S’il a longtemps entraîné avec succès le XIII de France U17, Emmanuel Fauvel a en outre dirigé France B aux côtés de Patrick Alberola, le Maroc, et, en club, Corbeil en Elite 2 au début des années 2000, puis Albi en Elite 2 et Élite 1.

Des Tarnais qu’on n’attendait pas à pareille fête, lors de la saison 2007-2008, et qui passèrent à un cheveu d’un authentique exploit, en finale de la Coupe de France Lord Derby, au cours de laquelle Limoux inscrivit trois essais par Hervé Marrot (9), Mickaël Murcia (18), Joris Casal (49), deux transformations de Phil Ramage et un drop de Murcia (68). L’ancien intrépide trois-quart de Villeneuve-sur-Lot, Albi et Corbeil, raconte une improbable épopée, conclue par une défaite 14-17 face aux protégés de Jean-Luc Delarose, le 25 mai au stade Albert-Domec de Carcassonne.

Emmanuel FAUVEL

LE STAFF
‘‘Je formais un binôme avec Stéphane Revello, qui s’occupait en priorité de la relation avec les joueurs, quand pour ma part j’étais davantage axé sur l’aspect tactique et technique. Le préparateur physique, Pascal Letuppe, a tenu un rôle important, dans notre remarquable parcours. Très engagé, sérieux, il avait concocté un programme exceptionnel lors du stage préparatoire à la finale, que nous avions effectué dans les Pyrénées.’’

LES DÉBUTS
‘‘Nous venions d’Elite 2, et l’entame de la saison a été laborieuse, avec quatre défaites en autant de rencontres. Il nous a fallu travailler, tactiquement parlant, chercher la complémentarité entre les joueurs, parmi lesquels on dénombrait un nombre conséquent de jeunes, comme Nicolas Delgal, âgé de 18 ans et demi.’’

Hervé Marrot, un des artisans de la victoire de Limoux

LES RECRUES
«Le groupe finaliste du championnat de France Élite 2 la saison précédente, était de qualité, mais il convenait de l’étoffer. J’ai donc proposé le projet du club à Una Lamelangi, un joueur emblématique de Villeneuve-sur-Lot, et à Eric Anselme, le capitaine du XIII de France et de Saint-Gaudens. Ils ont adhéré, et la mayonnaise a assez rapidement pris, avec le concours des autres recrues, Éric Frayssinet, les frères Peter et Danny Lima, puis Lionel Teixido, arrivé en cours de saison des Dragons Catalans».

LE DÉCLIC
«Il s’est produit à domicile, lors de la venue de… Limoux, justement. A partir de là, et comme au sein du groupe régnait une belle ambiance de copains, celuici a pris confiance en ses possibilités». LE HUITIÈME DE FINALE «18-14 contre Villeneuve-sur-Lot. Un rendez-vous chargé d’émotion, pour moi qui avait été sacré champion de France en 1996 avec mon club de cœur, et au soir de notre qualification, nous nous sommes fait la promesse d’aller au bout, malgré les difficultés financières que rencontrait Albi. Je traversais des moments de doute, les joueurs n’étant alors pas rétribués».

LE QUART
«33-30 contre Toulouse. Thierry Dumaine entraînait notre adversaire, qui comptait dans ses rangs, cette année-là, Adel Fellous et Laurent Carrasco. Mais Lamelangi s’est montré impérial, à cette occasion».

LA DEMIE
«24-20 contre Lézignan, à Saint-Gaudens. Une victoire surprise, dès lors que le club des Corbières s’appuyait sur une grosse armada, et était favori pour le titre de champion, à l’instar de l’UTC (Saint-Estève – XIII Catalan). Les Lézignanais nous ont-ils pris quelque peu à la légère ? Reste qu’en championnat, nous les avions battu de justesse en match retour, à Mazicou, et en demi-finale de Coupe il y a eu, de notre part, un engagement physique de chaque instant. Nous les avons fait douter, en ne lâchant jamais rien, avec toujours cette envie d’écrire l’histoire».

Albi avait éliminé Lézignan en demi-finale.

LA FINALE
«Le match s’est déroulé sous un déluge, et par un froid glacial. Des conditions atmosphériques tellement exécrables que les joueurs étaient en hypothermie, dans les vestiaires à la mi-temps (10-6 pour Limoux). Je me souviens qu’avec les dirigeants nous frottions le corps de nos joueurs avec des serviettes. Ce n’était pas franchement les circonstances idéales pour faire passer les consignes, et les joueurs, naturellement, n’étaient pas suffisamment à l’écoute. Nous étions en outre restés quatre semaines sans jouer, avant cette finale. En championnat, nous avions terminé à la sixième place du classement de la saison régulière, et en play-off éliminatoire, à Saint-Estève, nous avions pris cher face à l’UTC, mais il est vrai que nous avions l’esprit entièrement tourné vers la Coupe. Et lors de cette finale nous avons passé vingt minutes dans notre camp, au retour des vestiaires, en faisant faute sur faute, Limoux se montrant un peu moins maladroit. A l’heure de jeu, nous étions menés 16-6, Nicolas Delgal, excellent au pied tout au long de la saison, a réduit la marque sur pénalité. Nos passes n’étaient pas toujours correctement ajustées, et Émilien Gaillac s’est vu refuser un essai pour un en avant préalable, sur un tenu. J’ai visionné ensuite l’action plusieurs fois, et le doute est permis».

LES ESSAIS ALBIGEOIS DE LA FINALE
«En première mi-temps, nous obtenons une pénalité à vingt mètres face aux poteaux. Éric Anselme se tourne vers moi en faisant signe de prendre les deux points. Je lui répond par la négative. Les gars jouent à la main, et au troisième tenu Éric perce victorieusement au ras, sur le côté gauche du terrain. Puis, à quatre minutes de la fin, alors que nous sommes menés 17 à 8, Julien Castagnet tape au cinquième tenu, Cédric Olieu s’empare de la balle, plaqué en l’air par Mathieu Mayans, et tend le bras pour marquer en extension. Un essai de gymnaste ! Limoux était alors dans le doute, et nous dans l’euphorie. Et à une minute de la fin, Éric Anselme perce sur le flanc gauche, avec Nicolas Delgal au soutien, à l’intérieur. Je croyais alors à la délivrance, mais face à l’arrière limouxin il a conservé le ballon. Une vingtaine de fois, peutêtre, nous nous étions retrouvés dans une situation identique, mais ce jour-là…»

Les finalistes albigeois : Rory Bromley – Cédric Olieu, Lazare Araye, Zion Afele , Yannick Buttignol – (o) Julien Castagnet, (m) Nicolas Delgal – Danny Lima, Lionel Teixido, Eric Frayssinet – Jérôme Fabre, Unaloto Lamelangi – Eric Anselme (cap). Sont entrés en jeu Ludovic Gaillac, Emilien Gaillac, Peter Lima, Peter Quinn.