Covid-19 : Mise à jour du protocole médical de gestion

APPLICABLE A COMPTER DU 25 FEVRIER 2021

Note préalable : Le présent protocole s’impose à tous les clubs des divisions Élite 1, Élite 2, U19, divisions Nationales, Féminines et XIII Fauteuil, y compris l’ensemble des Équipes de France : protocole spécifique annexe 1.
Les dispositions du présent protocole de gestion Covid-19 (ci-après le « Protocole ») sont établies en considération de la situation sanitaire en date du 25 Février 2021. Elles sont susceptibles de révision à tout moment de la saison en fonction de l’évolution de la situation.

Ce protocole, s’inscrit dans la continuité du protocole médical de reprise appliqué au sein des clubs depuis la fin du confinement et pendant toute l’intersaison. Il s’inscrit également dans le cadre d’une vigilance au quotidien de chacun des acteurs des clubs professionnels sur le respect des gestes barrières au sein du club et en-dehors.
Note préalable : Le présent protocole s’impose à tous les clubs des divisions Élite 1, Élite 2, U19, divisions Nationales, Féminines et XIII Fauteuil, y compris l’ensemble des Équipes de France : protocole spécifique annexe 1.
Les dispositions du présent protocole de gestion Covid-19 (ci-après le « Protocole ») sont établies en considération de la situation sanitaire en date du 25 Février 2021. Elles sont susceptibles de révision à tout moment de la saison en fonction de l’évolution de la situation.

Ce protocole, s’inscrit dans la continuité du protocole médical de reprise appliqué au sein des clubs depuis la fin du confinement et pendant toute l’intersaison. Il s’inscrit également dans le cadre d’une vigilance au quotidien de chacun des acteurs des clubs professionnels sur le respect des gestes barrières au sein du club et en-dehors.

1) Organisation

• Schéma organisationnel – Vue d’ensemble

• Commission d’expertise COVID-19

Au regard du contexte sanitaire de la COVID-19, une Commission d’expertise COVID19 (la
« Commission d’expertise ») est mise en place. Elle est chargée d’examiner toute situation en lien avec la COVID-19, et notamment :

• déterminer les mesures à prendre au sein du club en cas de détection d’un cas symptomatique ou d’un cas positif asymptomatique à un test virologique RT-PCR ou antigénique, si elle le juge nécessaire au regard de la situation sanitaire et des décisions de programmation, sur demande d’un ou des clubs (s), de la FFR XIII ou de sa propre initiative,
• faire part aux organes compétents de la FFR XIII de ses recommandations sur les mesures à prendre sur le déroulement des rencontres,
• adresser un avis sur les justifications apportées par le médecin du club n’ayant pas
transmis la composition du Groupe et/ou l’Attestation Match dans le délai imparti,
• adresser tout autre avis que la FFR XIII jugerait utile de solliciter auprès de cette Commission.

Composition de la Commission d’expertise COVID 19 :

• Dr Jean GUILHEM Président de la Commission médicale de la FFR XIII,
• Dr Jean CAZENAVE, Médecin biologiste, expert en biologie moléculaire (PCR),
• Dr Karen DELAVIGNE, Médecin spécialiste hématologie
• Carole MAZAUD, Experte COVID

Modalités d’organisation :

• La Commission est présidée par Jean GUILHEM.
• Elle ne peut valablement statuer que si au moins 2 membres sont présents.

La Commission d’expertise prend ses positions par tout moyen (notamment par réunion audio ou visioconférence ou par circularisation de courrier électronique) et ses décisions sont valablement notifiées au(x) club(s) par courrier électronique.

• Cellule d’urgence

Une cellule d’urgence (ci-après la « Cellule d’urgence ») est constituée. Elle est compétente pour prendre les décisions en urgence le jour du match sur la tenue de celui-ci :

• à la suite de la déclaration le jour du match de cas symptomatique(s) ou positif(s) à une infection COVID-19 au regard des recommandations de la Commission d’expertise ;
La Cellule d’urgence est également habilitée à modifier la programmation d’un match au cours d’une journée dans le cadre de la mise en œuvre du présent protocole.

Plus généralement, la Cellule d’urgence est habilitée à prendre toute décision le jour du match sur toute situation qui pourrait survenir en lien avec la COVID-19, le cas échéant après recommandation de la Commission d’expertise, et qui ne serait pas prévue par le présent protocole.

Composition de la Cellule d’urgence :

• le Président de la FFR XIII, Luc LACOSTE,
• le Président de la LER, Jean-Claude TOUXAGAS,
• le Président de la Commission Médicale de la FFR XIII, Dr Jean GUILHEM.
• l’un des membres de la commission d’expertise

Modalités d’organisation :

La Cellule d’urgence prend ses décisions par tout moyen (conférence et communications téléphoniques notamment) et celles-ci sont valablement notifiées au(x) club(s) par courrier électronique par le Président de la LER ou le Président de la Commission Médicale.
• Mise en place d’une astreinte Opérations COVID-19

Une astreinte Opérations COVID 19 est constituée au sein des services de la FFR XIII (l’«Astreinte»). Cette Astreinte sera opérationnelle 7j/7j. Elle est composée en permanence :

• d’au moins un médecin référent,
• d’au moins un référent de la commission médicale,
• d’au moins un référent de la LER.

