José Moya , Ancien international avec quelques 11 sélections  ( 1977-1981 ) , membre de l’Amicale des Anciens Internationaux du Rugby à XIII , co-présidée au moment de son initiative par Laurent Roldos et Bernard Guilhem, décide qu’un rassemblement des anciens et derniers vainqueurs de l’Australie en 1978 serait opportun.
D’une part pour essayer de dynamiser l’amicale des Anciens Internationaux en quête d’un nouveau souffle et de nouveaux adhérents mais aussi pour perpétuer la mémoire des performances de l’Equipe de France qui en 1978 avait battue l’Australie sur la série des deux tests joués le 26 novembre à Carcassonne ( 13-10 )  et le 10 décembre (11-10 ) au Stadium Municipal de Toulouse.
La rencontre internationale du 10 novembre  France – Ecosse  de l’édition 2018 de la Coupe d’Europe à Carcassonne , qualificative pour la Coupe du monde de 2021 en Angleterre semble un moment opportun pour célébrer cette manifestation .

A l’issue d’un travail de plusieurs mois et à l’occasion d’une dernière mise au point le samedi 27 octobre à Carcassonne à  l’occasion de la rencontre France- Pays de Galles José Moya et  Guy Lafforgue ayant rencontré quelques joueurs et décideurs fixent cette célébration au samedi 10 novembre à Lézignan.
Ce choix est confirmé dès le lundi 29 par une correspondance de José Moya à tous les acteurs de cette performance :
« Notre lieu de rencontre aura lieu au club house du FCL XIII à Lézignan ,au stade du Moulin pour les nostalgiques….à partir de 11h, le 10 novembre.
Notre capitaine et premier magistrat de la ville, nous recevra au tour d’un apéritif de bien-venue.
Nous déjeunerons ensuite, toujours sur Lézignan , au restaurant ” La Ballade Gourmande “.
 Dans l’après-midi, nous rejoindrons Carcassonne, pour assister au match France-Ecosse.
Nous assisterons à la réception d’après match et ceux qui voudront partager le dîner avec les joueurs de l’équipe de France et supporters, pourront le faire s’ils le souhaitent… ».

Avant ces résultats de 1978  la dernière victoire de la France sur l’Australie remontait au 1er novembre 1970 à Bradford en Coupe du Monde 17-15 .
En presque 50 années – 48 exactement ,  la France a  battu seulement 3 fois l’ Australie dont 2 fois en 1978.
A cette date et depuis 1938 sur 40 rencontres 29 victoires pour l’Australie , 1 match nul et 10 victoires pour la France.

Principaux acteurs ayant répondu à cette invitation et considérés comme ayant contribué à ces performances

18 Joueurs utilisés pour la série des 2 tests de 1978

1 BORREIL Gérard 1 et 2
2 BOURRET Jean Marc 2 remplaçant utilisé 1D 77 ème
3 CASTANON Delphin 1 et 2
4 CASTEL Jean Louis 2
5 DANIEL Henri absent excusé 1 et 2
6 DUFFAUX Gilbert 1 remplaçant non utilisé
7 GESEQUE Yvan absent excusé 1
8 HERMET Didier 1 et 2
9 LAFFORGUE Guy 1 remplaçant non utilisé
10 LAUMOND Christian 1 et 2
11 MAÏQUE Michel 1 et 2 Capitaine
12 MALACAMP André 1 et 2
13 MOYA José 1 et 2 8 T
14 NAUDO Michel 1 et 2 1E test 1 , 1E test 2
15 ROOSEBROUK Joël 2 remplaçant
16 TRANIER Françis 1 et 2
17 WALLIGUNDA Eric 1 et 2 1D test2
18 ZALDUENDO Charles 1 et 2

Officiels et Encadrement :
MAURIES René : Président de la FFR XIII +
SERIE François SG +
PLANEL Henri : Directeur de L’Equipe de France
BONNERY Louis : DTN responsable des équipes de France, entraîneur adjoint
GARRIGUE Roger : Entraîneur
Dr CHRESTIAN Roger : Suivi Médical +
Dr GUILHEM Jean : Suivi Médical
PREVOT Marcel : Kiné
ESCOURROU Pierre : Sélectionneur
DAUTANT Gérard : Sélectionneur +
VADON André : Sélectionneur
MOUNE Louis : Responsable financier +
REVERT Raymond : Logistique

