Accueil Féminines

Féminines

Alice VARELA : “Je ne me vois pas couper du jour au lendemain”

Jeune trentenaire visiblement épanouie, Alice Varela démontre à chaque match, sur le terrain, sa force de caractère, en même temps qu’un indéniable talent, à son poste de demi-de-mêlée.
Employée de banque à Toulouse, la capitaine exemplaire du XIII de France, qu’elle a intégré dès l’âge de 19 ans, était une semaine sur deux en télétravail, l’autre sur site, durant le confinement lié à l’épidémie de Covid-19.
Entretien avec celle qui devrait tirer un trait sur son élogieuse carrière de rugbywoman au lendemain de la Coupe du monde 2021.

Racontez-nous, d’abord, vos débuts en rugby à XIII
Après cinq années comme gymnaste, à Villeneuve- sur-Lot, d’où je suis originaire, puis un an d’initiation à l’athlétisme, je cherchais mon sport de prédilection. Pour finalement le trouver en assistant aux rencontres des «Verts et Blancs» au stade Max-Rousié, aux côtés de mon père, Bernard, ancien joueur de rugby à XV dans l’Yonne, et de mon frère Samuel, lui-même un temps rugbyman. Ce sont les féminines de Pujols, pour la plupart filles de joueurs et de supporters de Villeneuve-sur-Lot, qui m’ont alors proposé de les rejoindre.

Durant vos huit saisons passées au sein de l’équipe de Pujols, qui était votre coéquipière la plus exemplaire de toutes ?
Sandrine Loria, partie ensuite à Facture, exigeante avec elle-même et les autres.

La jeune Zoulouzen actuellement la plus prometteuse ?
Inès Legout, qui a commencé le rugby très tôt à l’école de rugby, et qui a ainsi l’avantage de posséder les bases de notre sport. Elle incarne parfaitement le dépassement de soi, qui l’autorise à augmenter ses performances. C’est tout ce que j’apprécie chez une joueuse.

Est-ce là votre credo ?
Absolument, au rugby comme au CrossFit, une discipline à laquelle j’ai pris goût, plus tard. Je participe à quelques compétitions avec CrossFit Minimes, dans le quartier du même nom, et comme ballon en main j’en veux toujours plus. J’y suis devenue accro, et j’adore.

Quel sentiment vous procure le statut de capitaine ?
On se sent davantage encore investie, dans ce rôle. C’est une responsabilité supplémentaire. On se doit d’être toujours positive, exemplaire, et à l’écoute des autres.

Vous considérez-vous plus efficace en défense qu’en attaque ?
En tant que demie, la lucidité est indispensable. Je me dois donc de tempérer mes ardeurs en défense, afin de conserver en attaque l’indispensable clairvoyance. Le problème, c’est que j’aime beaucoup plaquer, ce qui me porte parfois préjudice dans la conduite du jeu.

Des joueurs de rugby à XIII assistent-ils régulièrement aux rencontres disputées à domicile par les Zoulouzen ?
Surtout les jeunes de l’école de rugby de Jules-Julien, dans le quartier toulousain de Montaudran.

Quel est le meilleur match disputé par l’équipe de France, depuis que vous avez intégré le groupe tricolore ?
En 2013, en Angleterre, face à la Nouvelle-Zélande. Contre cet adversaire de prestige, nous avions tout donné, en dépit d’un score qui nous avait été nettement défavorable.

Quel souvenir gardez-vous du test-match perdu 8-14 face à l’Angleterre, en juin 2018 à Port-Barcarès ?
Très frustrant, pour avoir touché la victoire de près. Mais je retiens la solidarité qui nous avait animé tout au long de la journée. Et nous avions tenté d’élever un peu plus notre niveau.

Votre meilleur match, à titre personnel ?
Ma première victoire comme capitaine de Pujols, mon club de cœur, à Villeneuve-sur-Lot contre Toulouse Ovalie.