Les clubs sont informés chaque semaine des référents de chaque Direction composant
l’Astreinte qui sera en place du lundi au dimanche inclus et qui aura pour missions notamment :
• le contact opérationnel avec les clubs,
• le suivi transversal des cas de COVID positif au sein des clubs et de la division Elite 1, Elite 2, Féminine, U 19, division nationale et XIII Fauteuil.
• Définition du groupe sportif (cf 2.1 A)
• Définition du groupe Match (cf 2.1 B)
• Définition de la « zone sanctuarisée » :
Elle se limite aux vestiaires (match et entraînements), salle de soins et de strapping, salle d’échauffement et de musculation, couloir et toilettes de vestiaires, douches, salle de débriefing, et salle de contrôle anti-dopage.

• Définition du Référent Covid.

Chaque club doit désigner un ” Référent Covid “. Ce référent :

. Organise les tests et contrôle la qualité des résultats et leur pertinence.
. Transmet les résultats positifs ou négatifs du ” groupe sportif ” à la Commission d’Expertise Covid.
. Vérifie que le “groupe match” a bénéficié d’un test Covid RT-PCR 24 heures avant le jour du match.
. Organise la ” quarantaine ” des cas positif en relation directe avec le médecin du club.
. Partage avec la Commission d’Expertise Covid, les problèmes particuliers posés par la pandémie et la gestion du protocole.
Ce référent covid du club, est élu pour la saison. Il est tenu de respecter les contraintes sanitaires imposées au groupe sportif. Il lui est recommandé la vaccination.
2) Protocole de suivi médical COVID 19 du CLUB

La FFR XIII, partie prenante dans l’application stricte du protocole sanitaire ici défini, veut s’investir avec rigueur dans la campagne de maîtrise de la circulation du virus.
A ce titre, et conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé, elle s’engage avec tous ses clubs dans le respect des gestes barrières et de distanciation sociale.
Ainsi, y compris dans la zone sanctuaire, tous les groupes ” sportif ” et ” match ” doivent porter le masque, laver leurs mains au gel hydroalcoolique 3 fois par heure, respecter la distanciation sociale en proscrivant poignées de main, embrassades et échanges physiques.
Seuls les joueurs en action sur le terrain : échauffement, match, pourront ôter leur masque.
Les encadrants et les remplaçants sur le banc de touche porteront obligatoirement le masque accrédité.
Les gourdes pour les boissons seront numérotées et strictement individuelles.

Des groupes doivent être constitués au sein de chaque club d’Elite 1 et Elite 2, Féminine, U 19, division nationale et XIII Fauteuil.

Les personnes évoluant avec leur Groupe doivent suivre le protocole de suivi médical COVID-19 déterminé ci-dessous.

• Définition du Groupe :

• Le Groupe « sportif » est composé des joueurs sous contrat (professionnel, professionnel pluriactif ou stagiaire) et/ou sous convention de formation, ainsi que les membres de l’encadrement sportif et médical : Médecin, Kiné, entraîneurs, préparateur physique) en contact avec les joueurs et vivant en proximité sportive et donc pouvant partager la « zone sanctuaire »

• Le groupe « match » :
Il est constitué de toutes les personnes du club susceptibles d’accompagner le groupe sportif lors d’une rencontre et devant accéder à la zone sanctuaire telle que définie :
Chauffeur de bus, dirigeants accompagnants, techniciens vidéo, responsable matériel.
Ce groupe match devant être limité à 5 personnes.

• Le groupe sportif peut être complété par

• les joueurs recrutés en cours de saison (issus d’un championnat étranger, d’un championnat amateur ou sans club). Ces joueurs ne peuvent intégrer le club qu’après que les mesures suivantes aient été suivies :

• réalisation d’un examen biologique et réalisation d’une sérologie à J0
• réalisation des examens cardiologiques et pneumologiques prévus dans le règlement,
• respect du référentiel médical commun prévu par le règlement de la saison 2020/2021.

• Dans l’hypothèse où ces joueurs ne sont pas Immunoprotégés, ils doivent :

• s’entraîner individuellement (ou en petit groupe (si plusieurs joueurs sont intégrés en même temps, uniquement entre eux) pendant 10 jours (a minima, sous réserve du délai de communication du résultat du test de J+10 ci-dessous) avec travail sous-maximal contrôlé et surveillé,
• réaliser un test virologique RT-PCR à J0 puis à J+10. L‘intégration au groupe sportif peut intervenir dès lors que les résultats de ces deux tests sont négatifs,

• Cas particulier du(des) joueur(s) du Club intégrant une sélection nationale

Un(des) joueur(s) du Club peut(vent) être sélectionné(s) par leur fédération pour disputer un match international.
– Les règles des Equipes de France seront précisées par ailleurs. (Annexe 1)

Mais, le(les) joueurs ne pourra(ont) réintégrer le club qu’après avoir :

• fait l’objet d’un test négatif à M+5 de la dernière rencontre internationale à laquelle le
joueur a participé

• s’être entrainé(s) pendant cette période (entre son retour au club et M+5) : individuellement, si un seul joueur est concerné par la réintégration du club

• Tests virologiques RT-PCR ou antigéniques

Chaque club d’Elite 1 et Elite 2, Féminines et XIII Fauteuil doit organiser, en lien avec son laboratoire de biologie médicale, des tests virologiques hebdomadaires pour tous les membres du club.

