Accueil Actualité Internationale Championnat d'Europe

Championnat d'Europe

La fédération espagnole recrute en France

L’ancien pensionnaire du centre de formation du Toulouse Olympique, Adrien Frigola, récemment intronisé entraîneur assistant de l’équipe nationale d’Espagne, se fait le porte-parole d’España Rugby League, à la recherche de joueurs français éligibles pour représenter leur pays d’origine.

Tous les joueurs intéressés sont encouragés à contacter les pages Facebook et Instagram de España rugby league.

Adrien Frigola se chargera d’être l’interlocuteur auprès de la Fédération espagnole des joueurs ne parlant ni espagnol ni anglais.

Alexandre Doutres, Romain Pallares, Julien Agullo, Luc et Romain Franco, Alexis Escamilla, Ludovic Renu, Gaëtan Estruga, Anthony Delgado, Emir Walid Bouregba, Maxime Garcia, ont porté en 2019 le maillot de la sélection ibérique, lors du Tournoi de qualification à la Coupe du monde 2021.

Communiqué de la RLEF concernant une Compétition Européenne des Clubs Professionnels

En réponse aux questions adressées à la RLEF, le comité directeur est en mesure de confirmer qu’il a formé un groupe de réflexion pour travailler sur l’éventualité d’établir une compétition des clubs professionnels pan-européens il y a environ six mois. Ce groupe se composait au départ uniquement de membres du comité directeur.

Une telle ligue serait régie par la RLEF (qui en serait propriétaire). Les matchs se joueraient dans de grandes villes (sous forme de provinces) partout en Europe et elle travaillerait de consort avec les fédérations existantes.

Plusieurs modèles pour ce concept : son format et la structure éventuelle de la ligue, sa gouvernance, les diverses autorisations et les opérations commerciales ont été définies, ainsi que les prévisions budgétaires. Pour financer les opérations en lien avec cette nouvelle compétition, la RLEF a déjà discuté avec d’éventuels investisseurs.

« La RLEF voit la mise en place d’une ligue majeure professionnelle en Europe comme un grand pas en avant pour le développement du rugby à XIII », a déclaré Maurice Watkins, le président de la RLEF. « Offrir une opportunité aux joueurs européens, quelle que soit leur nationalité, créer un modèle durable pour le sport, et augmenter les standards compétitifs de nos nations membres : tels sont les domaines sur lesquels nous souhaitons avancer et que nous voulons faire évoluer ».

Il ajoute : « A ce stade, il n’a pas été question de savoir quelles équipes ou quelles nations seraient impliquées ni de la date exacte du début de cette compétition. Il s’agit plus du démarrage d’un processus pour évaluer les chances de réussite d’un tel projet. Une telle compétition pourrait prendre une place prépondérante dans notre calendrier. Les revenus qu’elle générera seront utilisés pour soutenir le développement mondial du rugby à XIII ainsi qu’une plus grande expansion à travers l’Europe ».

« Ces revenus soutiendraient également des programmes déjà existants, depuis le coaching et les initiatives de terrain jusqu’à la formation des arbitres ».

La Norvège affrontera la Grèce à Londres

Les détails ont été confirmés pour le Championnat d’Europe C, qui constituera la prochaine étape de qualification pour la Coupe du Monde de Rugby à XIII 2021 pour la Grèce et la Norvège.

Les nations se retrouveront au New River Stadium, domicile des Skolars de Londres, le samedi 18 mai (coup d’envoi à 13h00)  avant le match des Skolars contre Doncaster dans la Ligue One Betfred.

Ce sera la première fois que les pays s’affronteront: les vainqueurs accueilleront l’Écosse (les 2 et 3 novembre 2019) et se rendront en Russie (les 9 et 10 novembre 2019) lors du dernier tournoi européen de qualification pour une place en Angleterre en 2021.

“Nous attendons avec impatience le match contre la Grèce”, a déclaré l’entraîneur de la Norvège, Dave Hunter. «Nous allons organiser quelques camps et, espérons-le, un match ou deux en préparation. RLN est très reconnaissant aux London Skolars d’avoir organisé le match pour ce qui sera une excellente journée de rugby à XIII pour les deux pays. »

L’entraîneur de la Grèce, Steve Georgallis, a ajouté: «Tous ceux qui sont impliqués dans le rugby à XIII en Grèce sont très enthousiastes à l’idée de venir à Londres. La Norvège a surpris l’Allemagne en se qualifiant et les joueurs nationaux des deux pays détiennent la clé de la victoire. ”

