Comme joueur, puis comme manager, il a presque fait le tour du département des Pyrénées-Orientales, toujours avec bonheur, et aujourd’hui il rend de fiers services à un club qui, d’emblée, l’a adopté. Antoine Noguera revient sur une saison davantage faite de hauts que de bas, de la part d’un promu prêt à tout donner pour renverser le pronostic, jeudi à Toulouse (18h).

Quelle a été la force des Baroudeurs, cette saison ?

La continuité du titre de DN1 remporté la saison dernière. Avec le même coach, Franck Rovira, et la même ossature de joueurs. Les résultats obtenus ont en tout cas été au-delà de nos espérances, alors que nous jouions essentiellement le maintien, en début de parcours. Nous sommes en finale de la Coupe de France Georges-Aillères, qui est aujourd’hui notre priorité, et nous disputerons un match de barrage de championnat à domicile, le 8 juin contre Lescure. Il y a de quoi être satisfait, et on peut remercier ceux qui œuvrent sans relâche auprès des co-présidents Gaby Borras et Jean-Bruno Balent, comme Patrick, Valérie, Gaby de Saint-Nazaire, Jean-Michel Balent….

Quelques lacunes peuvent-elles être corrigées ?

Nous sommes au maximum de nos possibilités. Nous venons de traverser une période difficile, ayant perdu nos deux derniers matchs de championnat, ce qui n’est pas l’idéal pour préparer une finale. Nous connaissons notre niveau et celui de Baho, mais le match n’est pas encore joué. Nous possédons les armes pour faire déjouer Baho. Et je suis persuadé que l’équipe qui aura le plus de ballons en main l’emportera.

Pia se présentera-t-il au complet ?

Sébastien Terrado est rétabli de sa blessure à la cheville, Sylvain Bonnet vient de quitter l’infirmerie, et les coachs auront un choix difficile à faire, mais ils aligneront les joueurs les plus méritants de la saison.

Qu’a représenté pour vous l’apport d’Anthony Durand, arrivé en cours de saison ?

Énorme, car il a été désigné à quatre reprises “joueur du match”. Tout ce qu’il fait sur un terrain est propre, et on connait ses qualités de buteur.

Le joueur phare de la saison ?

Cédric Pacull, que j’ai découvert cette année. Il pourrait jouer sans problème en Elite 1, mais il a manqué d’ambition à un moment donné de sa carrière. C’est un joueur intelligent, doublé d’un guerrier.

Et celui que l’on peut craindre, à Baho ?

Plus qu’un joueur, c’est l’équipe, notamment redoutable au milieu du terrain, avec ses joueurs arrivés d’Elite 1. Les Geckos seront prêts, c’est certain.