Dans tous les cas, qu’il y ait des résultats positifs ou pas, le club est tenu d’informer des résultats
la Commission d’expertise.

A titre tout-à-fait exceptionnel et en raison des circonstances particulières appréciées par la Commission d’expertise, cette dernière peut décider de modifier la date du test virologique hebdomadaire pour un ou plusieurs clubs.
• Mardi : test Antigénique ou PCR / Jeudi : test Antigénique ou PCR (selon le protocole)

• Déroulement de la procédure : (cf 4.1.1)

• Joueurs symptomatiques : c’est-à-dire présentant des symptômes tels que fièvre, courbatures, perte du goût et de l’odorat, toux, altération de l’état général
• Joueurs asymptomatiques :

Tous les joueurs du groupe « sportif » ainsi que les encadrants fréquentant la « zone sanctuaire » doivent subir un test RT-PCR ou antigénique le Mardi.
Le résultat devra être connu du référent COVID du club avant l’entraînement.
Le joueur détecté positif est mis à l’isolement 10 jours et est exclu de l’entraînement.
Seuls les joueurs porteurs d’un test Covid (Antigénique ou PCR) négatif peuvent participer à l’entraînement collectif.

En cas de joueur asymptomatique contrôlé positif au test covid :

• Il est isolé du groupe
• Il est interdit d’entraînement collectif
• Il implique obligatoirement un nouveau contrôle antigénique ou PCR le jeudi pour l’ensemble du groupe sportif.

Les résultats de tests doivent être connus avant l’entraînement du mardi et/ou jeudi.
Un test positif entraîne automatiquement la mise en quarantaine de 10 jours du joueur/encadrant détecté positif.
Au-delà de 3 cas positifs dans la semaine, le groupe « sportif » est considéré comme un cluster, et est isolé pendant 7 jours.

• Définition et suivi des « IMMUNOCOVID » et des « ANCIENNEMENT IMMUNOCOVID »

Tout membre du club sans facteur de risque qui a présenté :

• une PCR positive et une sérologie lgG positive, est désigné, dans le cadre du Protocole, comme « Immunocovid ».

En pratique, un sujet sans facteur de risque Immunocovid est dispensé du maillage PCR hebdomadaire pendant 3 mois à compter du jour de la PCR positive et de la sérologie IgG positive.

A tout moment, les Immunocovid sont tenus de continuer à respecter strictement les gestes barrières et les règles de distanciation sociale.

Tous les 3 mois à compter de la date de la PCR positive et/ou de la sérologie IgG positive, le sujet doit réaliser une sérologie conformément au point 2.8 :

• si la sérologie est positive, le sujet conserve son statut « Immunocovid »,

• si la sérologie se négative, le sujet perd son statut « Immunocovid » et doit alors reprendre le maillage RT-PCR hebdomadaire. Il devient alors « Anciennement Immunocovid ».

• Surveillance cardiaque particulière des personnes IMMUNOCOVID

Les personnes positives doivent continuer un suivi régulier de la fréquence cardiaque et
si possible de l’ECG en situation d’effort

• Participation aux rencontres

Seuls les joueurs composant le Groupe dans le respect des conditions fixées par le point 2.1 (et pour ceux ayant rejoint l’équipe U 19 respectant les conditions fixées au point 2.2) peuvent participer aux matches d’Elite 1 et Elite 2, Féminines, division nationale, XIII Fauteuil.
Tout club d’Elite 1 et Elite 2, Féminines, division nationale, XIII Fauteuil faisant participer à une rencontre un joueur ne respectant pas cette disposition et encourt une sanction disciplinaire.

3) Obligations pré-rencontre des clubs
3) Obligations pré-rencontre des clubs

• Composition du Groupe Sportif et du Groupe Match

• Le Groupe Sportif est défini comme les joueurs, membres du staff sportif et médical.

A l’exception des joueurs Immunocovid, tous les membres du Groupe Sportif devront avoir réalisé un test virologique RT PCR ou antigénique le mardi ou jeudi avant le match du week-end.

Au Groupe Sportif, s’ajoutent l’encadrement (encadrement logistique, personnes en charge de la communication, dirigeants) accompagnant l’équipe. Ils constituent ensemble le Groupe Match.

• Le Groupe Match est le seul à accéder à la zone sportive sanctuarisée lors d’une rencontre.
Les membres du Groupe Match, hors membres du Groupe Sportif, devront avoir réalisé un test virologique RT-PCR le jeudi avant le match.
Seuls les membres du groupe match ayant un test virologique négatif pourront accéder à la « zone sanctuaire »

Avant chaque match, le club devra fournir une liste nominative du Groupe Match.