Georgallis a ajouté: «Nous organiserons un match de sélection Athènes vs Reste de la Grèce pour déterminer les meilleurs joueurs de notre pays. Arriver à ce stade est un excellent résultat pour tous ceux qui ont travaillé sans relâche pour faire de notre sport un succès dans notre pays. »

Le directeur du tournoi, Jovan Vujosevic, a déclaré: «Il s’agit de la plus grande compétition du Championnat d’Europe C regroupant six nations. La Grèce et la Norvège ont été récompensées pour leur croissance organique et les spectateurs peuvent s’attendre à un beau match ouvert. Les Skolars de Londres ont une longue histoire de coopération avec laRLEF et sont de véritables partisans du développement du rugby à XIII. “

Le Pays de Galles qualifié pour la Coupe du Monde 2021

“C’est incroyable, ce résultat est très spécial pour nous”, a déclaré Brian Juliff, président de la Wales Rugby League, alors que son pays est devenu la dixième équipe à se qualifier pour la Coupe du monde de rugby à 2021, avec une belle victoire à Wrexham.

Les échanges initiaux ont tous eu lieu en faveur du Pays de Galles,et ils ont établi une avance de 20-0 en 28 minutes, à la faveur d’un match formidable.

Les Gallois ont concédé deux pénalités successives et l’Irlande leur a fait payer. Scott Grix a utilisé sa ruse pour se frayer un chemin. Liam Finn a raté un coup de pied délicat à la mi-temps.

Les Irlandais ont eu leur première chance en deuxième mi-temps par Jack Higginson .
Le Pays de Galles a réagi de manière décisive. Curtis Davies, encore une fois, et Ben Evans transperçant la défense Irlandaise scellant ainsi la victoire et la qualification.

“Nous avons eu sept nouveaux sélectionnés au cours des trois matchs et ils se sont tous bien comportés. Nous avons trouvé nos stars”, a déclaré l’entraîneur du Pays de Galles, John Kear. “Nous essayons de nous améliorer et quiconque nous voyait face à la minute une contre la France et à la minute 80 aurait vu une courbe ascendante drastique, c’était une performance vraiment accomplie.”

Rhys Williams, originaire de Wrexham, a remporté sa 30e sélection chez ses compatriotes, Jordan James et Ian Watson, et fut fêté avec brio pour sa cinquième victoire avec le Pays de Galles.

Stuart Littler, dont l’équipe rejoindra désormais l’Écosse en tête des qualifications pour la finale de la Coupe du Monde européenne des prochaines années. «Je pensais que nous étions toujours en course à la mi-temps, mais nous allons apprendre de telles contre-performances. Il y a encore de la lumière au bout du tunnel, nous devrons le faire à la dure. ”

Il devra y parvenir sans  Liam Finn et, très probablement, Scott Grix, qui sont tous deux prêts à se retirer de la scène internationale à laquelle ils ont tant donné.

WALES 40

Elliot Kear, Rhys Williams, Ben Morris, James Olds, Dalton Grant, Elliott Jenkins, Josh Ralph, Ben Evans, Steve Parry, Dan Fleming, Rhodri Lloyd, Chester Butler, Connor Davies

Substitutes: Curtis Davies, Gavin Bennion, Mike Butt, Jake Emmitt

Tries: Butler (4), Lloyd (20), Bennion (28), Evans (43), Williams (62), Ralph (69)

Goals: Olds 8/10

Sin-bin: Morris (75, dangerous contact)

 

IRELAND 8

Scott Grix, Alan McMahon, James Bentley, Jack Higginson, Ethan Ryan, Liam Finn, Gregg McNally, George King, Dec O’Donnell, Liam Byrne, Will Hope, Tyrone McCarthy, Lewis Bienek

Substitutes: Ronan Michael, Gareth Gill, Michael Ward, Peter Ryan

Tries: Grix (34), King (68)

Goals: Finn 0/2

Referee: Gareth Hewer (England)

Penalties: 11-10

GLDO: 1-0

Half-time: 20-4

Attendance: 1,257

Man of the match: Josh Ralph

Le talent dans les talons

La cornemuse leur est restée en travers de la gorge, en dépit d’une entame de feu, une habitude chez ces Ecossais d’abord bien en place, puis dépassés par la vitesse adverse.

La vitesse, la solidarité, une nouvelle fois sans faille, une défense en fer forgé, la classe de Morgan Escaré (20 points à lui seul) et de Théo Fages, la prestation une fois encore très accomplie de Bastien Ader, le pilonnage productif de Romain Navarrete, le grip de Paul Marcon, une des révélations de cet Euro remporté haut la main, l’éclatante confirmation d’Altix Da Costa, l’abattage de Benjamin Jullien et Mickaël Goudemand, la science de Lucas Albert, la ruse de Stan Robin, le tranchant de Rhys Curran.

