Crédit Richard Photographe

Demandez-lui le nom de son pilier anglais préféré, et il vous répond qu’il “regarde peu la Super League”.

Tentez alors votre chance avec un pilier australien, mais vous en serez doublement pour vos frais.

“Je regarde encore moins la NRL”, lance ce garçon qui dénote, dans un milieu treiziste français où la plupart des joueurs suivent au plus près, tant la Super League que le championnat pro de l’hémisphère sud.

“Je ne m’intéresse guère au sport en général, moi, ma passion, c’est l’informatique, plus largement les nouvelles technologies, et la moto”, indique ce Provençal décidément atypique, propriétaire d’une Triumph Street Triple, qui dira quelque chose aux connaisseurs.

Barbentane pour commencer…

Saloty Mendy, 21 ans et deux mois, 110 kg sur la balance, qui n’aurait sans doute pas rencontré le XIII, s’il n’avait grandi dans le Vaucluse, car né d’une mère normande et d’un père sénégalais, aime quand même, on vous rassure, ce rugby dont il défend avec talent les couleurs.

Débuts à Barbentane, arrivée trois ans plus tard au SO Avignon, en minimes, joueur des Dragons Catalans U19 une fois le bac en poche, l’espace d’une saison, puis de Saint-Estève XIII Catalan, il opère cette saison un retour aux sources, sous le maillot du SOA.

 Chez les Bleus, en Serbie, il retrouvera des joueurs qui furent déjà ses coéquipiers avec France U16 et France U18, Arthur Romano, Jordan Flovie, Alexandre Mickalézyk.

La Serbie, une étape

Une sélection surprise, à ses yeux, mais surtout pas une fin en soi : “Je ne m’attendais pas forcément à être retenu, car évoluant en Angleterre j’ai été absent de plusieurs stages de préparation, mais j’espère bien saisir ma chance, ce match ne devant constituer qu’une étape dans ma carrière”.

Une carrière qu’il a prolongé, cet été, l’espace de cinq matchs, dans les rangs de Barrow Raiders, en compagnie de Georgy Gambaro et d’Arnaud Bartès.

Du premier, qui l’accompagnera en Serbie, il dit : “Il reprenait la compétition suite à une grosse blessure, et il s’est montré sûr, serein, sur ses prises de balle, et fort pour sa capacité à sortir de son camp, sur l’aile droite, où il est le plus performant, comme sur le flanc gauche, où il était le plus souvent utilisé”.

Endurci dans le Cumbria

Jordan Flovie sera à ses côtés, en Serbie
Crédit Neko Grouch

Du second, il dit également le plus grand bien : “Il a disputé tous les matchs comme titulaire, démontrant sa puissance à l’impact, et a su corriger quelques détails, comme le coach, Paul Crarey, le lui avait demandé”.

Et Saloty n’est pas mécontent de son choix estival, dans le Cumbria, où il s’est “endurci”, “car en Championship la force physique est privilégiée”.

A peine de retour en France, il a d’ailleurs séduit, avec la sélection Est, dans le match des provinces d’origine, gagnant ainsi sa place pour Budapest.

Un duel franco-français dont il tire les enseignements suivants : “Nous n’avons bénéficié que d’une courte préparation, mais nous avons vu quels outils utiliser pour la suite, avec toutefois quelques déchets à déplorer de part et d’autre. Un match équilibré, que nous avons finalement perdu pour avoir rendu trop de ballons à l’adversaire, sur la fin”.

Conserver davantage le ballon, pour ensuite l’utiliser à bon escient, constituera d’ailleurs un des objectifs premiers de ce très jeune XIII de France, au sein duquel Saloty compte bien… Triompher.