Crédit photo LBC

Si Thomas Lasvenes, victime d’une déchirure lors de l’échauffement d’avant match, n’a finalement pas participé à celui-ci, en face manquaient Nittim Pedrero, souffrant d’une clavicule, Rémi Boutonnier, toujours en délicatesse avec une cheville, Clément Biénès et Manase Maunokafoa.

Mais, heureusement, la grinta, elle, ne faisait défaut ni aux Audois ni aux Tarnais. Si bien qu’en dépit des nombreuses averses s’étant sporadiquement déversées sur l’Aiguille, le spectacle était globalement de qualité.

Et ne parlons pas du suspense, qui a tenu les spectateurs en haleine jusqu’au coup de sifflet final. Parmi lesquels on dénombrait 180 anciens présents pour fêter le cinquantenaires des champions de France 68, et lever le voile recouvrant la plaque du club-house portant désormais le nom du prince disparu des Rouge et Noir, authentique “démon” pour ses adversaires, Hervé Guiraud.

A l’arrivée, Limoux a gagné mais Albi ne méritait pas davantage de perdre, les visiteurs pesant de tout leur poids aux avant-postes, où en face Valentin Yesa, suspendu, faisait cruellement défaut.

Les Blanquetiers entamaient la course-poursuite via une inspiration d’Allan Torreilles faisant glisser Valentin Dominguez dans un interstice.

Mathieu Mayant fixait au profit de Romain Péault, mais le 8-0 ne restait pas longtemps affiché au tableau, Spina concluant un contre albigeois.

Reste que Limoux était encore le plus fort, en première période, malgré les charges des avants adverses, si bien que Mickaël Rouch, à l’intérieur de Torreilles, faisait lui aussi grimper le score. On jouait depuis 22 minutes, et les locaux allaient en attendre 50 de plus avant de se libérer de l’emprise d’un rival bien plus entreprenant après l’entracte, le beau rôle revenant à Joshua Seage et Pierre Carivenc, jusqu’à ce que Daymeric Pelo, le premier à se jeter sur un ballon fuyant sous les poteaux albigeois, n’efface du “planchot” ce score de 18-18 qui aurait sans doute mieux reflété la physionomie de ce duel acharné, à défaut d’avoir été toujours irréprochable au plan technique.

Limoux s’en sortait donc finalement plutôt bien, mais Albi s’accroche avec une louable ténacité à la cinquième place d’un classement toujours aussi générateur d’incertitude quant à l’identite des futurs qualifiés pour les barrages.

LA FICHE TECHNIQUE

LIMOUX – ALBI 22-18

Mi-temps : 16-4.

Arbitre : José Peirera.

Limoux : 4 essais Dominguez (3), R. Péault (9), Rouch (22), D. Pelo (74), 2 transformations Guiraud (22) et Torreilles (74), 1 pénalité Guiraud (26).

Albi : 3 essais Spina (14), Seage (44), Carivenc (56),  2 transformations Gauci (44) et Castany (56), 1 pénalité Castany (66).

Carton jaune à Limoux : Guiraud (78).

LIMOUX : Ma. Mayans – M. Péault, Guiraud, Garrouste, R. Péault –  (o) Torreilles, (m) Gonzalez-Trique – Hérold, S. Teixido, D. Pelo – Edwards, Dominguez – Rouch.

Sont entrés en jeu : Fl. Bousquet, Bartuziak, Barbaza, Latu.

ALBI : Castany – Spina, Tabu, Anger, Deburghgraeve – (o) Carivenc,  (m) Mataitonga – Estruga, Guinguet, Fontrouge – Dupuy, Seage – Molinier.

Sont entrés : Rodriguez, W. Ousty, Gauci, Beasley.