Le nouveau cadre technique de la FFR XIII s’envolera le dimanche 13 octobre pour l’Australie, en compagnie des seize autres Bleus retenus pour la Coupe du monde de rugby à IX.

Arrière intrépide, souvent intercalé avec bonheur dans la ligne des trois-quarts de Limoux ces deux dernières saisons, Thomas Lasvenes a rejoint cet été son club formateur, Villeneuve-sur-Lot, avec une double mission à remplir.

Interview à Port-Barcarès, où les 17 partants pour la World Cup 9’s sont en stage, cette fois rejoints par les sept qui s’envoleront pour Sydney le 19 octobre, en vue du match contre les Kangourous U23 de l’entraîneur Neil Henry, le vendredi 25 octobre au WIN Stadium de Wollongong, en ouverture d’Australie – Nouvelle-Zélande, puis contre la Western Province.

Le 9’s est-il une discipline qui correspond à tes qualités ?

Oui, si l’on considère que la spécificité est la vitesse, l’explosivité, les duels à un contre un.

Parmi les différentes recrues de Villeneuve-sur-Lot, laquelle devrait avoir le plus fort impact sur l’équipe ?

Je ne les connais pas encore toutes, mais Eddy Pettybourne devrait beaucoup nous apporter, au sein du pack.

Quelle est ta première impression concernant l’entraîneur Fabien Devecchi ?

Il communique beaucoup, et depuis la reprise des entraînements, début septembre, tout se passe bien.

Son discours est-il différent de celui de Maxime Grésèque ?

Ils n’ont pas la même approche, forcément, car Fabien Devecchi ne baignait plus depuis longtemps dans le milieu du XIII.

Le fait de jouer à nouveau aux côtés de Benjamin, ton frère, a-t-il pesé dans ta décision de retourner à Villeneuve ?

Non, car il met sa carrière en stand-by, du fait qu’il entreprend la construction de sa maison. Peut-être reprendra-t-il le rugby plus tard.

En quoi consiste ta nouvelle activité de cadre technique fédéral ?

C’est un challenge intéressant. Il n’y avait plus de cadre technique dans le Villeneuvois depuis déjà un certain temps. Je vais intervenir dans plusieurs domaines, comme auprès d’un établissement pour personnes âgées, via l’activité Vita XIII, et en milieu scolaire. D’une part en compagnie du talonneur des Léopards, Damien Gautier, au collège Sainte-Catherine, où il a commencé l’an dernier, auprès des élèves de la 6è à la 3è, à raison de deux heures le mardi, et autant le jeudi. Et une autre classe aménagée a été ouverte le 1er octobre au lycée Georges-Leygues, où je propose des séances de musculation et d’haltérophilie. Je dois également me pencher sur le secteur féminin, l’objectif consistant à créer, au sein du club, une équipe de cette catégorie, à court ou moyen terme.

Quel ancien coéquipier, à Limoux, t’a produit la plus forte impression ?

Mickaël Murcia, et Mickaël Rouch, un joueur très complet, régulier dans les performances.

Celui de Villeneuve-sur-Lot, en 2018-2019 ?

Pita Godinet.

Qu’est-ce que t’inspire le fait de débuter le championnat par un match contre Albi, le 16 ou 17 novembre, à l’occasion du Magique Week-End ?

Ce sera une belle affiche, car les deux formations se valent, depuis plusieurs saisons. C’est toujours compliqué, contre les Tarnais, notamment au plan physique.

Quels étaient les atouts d’Albi, la saison dernière ?

Les Albigeois ont été constants dans leurs performances, et ils ont fini fort, sous la houlette d’un pack puissant.