Il court partout. Pas banal, pour un ancien pilier aujourd’hui âgé de 38 ans, qui après un séjour au Pôle Espoirs de Carcassonne, aux côtés de David Berthezène, Cyril Torrès, Jérôme Guisset, Laurent Frayssinous, Julien Gérin ou Jérôme Alonso, défendit ardemment les couleurs de Morières-les-Avignon.

Rien au départ, en tout cas, ne prédisposait Jean-Christophe Lafont à endosser le rôle de manager administratif du XIII de France, sur cette Coupe du monde.

Après des études en pharmacie, durant seize ans il exerça la profession de visiteur médical, avant d’entamer récemment sa reconversion, formation en Marketing et Management du Sport. Et afin de valider son Masters, JC, par ailleurs pompier volontaire, passa cette année six mois dans l’antre des Dragons Catalans.

“Auprès du Directeur Général, Christophe Jouffret, notamment pour la gestion des contrats des joueurs, et via des passages dans les services communication, ventes, organisation, au contact notamment des penyes, et avec un oeil sur les soirées d’après-match, dans la salle Premium du stade Gilbert-Brutus”, explique le jovial vauclusien.

Echange de bons procédés

Lequel, en suivant, proposa à la FFR XIII sa candidature pour organiser avant, et pendant, le séjour des Bleus dans cette World Cup. Bénévolement, et en échange participer à cette aventure rare.

En amont, en France il assura la communication entre les différents services de la Fédération Française, “pour éviter les doublons toujours fâcheux”.

Présent lors des stages  effectués par les tricolores à Port-Barcarès, il a notamment déchargé le DTN, Patrice Rodriguez, des tâches administratives liées à la préparation de la Coupe du monde.

Avec la découverte de quelques mauvaises surprises. Comme le fait de devoir remplir… 35 pages de renseignements pour chaque demande de visa.

 Sur place, aujourd’hui, on lui a confié le planning des Bleus, entre réception bientôt à l’ambassade de France à Canberra, visites promotionnelles dans des écoles françaises, celle d’un zoo en compagnie de supporters, soirée avec une association d’expatriés français…

Le tout en lien étroit avec Aurélien Cologni, qui décide de la composition des différents groupes de quatre joueurs participant à ces actions de promotion, Tas Baitieri, qui a ses bureaux à l’Academy of Sports de Narrabeen, Brian Coles, le “manager organisation”, Mathieu Khedimi, le chef de délégation.

Avenir en suspens

Au retour en France, après avoir tant couru pour répondre au moindre besoin formulé par les joueurs et les membres du staff, Jean-Christophe devra se pencher sur son avenir professionnel.

 Avec déjà en tête, quelques pistes. Comme, pourquoi pas, oeuvrer au sein du SO Avignon, dans le secteur évènementiel.

“Ma priorité va plutôt vers le rugby, de préférence à XIII, mais je ne suis fermé à aucun autre sport collectif”, rappelle JC, coureur de fond au service des Bleus.

Lesquels apprécient sa bonne humeur, autant que sa compétence.