En cette année 78 et en particulier avec l’arrivée de cette tournée des Australiens le rugby à XIII Français recherchait encore une fois un nouveau souffle et une nouvelle dynamique.
Une occasion de lancer le nouveau journal fédéral « Treize magazine » impulsé dès juillet 78 logistiquement par Rolland Fabre et Raymond Roussennac et éditorialement par André Passamar accompagnés aux illustrations photos par André Cros.
Ce Treize Magazine descendant de plusieurs autres revues fédérales dans son No 2 octobre 78 disait :

« Avec le retour des saisons, le propos revient comme une antienne. Le XIII de France est l’image de marque du mouvement. De ses performances, de son comportement , dépendent la crédibilité de la communauté , son audience et sa popularité….la saison internationale dans laquelle il s’apprête à s’engager est grosse de conséquences pour tout ce qui touche de près ou de loin le mouvement treiziste.
Après qu’il ait tant déçu on attend aujourd’hui de lui, non pas qu’il réalise prouesse sur prouesse mais qu’il retrouve sa dignité , sa fierté , un certain sens de la grandeur et des responsabilités.
C’est beaucoup, sans conteste , lui demander. C’est pourtant le minimum qu’on exigera de lui .
Parce que, cinq ans durant , il a erré dans le rugby international comme une âme en peine , balloté , balancé , saboulé par des éléments qui le dépassaient …il était impossible qu’il se façonnât , se reconstruisit en un temps record…
Le XIII de France est-il pour autant aujourd’hui capable de naviguer sur son erre , sans dévier du droit chemin , sans perdre et tête et boussole ?
On aura pas l’outrecuidance de le prétendre. Le malade est actuellement convalescent et pas du tout à l’abri d’une brutale rechute, surtout si on veut bien se souvenir qu’il est appelé à repousser les assauts de cette terrible fièvre verte , en provenance directes des antipodes.
Par conséquent , ce qu’on désire , ce qu’on souhaite en provenance du XIII de France , c’est qu’il ait à nouveau l’envie , le goût , la volonté du combat et de la réussite .C’est qu’il aborde l’événement résolu , en argumentant avec ses propres arguments , soucieux de bien défendre son prestige, certes mais aussi d’assumer sa part de jeu et de l’oser jusqu’au bout. C’est qu’il nous révèle anciens et nouveaux mêlés, un tempérament tissé de bravoure et de panache…
Affronter l’Australie dans moins d’un mois , ce n’est pas le problème d’une équipe . C’est le problème de tous … »

Un mois plus tard à quelque heures du début de la tournée des Kangourous en France les propos de l’éditorial  du N0 3 de XIII Magazine sont encore plus clairs :

« Le XIII de France est-il présentement en mesure de jouer sans répit le jeu de l’engagement physique à outrance et de l’esprit d’offensive ?

Là est la question…

Pour être franc et honnête on dira sans tarder que répondre favorablement constituerait une duperie …Qu’il gagne  ou perde nous importe médiocrement. Peu nous chaut qu’il resquille un succès s’il ne convainc pas de son esprit de corps et d’une âme nouvelle. Ce qu’on lui demande , en définitive , c’est de nous faire entrevoir le bout du tunnel en jouant son rugby …prouver qu’il recommence à être et à vivre…reprendre une longue et difficile quête  de sa vraie dimension et sa pugnacité . »

Finalement l’éditorial du N0 4 de décembre 78/janvier 79 dira clairement :

«  Ainsi donc, l’inattendu , l’impossible s’est produit le plus normalement du monde .
Les invincibles Kangourous , ceux-là même qui sortaient d’une triomphale tournée anglaise sont tombés . A deux reprises. Et devant notre XIII de France . Bonnes gens , bravo pour lui !…
La prouesse , des plus authentiques et des plus glorieuses séduit et rassure à la fois . Elle dit sans ambiguïté que notre jeu est prêt à quitter le long tunnel dans lequel il s’était perdu … »

Pour cette série de 2 test matchs la commission de sélection retiendra 7 nouveaux joueurs qui n’avaient jamais encore joué de rencontre internationale :
CASTANON Delphin ,LAUMOND Christian , MALACAMP André , BORREIL Gérard , NAUDO Jean Jacques , GRESEQUE Yvan et Eric WALLIGUNDA.
Tous les sélectionnés sortiront des écoles  de formation et des clubs de la Fédération treiziste.

