Guillaume Rey et les Toulougiens se sont accrochés jusqu’au bout.
Crédit OA

COUPE LORD DERBY : 1/16è de finale

TOULOUGES – CARCASSONNE 10-58

Mi-temps 10-40

Toulouges : 2 essais Ellin (3), Vilanova (9), 1 T Marc (9).

Carcassonne : 10 essais L. Franco (6), Canet (16), Tétart (20, 70), Tost (25, 59), Soubeyras (28, 74), V. Albert (35), N. Djalout (38), 9 T A. Alberola (6, 16, 20, 25), Aubry (35, 40, 70, 74), V. Albert (59).,

TOULOUGES : Guillaume Rey – Guillaume Ellin, Alexis Falip, Mathieu Marc, Rolland Torrano – (o) Gilles Mendez, (m) Nicolas Vilanova – Sylvain Covato, Olivier Mendez, Florent Lazaro – Arnaud Escalle, Loris Lazaro – Damien Martins.

Sont entrés en jeu Yannick Bois, Nicolas Soria, Charles Pilatte, Steve Martin.

CARCASSONNE : Soubeyras – Tost, Edline, V. Albert, A. Escamilla – (o) Luc Franco, (m) A. Alberola – Zava, Soum, Tétart – B. Escamilla, Canet – Sabri.

Sont entrés M. Khedimi, G. Aubry, Agullo, Nabil Djalout.

A cœur vaillant, rien d’impossible, devait penser Nicolas Soria, panthère verte toutes griffes dehors.

Le meilleur des siens, assurément, dans ce match de belle tenue, en dépit d’une indomptable tramontane.

“Il possède de bonnes courses, et demande un maximum de ballons”, remarquait Guy Laforgue, l’ancien capitaine du XIII de France, spectateur intéressé de ce duel trop disproportionné pour accoucher d’une surprise.

N’empêche, malgré les absences de Sébastien Beltran, Gaël Gonzalves, Joël Fa, les Catalans se sont employés de bout en bout, face à des Audois supérieurs partout, on s’en doutait, mais néanmoins menés au score jusqu’au quart d’heure de jeu.

Car le vent tourbillonnant leur avait joué un mauvais tour, ce dont profitait Guillaume Ellin. Et si Luc Franco, au terme d’un chouette mouvement collectif, donnait la réplique aux locaux, bientôt, d’un habile petit coup de pied pour lui-même, Nicolas Vilanova trompait la défense adverse.

Comme la chèvre de monsieur Seguin, Toulouges avait résisté un maximum, avant de voir le planchot changer de côté, quand Bastien Canet prenait un intervalle ouvert par Amar Sabri et Alexis Alberola.

Carca était devant (12-10) et y resterait.

Nabil Djalout et Gabriel Aubry, première, ce samedi à Toulouges !
Crédit HG

Djalout huit mois après

Geoffrey Zava était inspiré au profit de Damien Tétart, Alexis Alberola au service de Florent Tost, qui usait adroitement de son changement de pied, Bastien Escamilla, Luc Franco et Nabil Djalout (de retour à la compétition à la 25è minute, après huit mois d’absence pour rupture partielle du tendon d’Achille) déblayaient le terrain pour Clément Soubeyras, Julien Agullo envoyait Vincent Albert sous les perches, Djalout s’extirpait d’un plaquage pour un essai saisissant de 40 mètres.

Bref, à l’arrivée, Carcassonne menait 40-10, Soubeyras ayant freiné in-extrêmis l’appétit de Rolland Torrano (40è).

Et il restait encore quarante minutes à jouer, durant lesquelles Toulouges continuait de s’engager férocement, sans oublier de passer le ballon.

Mais Alexis Falip avait le tort de ne pas croire en ses chances (45è), et en face, Tost sortait le grand jeu pour conclure une deuxième fois.

Le genou de Florent Lazaro

Bientôt imité par Tétard, au relais de Soubeyras, qui avait subtilement navigué dans la défense des Panthers. Lesquels jouaient de malchance quand Florent Lazaro laissait son genou droit sur la pelouse, alors que Loris, son frère, était à deux doigts de faire sourire les siens (72è).

Soubeyras clôturait le bal en profitant du placement défectueux de l’arrière catalan, mais Toulouges avait joué sa partition sans rechigner, n’encaissant que dix-huit points après la pause.

De quoi recevoir les félicitations du jury, car en face Carcassonne avait souvent séduit, pour le premier match en équipe première du junior Gabriel Aubry, petit-fils de Jean Cabrol, et arrière petit-fils du “sorcier” Félix Bergèse.