Quelle qualité d’une autre joueuse tricolore aimeriez-vous posséder ?
Le jeu au pied d’Elisa Ciria.

La boucle sera-t-elle bouclée, pour vous, au soir de la Coupe du monde ?
C’est mon ultime objectif, en effet. Et je regrette d’avoir été contrainte de stopper notre préparation, cette année, en raison de l’épidémie.

Parmi l’effectif tricolore actuel, qui semble être capable de porter le brassard de capitaine, à partir de 2022 ?
J’en vois deux. Gaëlle Alverhne, pilier de Lescure, et Élisa Ciria, des Girondins de Bordeaux, laquelle connaît le jeu par cœur, et qui depuis son poste d’arrière possède l’avantage de bien apprécier le comportement de l’équipe.

Un mot sur la nouvelle manager du XIII de France, Lise M’Foudi ?
J’avoue que je n’y avais pas pensé pour occuper le poste, mais je suis très contente pour elle. Nous ne l’avons rencontré que sur quelques matchs, la saison passée, et je la connais donc peu, mais c’est une fille simple, joyeuse, attentionnée avec ses adversaires, ce qui n’est pas le cas de toutes les Catalanes (rires). Elle aimait discuter avec nous après les rencontres, pour avoir des retours sur celles-ci, de notre part. Cette nomination devrait ainsi déboucher sur quelque chose de positif. Et puis il est important qu’une femme ait été choisie.

Souhaiteriez-vous rester dans le giron treiziste, une fois terminée votre carrière ?
Je ne me vois pas couper du jour au lendemain, mais a priori je ne me sens pas capable de remplir le rôle d’entraîneur. Car il génère le même stress que chez une joueuse, avec le désavantage d’être impuissant, sur le banc, concernant le déroulement de la partie. Nous verrons bien le moment venu.

Féminines : Le sourire thaï des cadettes d’AYGUESVIVES

Le pays du sourire portait bien son surnom, courant février, pour les cadettes d’Ayguesvives, invitées à prêcher la bonne parole treiziste dans trois écoles de Thaïlande. «Nos échanges ont été extrêmement forts, et les filles avaient constamment la «banane», tout s’est passé pour le mieux, dès lors que nous n’avons pas eu une seule fois à hausser la voix», se félicite Johan Chesneau, l’entraîneur des U17 féminines du club. Un éducateur qui peut se targuer d’un parcours de haut niveau en judo, avec plusieurs podiums nationaux à son palmarès, et qui s’est intéressé au rugby à XIII à l’âge de 30 ans. Coach des cadettes depuis la saison passée, ce prof d’EPS de 39 ans côtoie en fait la plupart d’entre elles depuis déjà un certain temps.

A découvrir dans le numéro d’Avril en téléchargement

[email-download-link namefield=”YES” id=”3″]

 

Féminines Elite – les lionnes se préparent pour la reprise et les phases finales

Le confinement dû à la pandémie du Coronavirus-19 aura mis à l’arrêt la compétition Elite des Féminines où les Lionnes de VVRL occupaient la place de dauphines au classement général. Après cette période de trêve qui devrait se poursuivre jusqu’au 15 Avril voire au delà, l’entraîneur des Lionnes Colin Niez a bien voulu répondre à nos questions :

Après cette période de confinement comment va se passer la reprise ?
Le bureau fédéral de la FFR XIII s’est réuni ce lundi et le projet de reprise concernerait la mise en place des phases finales avec un classement arrêté au 8 Mars. On s’oriente vers une qualification des six équipes et deux rencontres de barrages ouvrant droit aux demi-finales et la finale du Championnat Elite se tiendrait à Albi le 21 Juin 2020.

Les Lionnes ont elle coupé avec l’activité physique ?
Non chacune a reçu un programme personnalisé de la part de notre préparateur Virgil Baque.
Il est composé d’exercices de renforcement musculaire, mais aussi cardio-vasculaire et proprioceptif, pour faciliter le retour sur le terrain une fois le confinement levé. Elles ont toutes mis en application les exercices reçus. Cela va leur permettre de rester en forme pour faciliter la reprise une fois la fin du confinement.

