Lucas Albert, aujourd’hui âgé de 20 ans et trois mois, vénère désormais George Williams, son possible sinon probable futur adversaire, le 17 octobre à Leigh.

Leurs chemins auraient pu se croiser à Perth, lors de la dernière Coupe du monde, mais si l’ex élève de la MJC Carcassonne et du Pôle Espoirs de la préfecture de l’Aude était sur le terrain, le coach de l’Angleterre, Wayne Bennett, avait préféré à la perle de Wigan le tandem Luke Gale – Kevin Brown, Garteh Widdop étant positionné à l’arrière.

«Widdop possède une grosse expérience, en NRL, et il a l’art d’exploiter le moindre espace. Brown a également un maximum de métier, sait fixer la ligne de défense adverse, et se montre dangereux au pied», sait Lucas, qui à l’inverse n’apprécie pas spécialement le style de Luke Gale, «un joueur surtout dans l’apparence», assène-t-il.

Avec à ses côtés Théo Fages, «un authentique meneur de jeu, bon au pied comme en défense», Lucas avait tiré son épingle du jeu, au sein d’un ensemble tricolore battu 36-6, car piégé par une entame catastrophique, avant de rebondir avec cran.

«C’était en tout cas une bonne expérience de jouer contre des adversaires de ce calibre, même si je regrette l’essai qui m’avait été refusé après une percée de cinquante mètres. Nous avions encaissé trop d’essais d’entrée de jeu, mais au moins, en suivant, nous avions rivalisé».

Extrait du magazine “Planète XIII” d’Octobre.

Pour lire la suite …