TEST 1
26 novembre 1976
Carcassonne- Stade Albert Domec
FRANCE 13- AUSTRALIE 10
MT : 4-8
Temps froid , pluie et neige , terrain glissant
Arbitre : Mr BREYSSE André ( France- Provence)
3500 spectateurs
France : 1E NAUDO , 5 T MOYA
Australie : 2E CRONIN , EADIE ,1T et 1CF CRONIN
France : TRANIER Françis ( Villefranche ), MOYA José (AS Carcassonne XIII ), LAUMOND Christian ( Villefranche ) , NAUDO Michel ( XIII Catalan ) , BORREIL Gérard ( XIII Catalan), (o) WALLIGUNDA Eric ( FC Lézignan), (m) GRESEQUE Yvan ( XIII Catalan ) , DANIEL Henri (Pia), MALACAMP André ( AS Carcassonne ), CASTANON Delphin ( FC Lézignan ), ZALDUENDO Carlos ( TO XIII) , HERMET Didier ( Villeneuve XIII) , MAÏQUE Michel ( cap ) (FC Lézignan XIII)
R : LAFFORGUE Guy ( XIII Catalan ) , DUFFAUX Gilbert ( SO Avignon ) non utilisés
Ent : Roger Garrigue et Louis Bonnery

Australie : Eadie , Boustead , Martin, Cronin,  Anderson , ( o) Fulton (cap) , (m) Raudonikis , Morris , Peponis , Young , Boyd , Gerrard ,Price.

 

TEST 2
10 décembre 1976
TOULOUSE – Stadium Municipal
FRANCE 11- AUSTRALIE 10
MT : 7-7
Beau temps doux , pelouse souple
Arbitre : Mr LAVERNY Pierre ( France- Bordeaux)
7000 spectateurs
France : 1E NAUDO , 1 T MOYA 2CF MOYA , 1D WALLIGUNDA , 1 D NAUDO
Australie : 2E ROGERS  , BOUSTEAD  ,1T et 1CF CRONIN
France : TRANIER Françis ( Villefranche ), MOYA José (AS Carcassonne XIII ), LAUMOND Christian ( Villefranche ) , NAUDO Michel ( XIII Catalan ) , BORREIL Gérard ( XIII Catalan), (o) WALLIGUNDA Eric ( FC Lézignan), (m) CASTEL Jean Louis ( Albi XIII)  , DANIEL Henri (Pia), MALACAMP André ( AS Carcassonne XIII ), CASTANON Delphin ( FC Lézignan ), ZALDUENDO Carlos ( TO XIII) , HERMET Didier ( Villeneuve XIII) , MAÏQUE Michel ( cap ) (FC Lézignan XIII) puis BOURRET Jean Marc ( XIII Catalan ) , ROOSEBROUCK Joël ( Villeneuve XIII)

Australie : Eadie , Boustead , Rogers , Cronin,  Anderson , ( o) Fulton (cap) , (m) Raudonikis puis Thomson A  , Oling puis Thomson I , Hilditch, Young , Reddy , Gerrard ,Price.
Ent : Frank Stanton

Les Espoirs eux remporteront à Albi entre les deux tests un succès qui restera mémorable par d’une part la réussite du jeune butteur Alain Touchagues et l’esprit de combat du groupe mai aussi un arbitrage contestable et un jeu incroyablement faible des australiens.

A Albi le 3 décembre France Espoirs 20 – Australie 5
10 buts d’Alain Touchagues
1E Anderson , 1T Cronin

Espoirs : TOUCHAGUES , GONZALEZ JM , MENDEZ , HERRERO , ASTIER , (o) PUECH , (m) DUFFAUX , puis BEZARD , CHANTAL , MACCALI , MARCON , LASSALE , SANTANTONIO , LAFFORGUE G.
Ent : AMILA , ROLDOS