Cette liste sera transmise par le club au référent covid du club recevant aux fins de bonne organisation de l’accès à la zone sportive sanctuarisée.

Le référent covid du club organisateur est tenu de vérifier que toutes les personnes autorisées à entrer dans la zone sportive sanctuarisée conformément au Protocole de Gestion des Manifestations, autres que celles appartenant au Groupe Match, peuvent produire un justificatif d’un test RT-PCR ou antigénique négatif.

• Attestation Match relative au Groupe Sportif

Une attestation du médecin du club (ci-après « Attestation Match ») relative au Groupe Sportif –devra être adressée par email par le club au référent sanitaire du club recevant, et à la commission médicale d’expertise COVID 19.
Cette Attestation Match est fournie par les deux clubs participants.

4)
Gestion des cas symptomatiques et cas positifs à un test virologique RT-PCR au sein d’un club
IMPORTANT : Les dispositions qui suivent sont destinées à donner de la visibilité à tous les acteurs sur les principes qui guideront les recommandations de la Commission d’expertise et les décisions en découlant sur le déroulement des compétitions.

IMPORTANT : Les dispositions qui suivent sont destinées à donner de la visibilité à tous les acteurs sur les principes qui guideront les recommandations de la Commission d’expertise et les décisions en découlant sur le déroulement des compétitions.

• Mesures relatives à un cas SYMPTOMATIQUE et positif au test virologique RT-PCR

Un joueur composant le Groupe sportif présentant des symptômes évocateurs de Covid-19 (fièvre, toux, courbatures, perte du goût et de l’odorat, altérations électro-cardiogramme) et faisant l’objet d’un résultat positif à un test virologique RT-PCR doit être placé à l’isolement pendant une période minimale de 10 jours.

Il n’est autorisé à reprendre l’entraînement collectif qu’à partir de J+12 après avoir réalisé, un bilan cardiologique avec ECG, et un test virologique négatif.

Pendant cette période de quarantaine de 10 jours, le joueur :

• ne doit pas avoir d’interaction avec les autres membres du groupe sportif ;
• peut s’entraîner individuellement sous contrôle médical avec monitoring FC obligatoire et ECG recommandé.

La reprise collective est possible à partir de J+12 si tous les examens ont bien été réalisés et si les résultats ne révèlent pas de contre-indications.

S’il s’agit d’un sujet non joueur, le principe est un isolement à domicile pour 10 jours après le jour des derniers symptômes avec retour dans le groupe à partir de J+12 en respectant strictement les gestes barrières (dont le port permanent du masque).

• Mesures relatives à un cas ASYMPTOMATIQUE positif au test virologique RT-PCR ou Antigénique

Un joueur asymptomatique faisant l’objet d’un résultat positif à un test virologique RT-PCR doit être placé l’isolement à domicile, au repos, pendant 10 jours minimum.

Il est autorisé à reprendre l’entraînement collectif à partir de J+12 sous réserve, d’avoir impérativement réalisé, à partir de J+8, l’intégralité du bilan prévu par le Protocole Médical de Reprise (ECG et test covid négatif).

La reprise collective est possible à partir de J+12 si tous les examens ont bien été réalisés et si les résultats ne révèlent pas de contre-indications.

S’il s’agit d’un sujet non-joueur asymptomatique, le principe est un isolement à domicile pour 10 jours avec retour dans le groupe à partir de J+12, les gestes barrières devant continuer à s’appliquer.

• Mesures relatives aux personnes s’entraînant en petits groupes

Dans l’hypothèse où une mesure d’entraînement par petits groupes est prononcée par la
Commission d’expertise (cf point 4.2.), les conditions de ces entraînements sont les suivantes :

• entraînement en petits groupes (6 personnes au maximum, encadrement technique inclus
– il convient de composer les groupes avec des joueurs ayant des postes différents et de panacher éventuellement les groupes avec des joueurs Immunocovid si ceux-ci ne s’entraînent pas collectivement) pendant 10 jours avec réalisation d’un test virologique RT- PCR de contrôle à J+10,
• les gestes barrières doivent être scrupuleusement respectés entre les personnes
n’appartenant pas au même « petit groupe » d’entrainement,
• reprise de l’entraînement collectif à partir de J+10 pour toutes les personnes ayant eu un résultat négatif au test virologique RT-PCR de contrôle.

• Tests virologiques RT-PCR M-3

• A partir de 3 cas positifs au sein des joueurs du groupe sportif

Dans cette hypothèse, la Commission d’expertise analysera les résultats biologiques anonymisés des joueurs testés positifs, afin d’examiner leur charge virale (CT, à savoir le nombre de cycles seuils des tests RT-PCR) et leur symptomatologie. Au regard de cette analyse relevant de la seule appréciation scientifique des experts de la Commission d’expertise, le match sera reprogrammé.

Dans l’attente de la communication par la Commission d’expertise des mesures à prendre, le club doit s’entraîner en petits groupes.

