Dans un championnat devenu au fil du temps trop académique, avec le seul Castleford pour sortir des stéréotypes, un joueur comme Ben Barba est capable à lui seul, ou presque, de relancer un intérêt en berne aux yeux de nombreux fans.

Encore faut-il que l’ex star de NRL, artiste accompli sur le terrain, ait définitivement dit adieu aux excès l’ayant contraint à quitter l’Australie. On le lui souhaite. Pour sa santé d’abord, pour celle de la Super League aussi, en manque d’éclaireurs de jeu ces dernières saisons, même si plusieurs jeunes jouent heureusement dans un registre de nature à casser la routine.

On pense évidemment à George Williams à Wigan, Lucas Albert à Perpignan, si confiance lui est enfin accordée, Théo Fages à St Helens, à ceux qui ont tant manqué en 2017, Sam Tomkins et Morgan Escaré, seulement douze matchs chacun au compteur, et encore à ceux qui ont changé de camp mais pas de finesse, comme Richie Myler.

Au rayon cette fois d’un spectacle associé à la vitesse, on attend beaucoup des nouveaux venus, David Mead (Dragons Catalans), Garry Lo (Castleford), Bureta Faraimo (Hull FC), James Bentley (St Helens), Bryson Goddwin (Warrington), ou pourquoi pas Hakim Miloudi s’il parvient à saisir sa chance face à une concurrence huppée (Jamie Shaul à l’arrière, Fetuli Talanoa et Faraimo aux ailes).

Sans oublier les plus ou moins anciens qui veulent du bien au jeu, comme le formidable Jermaine McGillvary (Huddersfield), capable de lutter dans la course au titre de joueur de l’année, le funambule des Saints, Regan Grace, Greg Eden à Castleford, Jodie Broughton et Lewis Tierney à Perpignan, Ashton Golding à Leeds, ou d’autres, jusqu’ici inconnus ou presque, mais susceptibles de se révéler, la Super League possédant au moins l’avantage d’être une fabrique de jeunes talents.

Le tout est de ne pas les brider. Et pour cela, s’inspirer de ce qu’a proposé Castleford la saison passée sera encore le meilleur moyen de réconcilier les plus exigeants avec cette compétition que Ben Barba est capable de faire décoller vers d’autres sommets.

Ben Barba est capable de tirer la Super League vers le haut, en matière de jeu offensif