Quel devrait être votre adversaire en demi-finale ?
Si la logique est respectée les Lionnes de VVRL, deuxième au classement devraient recevoir les Zoulouzen de Toulouse Ovalie. Voilà un vrai parfum de finale avant la lettre !

Feminines : Les lionnes de VVRL s’imposent chez les Cigales

Après leur défaite à domicile face aux déesses Catalanes, les Lionnes se devaient de réagir. Elles l’ont fait de fort  belle manière  face aux Cigales du XIII Provencal, en inscrivant quatre essais en première période et menaient déjà 20 à 0 à la pause. A noter la bonne rentére de la nouvelle recrue Moina qui a inscrit deux beaux essais. La deuxième période sera sans problème majeur pour les coéquipières de la Capitaine Aissé Thiam  qui inscriront quatre nouveaux essais, les Cigales Provençales réduisant le score par un essai non Transformé. Une victoire avec la manière qui va permettre de préparer  le prochain déplacement chez le double Champion de France Les Zoulouzen  de Toulouse Ovalie le 29 Février..

A CAUMONT (stade Belle Isle) : Les LIONNES DE VVRL  dominent les CIGALES DU XIII PROVENCAL 38 – 04 (mi-temps 20 à 00)  

Pour les Lionnes: 8 Essais de Moina (2)  Elsa (2) Rania, Sabrina,  Noemie et Aya – 3 Transformations  d’Alexandra

Pour les Cigales Provençales s: 1 Essai

Quatre Tigresses au cœur des Catalanes

Les Déesses de Saint-Estève/XIII Catalan poursuivent leur progression sur le terrain. Leader du championnat Elite avec de grosses performances enchaînées, les Catalanes poursuivent leur développement en coulisse. Un développement qui met en lumière toute une discipline,

Après la réception des Tigresses de Castleford à Gilbert-Brutus au mois d’avril 2019 et le match retour dans le Yorkshire, au mois d’octobre dernier, les échanges ont franchi au mois de février un nouveau palier.

En effet, quatre joueuses de Super League, licenciées à Castleford ont passé trois semaines à Perpignan. Si la trois-quarts Esme Reynolds (17 ans), qui a fait partie de l’échange, n’a pas participé à la finale de Super League perdue à Saint-Helens face à Leeds (12-20), les deux centres Hollie Dodd (16 ans) et Lucy Eastwood (22 ans) et la talonneur ou meneuse de jeu, Jasmine Cudjoe (21 ans), sont titulaires à Castleford […]

La suite de l’article est a retrouver sur le Planète XIII du mois de mars.

Équipe de France Féminine : le groupe pour le stage des 8 & 9 février

Voici la liste des joueuses sélectionnées pour participer au prochain stage de l’Équipe de France le samedi 8 et dimanche 9 février (très probablement à Albi).

Communiqué : Appel à candidature pour le manager EDF féminines

La FFR XIII lance un appel à candidature concernant le poste de manager de l’équipe de France féminine.

Toute personne intéressée est invitée à se rapprocher de la direction administrative afin d’en obtenir la lettre de mission.

Vous pouvez adresser un courriel à direction-administrative@ffr13.fr ou bien téléphoner au 04 68 77 32 29.

Bien cordialement,

Fabienne ALBERT
Secrétaire Générale de la FFR XIII

Télécharger le communiqué officiel

Les Déesses avaient des idées

0

En demis, Victoria Bobo a efficacement guidé la troupe catalane, au sein de laquelle Mélanie Bianchini a impressionné, avec son triplé.

TOULOUSE OVALIE – ST ESTEVE XIII CATALAN 8-20

Mi-temps 4-14

Toulouse : 2 essais Akbari, Himoudi.

St Estève XIII Catalan : 4 essais Akpa, Bianchini (3), 2 T Bobo.