Dans l’hypothèse où il est confirmé que 3 joueurs ou plus sur 7 jours glissants sont bien considérés comme positifs, les principes sont les suivants :

• report du match qui se dispute le week-end suivant,
• isolement des cas positifs avec application des mesures visées au 4.1.1, et au 4.1.2,
• les cas négatifs s’entraînent en petits groupes avec application des mesures visées au 4.1.3,
• les Immunocovid peuvent continuer à s’entraîner collectivement.

• 1 ou 2 cas positifs sont identifié(s) au sein des joueurs du club

Dans l’hypothèse où il y a 1 ou 2 cas positifs identifié(s) à la suite d’un test virologique
RT-PCR ou antigénique, les mesures suivantes sont mises en œuvre :

• isolement du(des) cas avec application des mesures visées au 4.1.1, et au 4.1.2,
• les autres membres du club font un test de contrôle comme programmé.(cf 2.4)

5) Conséquences sportives des mesures prises par la Commission d’expertise relatives aux
entraînements
5) Conséquences sportives des mesures prises par la Commission d’expertise relatives aux
entraînements

• Conséquences sportives des mesures d’entraînement en petits groupes

Dans l’hypothèse où la Commission d’expertise prend des mesures d’entraînement en petits groupes (cf. point 4.1.3) au sein d’un club, il sera possible de participer à une rencontre à partir de J+12.

• Conséquences sportives des mesures d’isolement de l’ensemble de l’effectif

Dans l’hypothèse où la Commission d’expertise prend des mesures d’isolement de l’ensemble de l’effectif au sein d’un club, les matches pourront être programmés :

• Au 6ème jour après la reprise de l’entraînement collectif.

Ces délais pourraient être exceptionnellement selon l’avis de la commission d’expertise.
Pour toute mesure d’isolement d’une durée supérieure, le Bureau consultera la Commission de la LER et la Commission médicale de la FFR XIII pour déterminer la durée de la période d’entraînement préalable à l’organisation d’une rencontre qui sera de 7 jours minimum.

6)
Gestion des cas symptomatiques ou asymptomatiques des arbitres, délégués et/ou un médecin de match en jour de match
6)
Gestion des cas symptomatiques ou asymptomatiques des arbitres, délégués et/ou un médecin de match en jour de match

Dans l’hypothèse où un arbitre officiant sur le terrain (arbitre de champ, arbitres de touche, arbitres 4 et 5), un délégué et/ou un médecin de match est symptomatique en jour de match, ce dernier ne doit pas se rendre sur le lieu de la rencontre ou s’il est déjà sur place, il doit être immédiatement placé à l’isolement en dehors de la zone sportive sanctuarisée.

La Commission d’expertise Covid-19 doit être avertie dès l’apparition des premiers symptômes
(j.guilhem@ffr13.fr).

L’arbitre symptomatique et/ou testé positif est alors remplacé selon la procédure de la commission.
Les arbitres, délégués, médecins doivent être testés le jeudi avant le match du week-end (test PCR ou antigénique).

En cas de test positif, les arbitres, délégués, médecins du match doivent avertir la commission d’expertise qui avec l’aide de la commission d’arbitrage et des délégués effectuera un remplacement.

CONCLUSION :

Ce protocole strict et inviolable, inspiré du protocole sanitaire proposé par la ffr 15, érigé en règlement par la fédération Française de rugby à XIII, a pour finalité certes de préserver les joueurs, encadrants et dirigeants des clubs de la FFR XIII, mais au-delà de préserver la santé des familles et surtout des plus fragiles. Se conformer au protocole sanitaire, est aussi un geste éthique et humaniste en direction des plus vulnérables et des plus âgés.
Respecter, cet engagement, est aussi un geste de respect pour les autres.

DTN : Rencontre avec Frédéric SANAUR, le Directeur Générale de l’Agence Nationale du Sport

Mercredi 24 Février, Le Président Luc Lacoste accompagné de Jacques Pla (DTN) se sont rendus au nouveau siège de l’Agence Nationale du Sport (ANS) à Ivry sur Seine.
Le rendez-vous était fixé à 14h avec le directeur général de l’ANS Frédéric Sanaur accompagné d’Olivia Laou la référente pour la convention développement et le PSF Rugby à XIII .

Frederic Sanaur a reçu le President Lacoste pour un long entretien fructueux. (photo montage ANS)

Après présentation du nouveau projet Fédéral par le Président, M. Sanaur a souligné, sans détour, la cohérence de celui-ci dans toutes ces composantes.
« J’ai particulièrement insisté, précise Luc Lacoste, sur les difficultés que nous rencontrons d’une part, sur la perte de licenciés et plus globalement sur les embûches rencontrées par les clubs ». Des discussions se sont engagées afin de trouver de nouvelles sources de financement mais également pour obtenir la mise à disposition de ressources humaines complémentaires. Sur ce dernier point en complément de cadre techniques complémentaires,  l’ANS permettra à la FFR XIII ou ses organes déconcentrés de rentrer dans un programme de mise à disposition d’apprentis (Bac +3 ou Bac +5) permettant ainsi d’accélérer son développement.  « Rien n’est acquis, poursuit Luc Lacoste, mais les sujets sont clairement sur la table et l’ANS va nous aider, je suis confiant. Tout ne va pas se faire en 1 jour, ni en 1 rendez-vous, mais nous avons défini une méthode, identifié des « tuyaux » et les liens sont resserrés. Jacques Pla doit désormais préparer les différents dossiers dans les prochaines semaines »

