Les jeunes Sébastien Bled et Valentin Zafra n’ont rien lâché, ou presque, en défense, face au FCL de Patrick Amila.
Crédit FCL XIII

ST ESTEVE XIII CATALAN – LEZIGNAN 38-18

Mi-temps 20-12

Arbitres Stéphane Vincent et Kevin Delarose

Temps très chaud, absence de vent

St Estève XIII Catalan : 7 essais A. Romano (8, 20), Brochon (16, 69), Pomeroy (29), R. Franco (56, 76), 3 T (17, 69, 76) et 2 pénalités (12, 43) J. Guasch.

Lézignan : 3 essais Tribillac (4), Fl. Bousquet (35), A. Miloudi (67), 3 T Cardace.

Cartons jaunes : Bartès (St Estève XIII Catalan) et Gregorius (Lézignan) à la 27è.

ST ESTEVE XIII CATALAN : Brochon – A. Romano, Pomeroy, Ambert, R. Franco – (o) Mourgue, (m) J. Guasch – Cozza, Meresta-Doucet, Bartès – Séguier, Perez – Th. Margalet.

Sont entrés en jeu Salabio, Bled, Le Cam, Zafra.

FCL : A. Miloudi – Cardace, Gregorius, Stacul, Tort – (o) V. Ferret, (m) Th. Lacans – J. Fakir, M. Benausse, Y. Tisseyre – Leary, Li. Albert – Tribillac.

Sont entrés Fl. Bousquet, Costes, Amila, Tualima.

La vitesse, la jeunesse des ex Dragons Catalans U19, et le métier consommé des cadres, ont prévalu, dans cette finale que le plus âgé des Sang et Or, Ben Pomeroy, a marqué de son empreinte, tant en attaque qu’en défense.

Un ancien… Lézignanais qui aurait fait le plus grand bien à des Audois jamais en mesure de l’emporter, même si Mickaël Tribillac déflorait le tableau de marque.

Car bientôt, Arthur Mourgue alertait Pomeroy pour un superbe mouvement conclu par Arthur Romano, qui dimanche a amplement confirmé ses récentes prestations de choix en Super League.

Une autre action d’envergure souriait à Robin Brochon, bousculant Amine Miloudi pour planter la deuxième pique dans l’échine des Meuniers.

En suivant, Pomeroy fixait adroitement pour le doublé de Romano, lequel s’extirpait du plaquage de Thomas Lacans.

L’Australien y allait ensuite d’un essai en force, seul Florian Bousquet, esseulé et au ras, réussissant à réduire un peu la note, alors que deux minutes plus tôt Leary avait lâché le ballon dans l’en but catalan, au relais de Valentin Ferret.

La deuxième période était la copie conforme de la première. Yoan Tisseyre perdait un ballon qui ne demandait qu’à aller au bout, alors que Thomas Ambert délivrait un petit coup de pied dans la boîte, au bénéfice de Romain Franco, qui devançait Damien Cardace.

Les “Bleus” risquaient d’autant moins d’être rejoints que Bousquet rencontrait l’échec sous les poteaux adverses, que Cyril Stacul, sollicité par Miloudi, était stoppé à cinquante centimètres du bonheur, seul Miloudi, tel un avant, parvenant à marquer… en force.

Phénoménal, en contre, Brochon effaçait trois Lézignanais pour alourdir la note. Franco l’imitait, et les plus disciplinés, les plus réalistes à l’approche des poteaux adverses, affronteront Carcassonne en finale.