Jason Baitieri, fidèle à un engagement physique sans faille, sa marque de fabrique depuis son entrée dans le circuit professionnel, a apporté sa précieuse pierre à l’édifice catalan, en finale de la Cup, et il a ressenti une joie incommensurable, en soulevant celle-ci.

Wembley, pour lui, fut plus fort que tout.

Plus fort que son premier match avec Châtillon, à l’âge de 7 ans, alors qu’il était en vacances en France avec ses parents.

Plus fort que son match de NRL avec les Roosters, en 2010 contre Wests Tigers, où il avait joué 32 minutes après avoir remplacé Nate Myles en troisième ligne.

«J’étais très jeune, à l’époque, et je n’avais pas travaillé autant, en amont, contrairement à cette finale de Cup, aboutissement d’un long processus».

Plus fort que sa première apparition avec les Dragons, match remporté 31-18 sur la pelouse de Hull KR, en février 2011.

«L’équipe venait de perdre ses deux premiers matchs de championnat, et le dernier essai, signé Damien Blanch, était né d’un mouvement construit par David Ferriol et moi-même, alors que Steve Menzies avait inscrit un superbe essai à la réception d’une chandelle».

Plus fort que son premier match avec la France, remporté 58-24 en octobre 2010 à Avignon, contre l’Irlande.

Extrait du magazine “Planète XIII” d’Octobre.

Pour lire la suite …