Le Président a ensuite particulièrement insisté sur l’année exceptionnelle pour notre discipline avec la Coupe du monde. Là encore, il revendique avec force auprès des instances nationales la nécessité d’apporter des aides complémentaires pour permettre aux équipes de France de mener leur préparation (dans un contexte sanitaire compliqué) pour réussir la coupe du monde et ainsi diffuser une belle image du sport français.
«Allez au contact des instances nationales, à tous les niveaux, est indispensable pour essayer de convaincre sur la cohérence de notre projet et le timing de celui-ci, conclut le Président Lacoste. Pour convaincre il faut passer beaucoup de temps et rencontrer, rencontrer, rencontrer. Rien n’est jamais acquis si on reste chez soi. J’ai bon espoir que nous soyons entendus »

Formation : prépa physique, performance… une journée studieuse à l’école Calendreta de Carcassonne

L’école Calendreta de Carcassonne accueillait dans ses locaux des élèves bien différents de ceux qu’elle côtoie au quotidien.

En effet, durant toute la journée du mercredi 10 Février, des entraineurs provenant du XIII Catalan, Lescure, Pomas, Baho, St Estève, Villeneuve sur Lot, Pia ou encore Carcassonne ont poussé les portes de l’école dans le cadre de leur formation afin d’y aborder plusieurs thématiques inhérentes à notre discipline.

La matinée était consacrée à la préparation physique, un large domaine que les entraineurs et leurs formateurs ont pu décortiquer afin d’en maîtriser les bases et ses ajustements. De l’échauffement au développement des aptitudes physiques, les bases essentielles de ce domaine de la performance ont été abordées et débattues.

Pour conclure la matinée, la formation s’est étalée sur l’utilisation des exercices modulés et conditionnés dans le but de développer des compétences précises chez les joueuses ou joueurs qu’ils encadrent.

La journée s’est achevée par la revue en précision des gestes de base de notre sport. La passe, le placage ou encore le tenu ont été diagnostiqué par les formateurs et les entraineurs afin d’y en desceller toutes les particularités et en maitriser tous les aspects.

Jean-François Albert, entraîneur du pôle et directeur de l’établissement

La FFR XIII remercie sincèrement tous les entraineurs venus à cette formation pour la richesse et la pertinence des échanges sur la journée et remercie chaleureusement l’école Calendreta de Carcassonne et son directeur Jean-François Albert pour leur accueil lors de cette journée.

Une convention signée dans le Lot avec le Lycée Agricole

En compagnie de Patrick Pedrazzani, membre du comité Directeur, Jacques PLA a eu plaisir à représenter le Président Luc Lacoste lors d’un déplacement à Cahors, territoire treiziste particulièrement dynamique.

Chaleureusement accueillis et accompagnés par le Président Fred Baldy et Benjamin Bro, élus du Comité du Lot, les visites se sont enchainées.

Dans un premier temps au lycée Gaston Monnerville pour féliciiter le travail des élèves dans la rénovation du matériel de l’équipe de Treize Fauteuil du club de Cahors mais également pour la création de trophées pour le comité du Lot.

Enfin pour la signature de la convention, FFRXIII  / Lycée Agricole « Domaine Lacoste » qui
permet à des jeunes Lycéens de la section (service à la personne )de se présenter au brevet d’éducateur.
Ce jour 17 Jeunes  ont reçu leurs diplômes, ils effectuent les stages pratiques dans les écoles aux alentours.

Les bénéfices sont directs pour l’école de Rugby de Cahors avec cet apport pédagogique et une école de Rugby va voir le jour prochainement au Montat.

Ce savoir faire peut il être décliné au niveau national ?
Nous sommes fermement convaincus que c’est une des clés de la réussite pour conquérir de nouveaux territoires et de nouveaux pratiquants.

DTN : la visite de Jacques PLA au CREPS de Toulouse fin janvier

0

A l’initiative  de Loic Carpenne et de Jérôme de Avezzedo les pensionnaires du  pôle France  se rencontrent une fois par semaine lors d’une opposition en jeux réel pour palier au manque de compétition lié à la période de pandémie. 

C’est l’occasion pour les sportifs des autres pôles qui résident au CREPS de découvrir le Rugby à XIII et de voir les collègues treizistes en pleine activité.

Dans le respect parfait des règles, les joueurs ont fait preuve d’une belle énergie et d’une dextérité efficace, malgré des conditions climatiques rendant l’exercice complexe.Les commentaires autour du terrain étaient particulièrement élogieux .

Cette visite fut également l’occasion pour notre DTN  de  rendre visite à la Directrice du CREPS Murielle Roth qui nous a témoigné de son grand intérêt à recevoir le Président Lacoste.

