“Stac” savoure son doublé en famille

LEZIGNAN – VILLENEUVE/LOT 35-20

Mi-temps 22-10

Arbitres Mohamed Drizza et Kevin Delarose

Lézignan : 6 essais Tort (3), V. Ferret (19), Stacul (33, 69), Li. Albert (39), M. Benausse (73), 5 T Cardace, 1 drop A. Miloudi (79).

Villeneuve : 4 essais L. Maria (13), M. Carrasco (22, 54), Brioux (64), 2 T Decarnin.

LEZIGNAN : A. Miloudi – Cardace, Stacul, Gregorius, Tort – (o) V. Ferret, (m) Th. Lacans – Y. Tisseyre, M. Benausse, J. Fakir – Leary, Li. Albert – Tribillac.

Sont entrés en jeu Fl. Bousquet, Tualima, Amila, Costes.

VILLENEUVE : Bachoukh – Ugaia, Nicolas, Decarnin, M. Carrasco – (o) Villegas, (m) Godinet – Calic, Gautier, Masselot – Dubertrand, L. Maria – Nikolic.

Sont entrés Lafolafo, Brioux, B. Lasvenes, Hermosilla.

Leur opportunisme en attaque, conjugué à leur maîtrise en défense, ont servi les desseins d’un FCL tout à son affaire en première mi-temps, avant de baisser légèrement le ton après la pause, ce dont ne profita pas Villeneuve, contraint de se découvrir pour remonter la pente au score, et dès lors sujet à trop de maladresses.

Des Lot-et-Garonnais d’abord piégés par la passe au pied de Valentin Ferret pour Benjamin Tort, puis répliquant par une trouée de Constant Villegas au service de Loïc Maria.

Valentin Ferret sortait ensuite de sa boîte pour tromper la défense adverse, Aurélien Decarnin décalait Maxime Carrasco, et c’est en fin de première période que le FCL faisait la différence au score : débordement de Ferret et recentrage au pied pour Cyril Stacul, puis Lilian Albert mis dans un intervalle par Thomas Lacans.

De la belle ouvrage, laissant cette fois Villeneuve assez loin derrière.

Mais les visiteurs dominaient ensuite suffisamment pour voir Carrasco, puis Dorian Brioux, récompenser leurs généreux efforts, espoir de victoire bien ancré à un quart d’heure de la fin, avant de plier définitivement quand Ferret ouvrait la voie de l’essai à Stacul, le départ au ras du tenu de Maxime Benausse clouant une dernière fois le bec à des Villeneuvois qui auraient pu espérer mieux avec un soupçon d’adresse en plus, mais de toute façon auteurs d’une saison exemplaire.

La percée royale de Maxime Herold au service de Mickaël Rouch a mis fin au suspense, à Limoux.
Crédit LBC

LIMOUX – ALBI 26-24

Mi-temps 8-12

Arbitres Benjamin Casty et Cyril Vergnes

Limoux : 5 essais Th. Lasvenes (23), Maxime Péault (32), Noki (45), Ma. Mayans (54), Rouch (72), 2 T Torreilles (45) et Murcia (72), 1 pénalité Murcia (68).

Albi : 4 essais Ballinger (9, 68), Deburghgraeve (12), Cédric Mazars (77), 4 T B. Fabre.

Cartons jaunes : Liauzun (Limoux) et Deburghgraeve (Albi) à la 42è.

Carton rouge à Limoux : Benjamin Vergniol (42).

LIMOUX : Th. Lasvenes – A. Bourrel, Puso, Ma. Mayans, Maxime Péault – (o) Torreilles, (m) Murcia – Herold, S. Teixido, Barbaza – Benjamin Vergniol, Lucas Vergniol – Rouch.

Sont entrés Liauzun, Kriouache, Mickalezyk, Noki.

ALBI : Cancé – Pedrero, Lescouzères, Guinguet, Deburghgraeve – (o) B. Fabre, (m) Grant – Estruga, Carivenc, Rodrigues – Ballinger, Dupuy – Maxime Garcia.

Sont enrés W. Ousty, Uele, Molinier, Cédric Mazars.

Avec un joueur en moins sur le terrain pendant toute une mi-temps, ça n’était pas gagné d’avance pour les Limouxins, à égalité au score à dix minutes de la fin, avant de voir Mickaël Murcia leur donner un léger avantage, puis surtout Maxime Herold mettre fin au suspense en perçant avec autorité au profit de Mickaël Rouch. Un essai décisif, car transformé, celui inscrit plus tard par Cédric Mazars, en force, ne risquant pas de changer la donne.

Limoux avait aussi, et surtout, bien fait de mettre tous les atouts de son côté en première période, en marquant deux essais dont on ne savait pas encore qu’ils compteraient double à l’arrivée.

Thomas Lasvenes, tranchant, s’était distingué le premier, imité ensuite par Maxime Péault, mais si les Blanquetiers avaient dominé territoriallement, les Tarnais avaient de leur côté de l’opportunisme à revendre.

Une qualité récompensée par deux conclusions de soixante mètres, signées Jye Ballinger, entré par effraction dans un intervalle, et Florian Deburghgrave, au soutien d’une percée d’Alex Grant.

Peu après la reprise, Henry Noki, muscles dehors, et Mathieu Mayans, montrant son numéro à trois Tarnais, faisaient fi de leur infériorité numérique, mais il était dit que les Albigeois (“complets, en même temps durs au mal et joueurs”, confiait après coup Sylvain Teixido à L’Indépendant) ne baisserait pas facilement la garde, Ballinger y allant de son doublé égalisateur.

La suite du feuilleton à rebondissements était écrite par Herold, passeur de choix pour Rouch…