Sur le terrain, son credo était la bravoure.

En dehors, il n’était que gentillesse et discrétion.

Didier Cabestany, âgé seulement de 50 ans, a rejoint son épouse Corinne au ciel treiziste.

Formé à Saint-Estève, ce deuxième ligne puis pilier de combat, disputa une saison comme titulaire à la Section Paloise, après avoir remporté Coupe et Championnat avec les “Rouge et Bleu” de Jacques Jorda.

Il revint à XIII un an plus tard, cette fois sous la bannière du XIII Catalan, joua plus tard avec le même succès au Paris SG Rugby League, avant de mettre un terme à son exceptionnelle carrière au début des années 2000, dans les rangs de l’UTC, non sans avoir effectué un crochet à XV du côté de Prats-de-Mollo, invité par “Fafa” Guisset.

Sa carrière en équipe de France parle pareillement pour celui qui n’était pas grand que par la taille.

Son bandeau blanc a notamment fait parler la poudre sur la pelouse d’Headingley, le 7 avril 1990, lors de la victoire des Bleus sur la Grande-Bretagne.

Didier, qui affronta par ailleurs Wigan fin février 2002 avec l’UTC, en Challenge Cup, défendit avec cran la tunique tricolore de 1989 à 1997, inscrivant un essai en juin 1995 à Palmerston, lors d’un match nul historique avec la Nouvelle-Zélande (16-16), puis un autre quelques mois plus tard au Ninian Park de Cardiff, en Coupe du monde, contre Western Samoa.

Aux fils de ce “monument”, Arnaud et Fabien, joueurs de Pia Baroudeurs et du XIII Laurentin, comme à tous ses proches, la FFR XIII adresse ses condoléances attristées.

H.G.