Le rendez-vous sera pris très rapidement .

Comité de Gironde : Bâtir des bases solides pour un réel renouveau

Depuis le début de l’été, la Nouvelle-Aquitaine connait un nouvel élan avec la restructuration du comité de Gironde insufflé par Marc Panabière, et l’arrivée d’une Cadre Technique, Elisa CIRIA. Volonté affichée par la Fédération de (re)conquérir le territoire Aquitain, c’est au tour du département de renforcer son développement avec une nouvelle Agent Territorial de Développement (ATD) : Gwennaëlle Urbes.

A 25 ans seulement , elle sera en charge d’accompagner les clubs dans leur structuration et leur développement sur le territoire Girondin. Cela passe par viser le plus jeune âge avec le “Baby Rugby” notamment. Déjà en contact avec des partenaires, l’objectif est de monter, une école de rugby sur Bordeaux Métropole. Dans la continuité, de développer le Fit XIII, le circuit “training”, pour initier aux plus curieux, les bases du rugby à XIII. Ensuite, étendre la pratique treiziste via le Silver XIII pour les personnes âgées isolées. Et enfin intégrer à nouveau le rugby à XIII dans le scolaire, à court terme aux mois de novembre/décembre pour les écoles et début de 2021 pour les facultés.

Gwennaëlle sous les couleurs Toulousaines.

Gwennaëlle nous retrace son parcours : “J’ai commencé le rugby à XV (Nancy) il y a 10 ans. Lors d’un essai par hasard au rugby à XIII, j’ai eu un coup de cœur. La vitesse de jeu, l’enchaînement des efforts et la technique individuelle de ce sport m’ont plu immédiatement. J’ai donc j’ai signé ma licence il y a cinq ans, et j’ai eu le chance de porter le maillot de l’Équipe de France pour jouer contre l’Angleterre. Je suis partie vivre à la Réunion et j’ai donc quitté le rugby à XIII en Gironde et répondre aux besoins des clubs pour améliorer leur quotidien, notamment chez les jeunes : doter la Gironde d’une vraie identité au niveau du rugby à XIII, progresser au sein du comité et de la fédération en bâtissant des bases solides pour un réel renouveau du rugby à XIII français.”

Un challenge supplémentaire pour cette jeune passionnée du ballon ovale qui aura fort à faire sur un territoire qui ne demande qu’à retrouver son identité et redevenir une place forte du rugby à XIII.

DTN : Une nouvelle cadre technique dans le grand Ouest

La Fédération Française de Rugby à XIII, vient de finaliser le recrutement d’une toute nouvelle cadre technique en la personne d’Elisa CIRIA. Championne de France à 5 reprises avec l’entente Bordeaux/Biganos, internationale depuis 2011 où elle a fait partie des sélectionnées pour la Coupe du Monde 2013 ; cette passionnée de XIII aura fort à faire du côté de la Nouvelle-Aquitaine.

Avec son bagage de professeur d’EPS (en second degré) et sa connaissance du milieu treiziste, elle apportera toutes ses compétences pour accompagner les structures locales et développer la pratique du Rugby à XIII en Nouvelle-Aquitaine. Elle nous confie : “Il y avait une volonté de la FFR XIII de renforcer la place du Rugby à XIII en Nouvelle-Aquitaine, l’occasion s’est présentée à moi. Je ne pensais pas que ça se ferait si rapidement mais je suis déjà prête pour commencer mes missions !”.

En effet, la jeune Girondine sera en charge, prioritairement, du développement de l’arbitrage (formation, accompagnement, évaluation), ainsi que du rugby à XIII féminin notamment. Avec son expérience de professeur d’EPS et en étroite collaboration avec les comités et les clubs elle renouera aussi avec les établissements scolaires pour la formation et l’UNSS.

Elisa a pu analyser les points forts et les points à développer pour nous témoigner : “Je vais m’appuyer sur les dirigeant.e.s des clubs, et collaborer avec la nouvelle équipe du comité de Gironde pour monter des projets. L’idée étant d’avoir une vision commune avec les personnes qui sont sur le terrain. Il y a beaucoup de choses à faire et de nombreux clubs ont besoin d’accompagnement pour fédérer la pratique.”

Mais la jeune femme n’en reste pas là et nous partage sa vision à long terme : “Il y a des villes, notamment Nantes, où des Ecoles de Rugby ont été créées. Des acteurs sont présents et n’attendent qu’à être accompagnés pour développer et créer de nouvelles structures. Paris est aussi une place forte où le XIII à clairement sa place. Pourquoi ne pas faire un axe “Paris, Nantes, Bordeaux”. Il y a des forces en présence pour “étirer” la Nouvelle-Aquitaine car les passionnés sont sur place. Remonter des clubs, constituer des bureaux. Je suis là pour faire le lien entre les clubs et la Fédération.”

Du Rugby à XIII en Normandie

Depuis plusieurs mois, Joaquim DA COSTA (ATD de la Ligue Île-de-France) était en contact avec Guillaume LUCIANO (Président du club de Juvigny Rugby à XIII, Manche/Normandie). A la demande du Président du club de Juvigny, Joaquim s’est déplacé à Juvigny pour la mise en place d’une formation d’éducateurs de Rugby à XIII du 22 au 26 juin 2020  en direction de 7 candidats.