Ces victoires du XIII de France auront des répercussions considérables.
En Australie d’abord.
Véritable séisme ces défaites ont provoqué des changements radicaux dans l’organisation et le traitement de leur équipe nationale et leur approche de la dimension internationale du jeu.
L’organisation des tournées historiques est revue.
Elles seront réduites dans le temps et l’espace.
Moins de rencontres mais plus de qualité.
Plus de récupération pour les joueurs et conditions d’organisation totalement contrôlées par l’ARL.
La réaction d’ensemble de l’Australie treiziste sera à la hauteur de ses moyens pour « plus jamais çà »
Au niveau international l’arbitrage neutre sera désormais exigé et réalisé.
Ils imputaient une partie de leurs défaites en France au corps arbitral français .
Ce sera également une nouvelle approche de l’ensemble du jeu avec de nouveaux techniciens qui prolongeront le travail de l’entraîneur des kangourous Frank Stanton qui sera maintenu dans ses fonctions pour recevoir la tournée française de 81 et laver définitivement l’affront de 78.
A la tête de « Invincibles » Frank Stanton en 1982 rentrera dans l’histoire
Ces défaites ont été de fait à l’origine de la remise en question du système en place australien pour le propulser vers l’ère moderne qui débutait dans les antipodes.
La dernière grande tournée du XIII de France en 1981 signera la fin d’une époque.
Pour la France ce sursaut n’a pas fait emboîter le pas des réactions suscitées dans le reste du monde et avant tout par l’Australie et la Nouvelle Zélande.
Un course poursuite de l’Europe , Angleterre comprise venait de débuter pour tenter de renouer avec le succès …
La France n’y est toujours pas encore parvenue depuis.

Les Kangourous eux enchaîneront 3 tournées qui les projetteront au sommet de la hiérarchie du Rugby à XIII.

1982 : « Les Invincibles » 15 rencontres jouées et gagnées

“The 1982 Kangaroos, coached by Frank Stanton dominated, winning both Test series against Great Britain (three Tests) and France (two Tests); winning every match of the tour and earning the nickname The Invincibles. This was the first Kangaroo undefeated touring side winning twenty-two matches played and scoring 1,005 points with 120 against at an average of 45.6 points per game while conceding only 5.4 points per game. The twenty-eight player squad was captained by Max Krilich, with Wally Lewis his deputy. The next Kangaroo Tour was staged in 1986. »

1986 : Les «  Imbattables » 13 rencontres jouées et gagnées

« Australia continued its dominance, easily winning both Test series against Great Britain and France as well as defeating Papua New Guinea in Port Moresby on the way to England, going through the entire tour undefeated in a repeat of the 1982 Invincibles’ tour which saw the 1986 team became known as “The Unbeatables”. In twenty matches they scored 136 tries and conceded only 16, posting 738 points for and 126 against.[1] Terry Lamb became the first player to appear in every match on a Kangaroo Tour.

The team was coached by 1956/57 Kangaroo tourist Don Furner… »

1990 : « Simply the Best » ou « XXXX » Les 13 rencontres jouées et gagnées

« The 1990 Kangaroo Tour was the seventeenth Kangaroo Tour, where the Australian national rugby league team (known as the XXXX Kangaroos due to sponsorship reasons) travelled to Europe and played eighteen matches against British and French club and representative rugby league teams, in addition to three Test matchesagainst Great Britain and two Tests against the French. It followed the tour of 1986 »

En Angleterre en 90 les Kangourous exploseront toutes les données antérieures 19 995 spectateurs de moyenne pour leurs matchs , 259 000 spectateurs sur l’ensemble de la tournée .
54 569 spectateurs pour leur test de Wembley et 24 814 spectateurs pour leur rencontre face à Wigan ….

Au cours de ce rassemblement du 10 novembre 2018 on parlera encore des lignes de forces qui avaient conduit à la victoire.

Se dégagent :

1 Personne dans l’entourage du XIII de France n’avait jamais envisagé la défaite.
Les changements dans la direction de l’EDF avaient été effectués pour cet objectif immédiat et uniquement celui-là.

2 On s’était donné les moyens de nos ambitions en mobilisant toutes les énergies et les possibilités du moment du mouvement.

Innovations et nouvelles données.

Réorganisation générale du fonctionnement administratif, financier , logistique de l’EDF.

Mise en place de conditions avancées pour l’époque de préparation générale de l’équipe.

