Et le Tonga tomba…

Car si la flamme était rouge, la maîtrise était blanche. Dans un Mount Smart Stadium à guichets fermés, et à tombeau ouvert derrière les joueurs du Tonga, ceux-ci ne pouvaient se satisfaire de leurs huit dernières minutes de folie, qui les voyaient passer de 20-0 à 20-18.

Pour en effet espérer tordre une Angleterre autrement plus précise, il aurait fallu autre chose que le punch et le soutien.

Et dans ce premier duel de l’histoire entre les deux nations, mettant aux prises deux des quatre nominés (avec Cameron Smith et Billy Slater) pour le Golden Boot 2017 (McGillvary d’un côté, Taumalolo de l’autre), comme souvent dans cette World Cup les Anglais tiraient les premiers : percée de Widdop, essai classique de McGillvary.

Et, déjà, en face la finition laissait à désirer : un en avant à 50 cm de l’en but anglais privait le Tonga d’un extraordinaire essai de 80 mètres et à cinq passes.

Bien plus méthodiques, les Blanc augmentaient leur avance à la 16è minute, Whitehead offrant à Widdop une belle conclusion, alors que bientôt Fifita, lui, perdait le ballon à moins d’un mètre du bonheur.

Soit toute la différence entre les deux équipes, dans ce match rythmé, et dominé territoriallement par l’Angleterre, en première mi-temps, témoin les trente plaquages effectués par Sika Manu.

Et surtout 23 manqués, contre quand même 19 aux Anglais, preuve que ces derniers n’étaient pas non plus exempts de reproches.

Mais eux, au moins, n’étaient pas les adeptes d’un rugby aussi brouillon que celui proposé par les Tongiens. Qui commettaient en deuxième période les mêmes péchés qu’en première : Daniel Tupou lâchait inexplicablement une balle d’esai (43) au bout d’un joli mouvement.

Comment, dans ces conditions, battre les Anglais ?

 Fifita et Ma’u essayaient (58è), mais en vain, Michael Jennings faisait l’effort, mais envoyait sa passe en touche (64è), alors qu’en face on ne se trompait pas : essai de Bateman construit par Gale et Widdop.

Dans un stade en délire, Mate Ma’a se rappelait au bon souvenir de ses chauds supporters l’espace des huit dernières minutes de la rencontre. Tevita Pangai Junior s’arrachait d’abord, puis Havili, le talonneur taureau, évitait trois plaqueurs, Taumalolo enfin s’échappait au profit de Lolohea. Trois essais coup sur coup avivant les regrets du Tonga, qui aurait pu définitivement renverser la vapeur à dix secondes de la corne, si Fifita n’avait pas commis l’irréparable, un en avant à deux mètres de la qualif.

Ces en avant qui avaient condamné un Tonga secoué par le quatuor de devant, Walmsley, Graham, Tom Burgess, Hill, ennuyé par le jeu au pied de Gale et le talent de Widdop, mais qui peut s’en vouloir d’avoir manqué de tant de rigueur…

 

LA FICHE TECHNIQUE

Demi-finale de la Coupe du monde

Angleterre – Tonga 20-18

Mi-temps 12-0

30 003 spectateurs, record d’affluence au Mount Smart Stadium

Angleterre : 3 essais McGillvary (10), Widdop (16), Bateman (67), 3 T et 1 pénalité (50) Widdop.

Tonga : 3 essais Tevita Pangai Junior (72), Havili (77), Lolohea (78), 3 T Taukeiaho.

Angleterre : Widdop, McGillvary, Watkins, Bateman, Hall, (o) K. Brown, (m)

Gale – Hill, Hodgson, J. Graham – S. Burgess, Whitehead – O’Loughlin.

Sont entrés Walmsley, T. Burgess, Currie, Roby.

Tonga : Hopoate, D. Tupou, M. Jennings, Hurrell, Fusitu’a, (o) Lolohea, (m)

Hingano – Fifita, Havili, Taukeiaho – Ma’u, Manu – Taumalolo.

Sont entrés : Katoa, Terepo, Pangai Jnr, Murdoch-Masila.