Sous le maillot albigeois.
Crédit @astreizix

Lot-et-Garonnais un jour, Lot-et-Garonnais toujours ? Allez savoir, mais force est de reconnaître que l’idée d’un retour au pays a trotté un moment dans la tête de William Ousty, ces derniers mois.

Et pas seulement parce que l’enfant de Tonneins est désormais en charge du département 47, chez Delzongle, où il est commercial. Plus encore quand il a su qu’Olivier Janzac prenait les affaires des Léopards en main. “J’avais trouvé l’idée séduisante, comme le fait que le club veuille faire revenir au bercail ses anciens joueurs”, expliquait mercredi à Port-Barcarès le jumeau de Raphaël, auprès duquel il avait chaussé ses premiers crampons, dès l’âge de cinq ans à l’école de rugby tonneinquaise.

Mais, depuis, le responsable du Pôle France à Toulouse s’est engagé avec Lézignan. Et comme l’un des meilleurs talonneurs du championnat de France se sent bien, à Albi…

“S’il était resté à Villeneuve, j’aurais hésité, mais d’un autre côté, à Albi je suis sur la vague”. La bonne, assurément.

Les conseils de Carrasco

N’empêche, William, qui a fait ses classes à Tonneins jusqu’à l’âge de 17 ans, aux côtés notamment de Nicolas Amans, dont le père était l’ancien président de l’UST, Valentin Marot et Benjamin Vergniol, conserve un excellent souvenir de son passage à Villeneuve-sur-Lot, l’espace de deux saisons.

“J’étais proche, entre autres, d’Aurélien Decarnin, et les conseils de Laurent Carrasco, un exemple pour tous en raison de son engagement sur le terrain, m’ont été utiles”, rappelle celui dont la dernière année sur les bords du Lot a été marquée par diverses blessures.

D’où le désir d’aller voir du côté d’Albi, alors encore en Elite 2, mais déjà porté par l’ambition de David Collado et Eric Anselme. Le discours des deux anciens internationaux porte ses fruits, et aujourd’hui William, 24 ans, ne regrette surtout rien. Titre de champion d’Elite 2 en poche, les Tigres accèdent à l’étage supérieur, et ne font que s’élever dans la hiérarchie, depuis.

Villeneuve-sur-Lot, donc, attendra, et Albi profitera encore de l’inlassable activité autour du tenu de William Ousty, un des trois Aquitains de l’effectif, avec le Réolais Théo Guinguet, et le Trentellois Arthur Anger.

“Au service du collectif”

“Je suis devenu un des leaders de l’équipe, et j’ai envie de faire profiter de mon expérience les plus jeunes”, précise l’ex international U16, victorieux du Pays de Galles, et U18, tombeur pour la première fois de l’histoire des échanges entre les deux pays, de l’Australian Institut of Sports, en compagnie notamment de Thibaud Margalet et Joan Guasch.

Et c’est une autre équipe de France qui semble désormais tendre les bras à ce joueur au bagage rugbystique complet, même s’il avoue être “un peu surpris” de faire partie des joueurs “suivis”.

“C’est vrai que j’avais été satisfait de ma prestation, l’an passé, lors des rencontres Est-Ouest, alors que je manquais pourtant de la nécessaire condition physique, un mois après la fin du championnat pour Albi”, estime un joueur devenu, depuis, bien plus performant.

“C’est au niveau du tempérament, surtout, que j’ai évolué. Auparavant, j’avais tendance à trop tenter, aujourd’hui je suis davantage posé, plus au service du collectif”.

Ce qui n’a semble-t-il pas échappé à Aurélien Cologni, lequel pourrait l’inclure dans le squad appelé à disputer la Coupe d’Europe des nations, à l’automne prochain. Surtout s’il brille à nouveau lors du “Match des Origines”, et que, partant, il gagne son billet pour la Serbie…