Patrick Priels au stade de la mer du Barcarès, aux côtés du kiné, Yan Polesel.

Le père n’a pas joué au rugby, mais le fils, si.

Et c’est grâce à Hugo si Patrick a découvert le rugby à XIII.

Retour dans un assez proche passé : Hugo joue talonneur ou troisième ligne au XIII Catalan, et revêt le maillot du XIII de France U16, aux côtés notamment de Justin Sangaré et Lucas Albert.

Le fils met ensuite rapidement un terme à sa courte carrière, car privilégiant les études, mais le père reste dans le giron d’un sport qu’il apprécie.

“Voici quatre ans, j’étais le médecin du XIII Catalan, quand j’ai croisé Mathieu Khedimi dans un avion”.

Et c’est comme cela que Patrick, qui voici 21 ans a ouvert le service d’urgence de la clinique Medipole, à Cabestany, près de Perpignan, s’est retrouvé au chevet des Dragons Catalans, l’espace de deux ans en compagnie de Philippe Roque, puis dernièrement à celui du XIII de France, succédant alors à Michel Riou.

Bonne pioche pour les Bleus, car la traumatologie représente 60% de son activité de médecin urgentiste.

Bastien et Romain demandeurs

Sportif accompli, Patrick Priels a joué durant quinze au football, entre la région parisienne et Montpellier, avant de consacrer ses loisirs à l’ultra-trail (participation, ente autres, à la fameuse Diagonale des Fous, sur l’île de la Réunion), la course en montagne, la chasse sous-marine, le golf et le cyclisme, et il s’envole ce dimanche vers l’Australie.

Un premier déplacement avec les tricolores, qu’il a suivi de près, ces dernières semaines, à Port-Barcarès.

“Tous les joueurs sont sympas, à l’image d’Arnaud Bartès et Alrix Da Costa, que je connais depuis longtemps puisqu’il était en sélection de la Ligue Occitanie avec mon fils, certains sont plus réservés que d’autres, comme Lambert Belmas et Arthur Mourgue, d’autres encore sont particulièrement demandeurs de soins, à l’instar de Bastien Canet et Romain Navarrete”, précise le discret mais efficace médecin de l’équipe de France.

L’importance du repos

“Chez les Dragons, les plus beaux athlètes sont Julian Bousquet, Arthur Romano, Sam Moa, Jodie Broughton a pour sa part une musculature très développée, d’où les nombreuses blessures ayant jalonné son parcours à Perpignan”, indique encore celui qui n’a pas souhaité prolongé l’aventure avec les Sang et Or de Super League, malgré l’insistance de Steve McNamara.

“Avec les Anglo-Saxons, nous n’avons pas la même culture, je ne suis pas favorable à ce que les joueurs aient recours à de fréquentes infiltrations, le repos est essentiel après une blessure, mais je comprend que les impératifs en Super League, avec 25 joueurs dans un effectif, soient différents de ceux des clubs de NRL, qui peuvent souvent puiser dans un réservoir d’une quarantaine de joueurs”, dit-il avec la voix de la sagesse.

Raison de plus pour penser qu’avec lui, les bleus des Bleus seront bien soignés.