Les Déesses, qui avaient des idées en attaque et de la conviction en défense, ont signé la première victoire de leur histoire, sur la pelouse des championnes de France en titre.

Une féminine de l’OL franchit le Rubicon pour le Vaux-en-Velin Rugby League

Selma Ben Mohamed tout sourire.

Depuis le début de la saison, une nouvelle recrue évolue à l’aile de l’attaque des LIONNES du VVRL et a déjà inscrit plusieurs essais grâce à sa pointe de vitesse.

Selma, de son prénom, a intégré le centre de formation de l’Olympique Lyonnais à l’âge de six ans jusqu’à ses onze ans puis a joué dans différents clubs de la Métropole de Lyon avant d’intégrer le centre de formation de l’AS Cannes.

« Ce fut une très belle expérience pour moi, indique Selma, Grâce à mon cursus j’ai pu intégrer l’équipe nationale Tunisienne de foot-ball avec laquelle j’ai participé à plusieurs compétitions de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations). Ma carrière footballistique n’aura duré que 17 ans mais cela restera une très bonne expérience ! ».

Pourquoi avoir choisi le Rugby à XIII ?  « J’ai décidé de pratiquer le rugby à XIII car c’est un sport collectif qui développe les valeurs de  solidarité et la vie en communauté ainsi que la cohésion de groupe.  Le rugby à XIII apprend également à se « contrôler » et à rester « fair-play » dans le défi et l’adversité. Il apprend surtout à faire preuve de respect envers nos partenaires de jeu, nos adversaires et l’arbitre. Mieux encore, il travaille l’humilité et le dépassement de soi. Et aussi il encourage la prise d’initiative et favorise la persévérance. » 

 Comment s’est passé votre intégration au VVRL?    « Le VVRL est devenu ma nouvelle famille avec une équipe de filles et un coach qui m’ont tout de suite bien intégrée. L’entraîneur Colin Niez m’a fait confiance pendant les matchs malgré que ce fut ma première année de rugby à XIII. Au sein du groupe des Lionnes, elles m’aident à m’améliorer chaque jour un peu ».

Quels sont maintenant vos objectifs avec les Lionnes ?  « Aujourd’hui mon objectif, c’est de faire une aussi longue carrière qu’au football et de progresser à chaque sortie.  Avec le VVRL l’objectif était de jouer en Championnat Elite 1 et c’est fait depuis notre victoire face à Pia de dimanche dernier. Le nouvel objectif est maintenant de ramener le Bouclier de Championnes Elite à Vaulx en Velin comme en 2017. En conclusion, je dirai que le VVRL est une vraie réussite humaine ! » Merci à Selma pour cet entretien et, en cette période de vœux, nous lui souhaitons d’intégrer très rapidement l’effectif de l’équipe de France et pourquoi pas devenir une titulaire pour la prochaine Coupe du Monde qui aura lieu en Angleterre en Octobre 2021 !

Margot Canal et les Déesses régalent

Margot Canal entourée d’Audrey Candido et Mélanie Bianchini.

ST ESTEVE XIII CATALAN – LIMOUX 52-10

Mi-temps 24-6

Arbitre Jean-Luc Tène

St Estève XIII Catalan : 9 essais Akpa (6, 73), Menaa (14, 43), Rivas (25), Canal (39, 69, 79), Bianchini (66), 8 T Akpa.

Limoux : 2 essais Delpech (19), Moreno (55), 1 T Canet.

Les Déesses sont invaincues au terme de la phase de brassage, et ce n’était pas Limoux, malgré une ardeur à saluer, qui pouvait freiner leur élan.

Car à l’image de Margot Canal, auteur d’un triplé, Elisa Akpa, Sarah Menaa, les Catalanes ont fait preuve d’efficacité, même si l’application laissait parfois à désirer.

Du moins en première période, car dès la reprise elles ont soigné le collectif, laissant les Limouxines loin derrière au tableau d’affichage.

Partager un souvenir, une histoire