire la suite …

[/vc_column][/vc_row]