Mais on n’oubliera pas de citer leurs cinq autres compagnons de route, car il n’y avait vraiment rien à jeter, ou alors pas grand chose, dans cette équipe de France invaincue pour s’asseoir au deuxième rang du gotha européen, derrière une Angleterre encore loin devant, mais qui devrait avoir affaire à forte partie le printemps prochain, lors des probables retrouvailles entre les deux nations.

La force était en eux

Les Bravehearts, une fois qu’ils eurent compris que la victoire leur échappait, ont pourtant tenté de casser le rythme altier sur lequel les tricolores dansaient, d’où les quelques algarades de la deuxième période, autrement plus hachée que la première, mais rien n’y faisait. Les Bleus étaient les patrons, la force était en eux.

Pas comme en tout début de rencontre, quand l’exécution leur faisait quelque peu défaut, emportés par leur élan de vouloir tout casser. Çà n’empêchait pas Da Costa d’alerter avec brio Fages, lequel concluait avec la même élégance que son talonneur, le premier ayant laissé un plaqueur au tapis, et le le second deux autres.

Mais par un essai à quatre passes, dont celle d’Oscar Thomas, sautée et décisive, l’Ecosse démontrait qu’elle valait bien mieux que cette dernière place du classement qui lui pendait au nez.

Plus tard, Ader au soutien de Curran, n’était pas loin d’un but qu’atteignait pour sa part Escaré, double feinte de corps à l’appui, sur une initiative de Fages.

A la reprise, avec cette fois Albert en 6, Marcon et Gavin Marguerite s’offraient un sprint à deux sur soixante-mètres. En vain.

Et de deux pour Escaré !

Mais une immense “neige” d’Albert provoquait un en avant adverse, Escaré ajoutant ainsi deux points. Mais, surtout, Da Costa et Anthony Marion allumaient la mèche, Fages alimentait la flamme, et d’une feinte de passe Escaré oubliait Marcon pour brûler la politesse aux Ecossais et enfoncer le clou (22-4).

Le champion 2018 de Super League réussissait la première de ses deux transformations depuis le bord de touche, Robin inaugurait sa première association en demis avec Albert, un super duo Marion – Marcon manquait d’aller au bout, puis Albert faisait le lit de Marion, qui giclait au ras.

L’essai surprise, et spectaculaire, de Robertson ne changeait rien au scénario, dont on connaissait depuis longtemps le dénouement.

Les deux équipes avaient eu du cœur, la France avait en plus le talent dans les talons.

FRANCE – ECOSSE 28-10

Mi-temps 14-4

Arbitre M. Dolan (Angl)

France : 4 essais Fages (19), Escaré (32, 67), Marion (69), 4 transformations Escaré, 2 pénalités Escaré (16, 63).

Ecosse : 2 essais D. Dixon (26), C. Robertson (73), 1 transformation Thomas.

FRANCE : Morgan Escaré – Paul Marcon, Bastien Ader, Hakim Miloudi, Gavin Marguerite – (o) Stan Robin, (m) Théo Fages – Romain Navarrete (cap), Alrix Da Costa, Lambert Belmas – Benjamin Jullien, Thys Curran – Mickaël Goudemand.

Sont entrés en jeu : Lucas Albert, Valentin Yesa, Bastien Canet, Anthony Marion.

ECOSSE : Thomas – D. Dixon, D. Scott, Robertson, Sioney – (o) Hogg, (m) Brierley – McClean, K. Bentley, Wilkes – Glohe, Mariano – Bell.

Sont entrés : Clarke, H. Bentley, Moran, Turland.

 

Le Pays de Galles et l’Irlande dévoilent leurs équipes pour le match du 11 novembre (EURO 2018)

Les entraîneurs principaux respectifs, John Kear et Stuart Littler, ont désigné leurs équipes pour la confrontation qualificative pour la Coupe du Monde 2021 entre le Pays de Galles et l’Irlande à Wrexham demain, (dimanche, coup d’envoi à 15h00); le dernier match du championnat d’Europe 2018.

L’Irlande, grâce à sa différence de point supérieure, a besoin d’un point pour se qualifier automatiquement tandis que le champion d’Europe en titre, le Pays de Galles, doit gagner.