Les données actuelles pour un entraîneur s’il le souhaite sont quantitativement énormes
A cette époque le problème était différent.
On manquait de données et on faisait avec ce qui était possible .
On a essayé de changer les choses et de faire basculer le jeu dans une époque plus actuelle voire même prédictive.
Organisation médicale avant-gardiste avec une commission médicale fédérale très dynamique et un secteur soins efficace  , logistique ,  analyse du jeu des adversaires , vidéo , statistiques , tests  physiques et psychologiques , stages et regroupements réguliers avec évaluations intermédiaires ,mise en place de plans de jeu et en particulier sur le drop de la victoire au Test 2 qui avait été envisagé et préparé au cas où … déplacement en Angleterre pour voir les tests contre les Anglais , partenariat équipementier avec Adidas ect …ect …
L’arrivée de Treize Magazine donnait de plus un fort support interne au groupe.
Le groupe des sélectionneurs, bien organisés entre eux ,sillonnait tous les WE les terrains pour juger de la situation des joueurs concernés et ne pouvait pas se baser sur des analyses de vidéo comme c’est le cas actuellement ….

3 On avait un objectif unique et préçis : la victoire
On n’envisageait pas autre chose

4 Le mouvement était solidaire et l’Equipe de France motivée et en harmonie avec le projet global.
Le groupe a toujours été solidaire et uni autour de son capitaine Michel Maïque.

5 La France appartenait encore au « Big 4 » ( Angleterre , Australie , Nouvelle Zélande)

Tout cela combiné avait créé une organisation novatrice ,simple mais efficace.

Tout s’est de plus bien synchronisé :
Chronologiquement la spirale des défaites s’est arrêtée pour l’EDF et avec un peu de hasard – essai raté des australien à Toulouse , essai réussi des français à Carcassonne ,on en est arrivé à ces résultats .
On a beaucoup parlé à l’issue de ces résultats de l’arbitrage.
On en est arrivé au principe des arbitres « neutres » pour les rencontres internationales.

L’arbitrage avec le recul du temps reste malgré tout un problème chronique et mondial.
Les équipes battues se retranchent bien souvent derrière cet argument.
Ce que je retiens c’est que :

Une équipe forte ne se soucie jamais de l’arbitrage, elle fait avec.
Une équipe faible ne peut pas supporter un faible arbitrage
Deux équipes de niveau égal restent malgré tout tributaires parfois et involontairement de l’arbitrage.
Les Australiens nous ont démontré par la suite qu’ils étaient forts et que l’arbitrage n’avait plus pour eux une dimension capitale dans leurs performances.

78 a tourné une page importante dans l’histoire du jeu et la France y a joué son rôle.

Que reste t’il aujourd’hui de ces victoires ?

L’authenticité des faits et non des copies ou contrefaçons d’exploits imaginaires.
Une performance extraordinaire pas assez mise en avant par l’histoire du jeu en France
Des souvenirs immatériels qui nourrissent nos pensées
Un plaisir toujours aussi intense de se retrouver.
Un respect fondamental du Rugby à XIII Australien qui s’associe à notre rassemblement.

Les anciens de 78 se retrouvent

A la veille du rassemblement José Moya communique les derniers détails de cette journée.

« Complément d’information ,

Ce qui ne devait être qu’une réunion afin de fêter nos retrouvailles, va devenir une mini fête.

« Avec d’autres internationaux, nous remettrons les maillots aux joueurs de l’équipe de France ,samedi matin à 10h à leur hôtel, sur CARCASSONNE.
Retrouvailles comme indiqué au club house du FCL à 11h, où nous serons reçus par Michel Maïque, Maire de Lézignan et Capitaine de notre équipe autour d’un apéritif de bien venu.

Le département de l’Aude tiendra aussi à nous honorer,en nous offrant une médaille souvenir.

Le repas à “La Balade Gourmande” ,sera partagé par une soixantaine de personnes qui voudront s’associer avec nous à ces agapes.

Nous rejoindrons ensuite Carcassonne pour assister au match international “FRANCE/ECOSSE dans la loge de la FFRXIII.
Nous serons présentés à la mi-temps au public.

Dès la fin du match, nous serons les invités d’honneur,ou nous serons fêtés lors de la réception d’après match par la FFRXIII, avec les joueurs de l’équipe de FRANCE.

Nos victoires ont apparemment touché pas mal de nostalgiques et de TREIZISTES….. »

Une belle journée en perspective pour les anciens de 78 et le rugby à XIII Français qui célébrera ce samedi tout à la fois, les derniers vainqueurs de l’Australie , sa qualification pour la Coupe du Monde de 2021 en Angleterre et son titre de Champion d’Europe 2018 assorti d’un grand chelem.
Une occasion également de voir l’équipe de France féminine rencontrer l’Italie en lever de rideau.