En parallèle de la formation d’éducateur, il a été question d’une aide et soutiens administratifs et sportifs également. Puis d’évoquer le rôle du dirigeant, la formation sur le fonctionnement du club, des partenaires d’une association, des demandes de subventions. Et enfin d’une formation sur le logiciel des licences/assurances et des documents fédéraux.

Joaquim s’est adapté aux contraintes et dispositions des candidats, en organisant deux sessions de formation par demi groupe de 9h à 17h et de 17h à 23h.

En somme, une semaine bien chargée mais très enrichissante !

Joaquim qui représentait Carole Bravo, Présidente de la ligue, a remis une dotation de matériels pour la future école de rugby du club de Juvigny avec 20 ballons et du matériel spécifique pour l’entraînement !

Nous espérons que le club va se développer correctement et nous saluons le travail de Joaquim, mais également le travail bénévole de Guillaume Luciano, Président du club de Juvigny Rugby à XIII ainsi que Jean-Marie Thétiot, Président du club Omnisport de Juvigny.

Nous souhaitons longue vie au nouveau club de Juvigny Rugby XIII, qui montrera la voie, pour la création de nouveaux clubs normands.

 

PHOTO : Debout au centre (Joaquim DA COSTA, ATD LIGUE IDF), 3eme partant de la gauche (Jean-Marie Thétiot, Président club omnisport juvigny) et 6eme partant de la gauche (guillaume Luciano, Président Juvigny RUGBY A XIII)

Un nouveau comité voit le jour en région PACA

C’est officiel ! Le Comité Départemental du Var de Rugby à XIII vient d’être affilié à la Fédération Française de Rugby à XIII.

Sous l’impulsion des dirigeants du Toulon XIII Métropole & du Rugby Fauteuil Club Toulon Provence Méditerranée (RFCTPM), et avec le soutien de la Ligue PACA et de la FFR XIII, le comité du Var a été créé en mai 2020 avec la ferme intention d’installer le rugby à XIII sur le territoire.
Cela se manifestera, par la création de centre(s) de formation pour favoriser la pratique à XIII, le développement du Rugby à 7 et à 9 également. Mais aussi, la mise en œuvre, le suivi des compétitions sportives et des manifestations ouvertes aux licenciés.

“Initialement, le Toulon XIII Métropole et le RFCTPM dépendaient du comité des Bouches-du-Rhône. Le nombre de licenciés augmentant sur la Métropole nous nous sommes dit qu’il fallait créer le comité pour structurer tout cela” confie Christophe Ruidavets, futur président du Comité du Var.
“L’objectif prioritaire est la création d’un centre de formation. De plus en plus de gamins rejoignent le XIII, et nous souhaitons leur apporter le double projet : une formation diplômante et un cursus vers l’excellence sportive. Mais avant cela, avec la Fédération et la Ligue PACA, nous allons définir une convention d’objectifs et renforcer nos actions (déjà en place) pour développer le XIII dans le département. Nous avons le soutien des institutions et des instances fédérales, tous les voyants sont au vert !”

Xavier Vasson, actuel président de la Ligue PACA de Rugby à XIII explique : “Cela fait quelques années que le projet était “dans les tuyaux”. La Ligue a donc accompagné les futurs dirigeants dans les démarches administratives. Un club était déjà présent (Toulon XIII) puis celui de XIII Fauteuil a vu le jour. Il nous fallait plus qu’une équipe passionnée pour démarrer l’aventure ! Cela va consolider les actions menées (rencontres scolaires, Challenge Petit Treize, création d’une équipe U17, rencontres XIII et XV) depuis plusieurs années sur le territoire et apporter une structure de développement du XIII dans le Var. Les deux clubs présents et l’ATD (Agent Territorial) mis en place par la Ligue, maintenant salarié de Toulon, s’inscrivent totalement dans la dynamique de sensibiliser et fédérer autour du rugby. Et ainsi voir le nombre de pratiquants comme c’est le cas en PACA.”

Formation : Deuxième stage Entraîneur Performance

Le deuxième stage de formation Entraîneur Performance s’est déroulé ces mardi 21 et mercredi 22 janvier à Labège, au sein des locaux du Comité de la Haute-Garonne de Rugby à XIII et de l’hôtel Campanile.

Différents formateurs sont intervenus auprès de cette promotion qui comptabilise 18 stagiaires : Olivier JANZAC (CTN rugby à XIII) sur les cond game et les principes de jeu défensifs, Audrey ZITTER (CTN rugby à XIII) sur l’initiation à la Communication Non Violente, Loïc CARPENE (Préparateur physique FFRXIII) sur la nutrition et la performance et enfin Nicolas MANESSI (entraîneur FC Lézignan XIII) sur l’organisation de la ligne défensive.

Le prochain et dernier stage de formation se déroulera les mardi 10 et mercredi 11 mars 2020.

Partager un souvenir, une histoire