La nation qui manquera ce rendez-vous deviendra la première tête de série lors du dernier match de qualification européenne pour la Coupe du monde de l’année prochaine, avec l’Ecosse; L’Italie, la Russie, l’Espagne et la Grèce ou la Norvège les rejoignent.

John Kear a commenté: «Le match de dimanche est énorme pour nous. Nous sommes tous conscients de ce que sont les récompenses. Quoi qu’il en soit, il faut passer par les processus pour réussir et nous essayons de souligner que les joueurs doivent très bien faire des choses habituellement ordinaires. ”

Kear a ajouté: «Nous sommes prêts, mais je suis parfaitement conscient de la qualité de l’Irlande. Il y a quatre gars avec qui j’ai beaucoup travaillé et qui sont de très bons joueurs. C’est un sacré défi, mais nous avons certainement une chance. ”

L’Irlande reste inchangée et portée par une performance enthousiaste en seconde période contre la France à Dublin le week-end dernier.

«Nous sommes impatients de relever ce défi Celtique», a déclaré Littler. «Le pays de Galles a remporté une belle victoire la semaine dernière en Écosse et a l’air très dangereux en première ligne. Je ne doute pas que John les aura pleinement motivés pour ce match, mais cela compte également beaucoup pour notre équipe que ce dernier rendez-vous de l’année. »

Littler a confirmé: “Jusqu’à présent, nous changeons le visage de la Rugby League Irlande et si nous pouvions obtenir une place en Coupe du Monde plus tôt que prévu serait énorme.”

WALES 19-MAN SQUAD

Dalton Grant (Bradford Bulls), Josh Ralph (Easts Tigers), Chester Butler, Connor Davies, Curtis Davies, Dan Fleming, Sion Jones (Halifax), Ben Evans, Elliot Kear, Rhys Williams (London Broncos), Elliott Jenkins (Rochdale Hornets), Gavin Bennion (Salford Red Devils), Ben Morris (St Helens), Mike Butt, Rhodri Lloyd (both Swinton Lions), Jake Emmitt (Toronto Wolfpack), James Olds (West Brisbane Panthers), Morgan Evans, Steve Parry (West Wales Raiders).

IRELAND 19-MAN SQUAD

Michael Ward (Batley Bulldogs), Gregg McNally, Ethan Ryan (Bradford Bulls), Connor Phillips (Belfast Stags), Peter Ryan (Coventry Bears), Ed O’Keefe (Galway Tribesmen), Ronan Michael (Huddersfield Giants RL), Lewis Bienek (Hull FC), Gareth Gill (Longhorns RL), Tyrone McCarthy (Salford Red Devils), James Bentley (St Helens), Will Hope (Swinton Lions), Liam Finn, Scott Grix, George King (Wakefield Trinity), Alan McMahon (Waterford Vikings), Liam Byrne, Dec  O’Donnell, Jack Higginson (Wigan Warriors)

 

EUROPEAN CHAMPIONSHIP 2018 FIXTURES

 

ROUND 3 –

 

Saturday 10 November

France v Scotland – Stade Albert Domec, Carcassone (kick off 6pm)

Sunday 11 November

Wales v Ireland – Racecourse Ground, Wrexham (kick off 3pm)

 

Robin et Fages feront la paire contre l’Ecosse d’Hamish Bentley (EURO 2018)

Stan Robin et Valentin Yesa de retour en bleu.
Crédit Bernard Rieu

Stan Robin et Théo Fages seront associés à la charnière du XIII de France, ce samedi (18h) à Carcassonne, mais Aurélien Cologni ne s’interdira pas, éventuellement, de changer ses batteries en cours de match, l’un des deux demis étant susceptible de glisser au talonnage pour soulager Alrix Da Costa, dès lors que Lucas Albert prendra place sur le banc des remplaçants.

Dans son ancien jardin de Domec, “Lucho” aura à coeur de briller, soit en demi soit au talonnage, les trois joueurs en question ayant pour atouts la polyvalence.

On peut en dire autant d’Anthony Marion, de retour sous le maillot bleu (comme Valentin Yesa), le Toulousain étant peut-être promis à une place en troisième ligne, au cours d’un match que la France ne prendra pas à la légère, les entames de feu des Ecossais n’étant surtout pas à négliger.

Première sélection pour Hamish Bentley.

Des Bravehearts qui ne se passeront ni de Kane Bentley, ni de son jeune frère Hamish, 22 ans, un ancien footballeur passé par l’école de rugby du Mas d’Agenais XIII, Villeneuve-sur-Lot, les Espoirs de Sale Sharks en Angleterre, puis du SU Agen, et en 2017-2018 de l’US Casteljaloux, en Fédérale 2 de rugby à XV.

Un “Cadet de Gascogne” polyvalent des lignes arrières, qui devrait en effet étrenner sa première cape internationale, sous les couleurs du pays de sa grand-mère maternelle, ce qui constituera une des attractions d’un match a priori pas si déséquilibré que ne l’indiquent les résultats précédents dans l’Euro (double défaite de l’Ecosse, double victoire de la France).

Lauréats de cet Euro en 2014, les Ecossais partent cette fois de loin, mais ils auront probablement à coeur de clôturer sur une bonne note une compétition que les tricolores ont jusqu’ici marqué de leur belle empreinte, à l’instar du néo capitaine Romain Navarrete, et donc larges favoris pour succéder au palmarès au Pays de Galles.

L’équipe de France :

Morgan Escaré – Paul Marcon, Bastien Ader, Hakim Miloudi, Gavin Marguerite – (o) Stan Robin, (m) Théo Fages – Romain Navarrete (cap), Alrix Da Costa, Lambert Belmas – Benjamin Jullien, Rhys Curran – Mickaël Goudemand.

Remplaçants : Lucas Albert, Valentin Yesa, Bastien Canet, Anthony Marion.

18è : William Barthau.

 

EURO 2018: Maxime Puech forfait pour France – Ecosse!

Alors qu’il était en passe d’étrenner sa première sélection, samedi à Carcassonne, le pilier toulousain Maxime Puech s’est légèrement blessé à une cuisse, ce vendredi matin à l’entraînement, et Aurélien Cologni ne souhaite “prendre aucun risque” le concernant, soucieux de ne pas voir le mal s’aggraver.

Son coéquipier en club, Gavin Marguerite, encore jamais capé à ce niveau, est pour sa part un candidat sérieux pour occuper une place sur une aile, face aux Bravehearts, au sein d’un ensemble tricolore commandé pour l’occasion par Romain Navarrete, en l’absence de Jason Baitieri.

Enfin, compte tenu de la polyvalence de plusieurs joueurs inscrits sur la liste des 19, notamment Stan Robin, Lucas Albert, Théo Fages, Anthony Marion, William Barthau, le sélectionneur aura l’embarras du choix au moment de choisir ceux qui accompagneront deux piliers sur le banc des remplaçants.

A Capella!

La sélection écossaise nous l’a confirmé hier, l’hymne écossais retentira au stade Domec de Carcassonne ce samedi 10 novembre à 18H00 mais…… A Capella!

Les joueurs et le staff ayant fait le choix de l’interpréter eux-mêmes car ils sont “BraveHearts”!

Le public présent  et tous les supporters des Bleus y répondront à n’en pas douter par une “Marseillaise” toute aussi volontaire et passionnée!

L’équipe d’Écosse dévoilée!

Niall Hall, de Bon Accord Bulls, Niall Sidney et Matt Hogg pourraient tous faire leurs débuts, tandis qu’Oliver Wilkes est sur le point de disputer le 500e match de sa carrière et sa 17e sélection écossaise. remplaçant de Sheffield lors d’une défaite 50-0 à St Helens le 25 septembre 1998

“Même en tenant compte de la longue liste de joueurs qui ne sont pas disponibles, nous avons été déçus de nos performances jusqu’à présent dans ce tournoi”, a déclaré l’entraîneur-chef adjoint John Duffy. «Nous emmenons une équipe jeune et inexpérimentée à Carcassonne, mais plus de la moitié ont emprunté le parcours des moins de 19 ans et le parcours étudiant, ce qui est formidable.

«Quoi qu’il en soit, nous nous attendons à voir beaucoup de passion  pour le maillot des Bravehearts.»

SCOTLAND 19-MAN SQUAD

David Scott (Batley Bulldogs), Niall Hall (Bon Accord Bulls), Frankie Mariano (Doncaster RL), Lewis Clarke, Finn Hutchison, Craig Robertson (Edinburgh Eagles), Davey Dixon, Kieran Moran (Keighley Cougars), Nick Glohe (Lakes United RLFC), Niall Sidney, Dan Turland (Newcastle Thunder), Matt Hogg (Newcastle University/Edinburgh Eagles), James Bell (New Zealand Warriors), Oscar Thomas (Sheffield Eagles), Ryan Brierley (Toronto Wolfpack), Kane Bentley, Hamish Bentley (Toulouse), Oliver Wilkes (Workington Town), Joe McClean (Unattached)

Partager un souvenir, une histoire